Nouveau

Tombes des princes orbéliens au monastère de Noravank

Tombes des princes orbéliens au monastère de Noravank


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Tombes des princes orbéliens au monastère de Noravank - Histoire

Monastère de Noravank

Le &ldquonew monastère&rdquo (Noravank), a été fondé en 1105 par l'évêque Hovhannes, abbé de Vahanavank, qui y a déménagé son évêché en 1205. Au cours des deux siècles suivants, le monastère a grandi avec la fortune du clan des rois Orbelian, qui a légué des richesses sur l'église, en l'établissant comme le centre de l'église à Siunik et en mettant en service des sépulcres patrimoniaux au monastère.
Le monastère est l'un des sites les plus spectaculaires d'Arménie. Au coucher du soleil, les teintes rougeâtres des falaises spectaculaires entourant le monastère sont accentuées par le soleil couchant, et la pierre rouge-or de ses églises acquiert un éclat lumineux et c'est une vue totalement magnifique.

Complexe monastique
Le complexe comprend l'église Surp Karapet du XIIIe siècle, construite à côté des ruines d'une ancienne église également dédiée à Saint-Jean-Baptiste. Attaché à cela se trouve une petite chapelle du XIIIe siècle dédiée à Surp Gregor. Elle abrite une pierre tombale sculptée d'un lion-humain datée de 1300.
La structure principale est l'église Surp Astvatsatsin (1339) du XIVe siècle, construite au sommet du mausolée de Burtel Orbelian, qui est enterré ici avec sa famille. Les historiens disent que l'église rappelle les structures funéraires en forme de tour créées dans les premières années du christianisme. Il y a une magnifique sculpture du Christ flanqué de Pierre et Paul au-dessus de la porte.
Les Mongols ont pillé le monastère en 1238, mais une trêve rapide entre les forces de l'Agha Khan et du prince Elikum Orbelian a apporté une certaine paix dans la région et la possibilité de reconstruire le monastère, établissant un nouvel âge d'or qui a duré jusqu'aux invasions timurides à la fin du 14e s.

À son apogée, Noravank était un centre culturel majeur, étroitement lié aux nombreux sièges de la religion et de l'apprentissage du royaume, en particulier l'université et la bibliothèque de Gladzor, distantes d'une vingtaine de kilomètres. Grâce à ses bienfaiteurs orbéliens, le monastère était également imprégné de la politique de l'époque.

Sculpteur Momik
Le monastère est également lié à l'œuvre sculpturale de l'un des artistes les plus prolifiques et les plus étonnants du Moyen Âge, l'artiste, architecte et sculpteur Momik. Il a créé les exquises sculptures en bas-relief sur l'entrée du gavit à Noravank et a ajouté des khachkars à l'ensemble. Son dernier travail a également eu lieu à Noravank, où il a créé l'église sépulcrale d'Orbelian d'Astvatsatsin/Burtelashen, deux remarquables sculptures en bas-relief sur les murs ouest et sud de l'église, et un petit khachkar simple pour sa tombe, qui se trouve à côté du église. L'église et le khachkar sont datés de 1339.


Présentation d'Erevan

Le centre-ville d'Erevan a été largement reconstruit à l'époque soviétique selon le modèle d'urbanisme néoclassique des autres capitales européennes, avec de larges boulevards bordés d'arbres convergeant avec une précision géométrique dans de grandes places et parcs. C'est peut-être pour cela qu'en déambulant dans les avenues du centre, bordées de beaux immeubles du 19ème siècle, de restaurants et de boutiques, Angeliki me dit « On se croirait à Paris ». Cette impression devient encore plus vive devant l'imposant Opéra, entouré d'un grand parc plein de cafés en plein air.

La place de la République, au contraire, est l'un des meilleurs exemples de places soviétiques, un immense espace ouvert délimité par des bâtiments imposants. Conçu pour transmettre un sentiment de grandeur, Angeliki et moi sommes d'accord pour dire que cela a l'air un peu mégalomane. La couleur rose de ces bâtiments et de nombreux autres donne à Erevan le surnom de "Ville rose", tandis que selon une autre théorie, l'épithète dérive de la joie de vivre de ses habitants.

La scène culturelle d'Erevan est incroyablement riche. Il existe des dizaines de musées et de lieux d'intérêt à visiter, mais malheureusement, en raison de notre temps limité, nous devons choisir les meilleurs.

Le complexe Cascade, un immense escalier décoré de belles fleurs, de fontaines et d'œuvres d'art en fait certainement partie. Construit à flanc de colline sur plusieurs niveaux se trouve également le Cafesjian Center for the Arts.

La Cascade est vraiment un lieu visionnaire, un mélange entre les jardins suspendus de Babylone - ou, moins ambitieux, les marches espagnoles de Rome - et le musée Guggenheim. En montant les marches interminables, nous atteignons le sommet du parc de la Victoire, où, assis à l'ombre de la statue colossale de la Mère Arménie, nous profitons d'une vue magnifique sur la ville.

Ascension du complexe des cascades d'Erevan.

À côté de la Cascade se trouve une attraction que deux amateurs de culture comme nous ne peuvent certainement pas manquer. C'est le Matenadaran, un immense musée dans lequel sont exposés des milliers de manuscrits médiévaux en arménien et dans d'autres langues. En raison du processus de sécularisation imposé par le régime soviétique, seuls quelques temples religieux subsistent à Erevan.

Curieusement, il y a plus d'églises arméniennes à Istanbul, où nous vivons, qu'ici. La seule église que nous parvenons à visiter est la gigantesque - bien que peu gracieuse - St. Cathédrale Grégoire l'Illuminateur, construite en 2001 pour célébrer le 1700e anniversaire de la conversion du pays au christianisme.

Cathédrale Saint Grégoire l'Illuminateur.

« Il est évident », commente-je, « que la taille compte vraiment pour les Arméniens. »

Bien qu'il ne soit pas possible de ne pas apercevoir la cathédrale, nous avons du mal à trouver la Mosquée Bleue, car elle est cachée dans une cour-jardin tranquille. Avec son minaret et sa coupole recouverte de tuiles aux couleurs vives, ce monument semble avoir été emprunté par l'Iran voisin.

Notre visite se termine dans le Mémorial et musée du génocide arménien, situé au sommet d'une colline surplombant la ville. Ici, un petit groupe de visiteurs se rassemble en silence autour du monument sévère. Une dame laisse une fleur rouge près de la flamme toujours allumée au milieu. Dans la douce lumière du crépuscule, qui rend l'atmosphère encore plus mélancolique, se détache le profil du mont Ararat, qui surplombe la jungle de béton d'Erevan.


L'histoire

Il est possible qu'il y ait eu un établissement monastique et une petite église du 7ème siècle, dont on a retrouvé des traces. Selon une inscription, le couvent de Spitakavor remonte à l'année 1321, lorsque l'église Notre-Dame a été achevée. Le client de la construction était probablement le prince Eachi (Tschatschi), décédé en 1318, de la famille arménienne Proschian, qui régnait sur la région indépendamment de son siège à Jeghegis depuis la première moitié du XIIIe siècle. L'église a été achevée sous le fils d'Eachi, Amir Hasan II. La famille Proschian fit don de fondations au monastère et commanda également la construction du clocher, qui, avec des inscriptions, fut achevé en 1330 pour un membre de la famille Proschian nommé Yovhannes et sa femme Tatsch.

L'apogée culturelle, qui a duré jusqu'au début du 14ème siècle, a pris fin lorsque, après la mort de l'Ilkhan Abu Sa'id en 1335, des différends sur la succession de l'Ilchanat ont éclaté entre les princes mongols, ce qui a conduit à une guerre civile de 20 ans dans des conditions anarchiques dans la région et a conduit à l'effondrement de l'empire mongol en Perse. L'université de Gladzor, jusqu'alors le plus important établissement d'enseignement de l'Arménie médiévale, qui était probablement située dans le monastère de Tanahat, a dû être fermée en 1338. L'un de ses diplômés, le philosophe Hovhannes Vorotnetsi (1315-1388/98) s'est retiré vers le sud dans la sphère d'influence de la famille Orbelian dans ce qui est maintenant la province de Sjunik, où il a d'abord enseigné au monastère de Vorotnavank avant de fonder l'université du monastère de Tatew. À Wajoz Dzor, Spitakavor s'est développé en une université importante jusqu'à la seconde moitié du XVe siècle et en un centre culturel sous la domination des princes proschiens. Certains manuscrits du philologue Vardapet Avakter, actif dans le domaine de la calligraphie à l'époque, ont été conservés.

Les attaques ultérieures des Timourides ont détruit les défenses et les dépendances du monastère, qui n'ont pas été reconstruites. Les moines se sont retirés dans des zones plus sûres plus au sud. Jusqu'en 1604, cependant, les services semblent avoir eu lieu dans l'église. Cette année-là, le Shah Abbas I perse fit déporter de nombreux Arméniens à Ispahan. Après cela, toute la région a été désertée par ses habitants. L'église a été restaurée de 1971 à 1972, à l'époque de la République soviétique d'Arménie, et plus récemment en 2006.

À Spitakavor se trouve la tombe de l'homme politique et militaire arménien Garegin Nschdeh (1886-1955), qui s'est battu pour une Arménie indépendante en tant que membre de la Fédération révolutionnaire arménienne pendant les guerres des Balkans et pendant la Première Guerre mondiale contre la Russie et l'Empire ottoman. et combattu pour une Arménie indépendante par les Arméniens comme un héros national est vénéré. Il est mort en captivité soviétique. En 1987, ses cendres ont été secrètement amenées ici et en 1989, une pierre tombale et un kachkar en tuf rose ont été placés sur le mur sud de l'église.


Ethno-14

Après un bref repos à l'hôtel, les clients embarqueront pour une visite de la ville d'Erevan qui comprend des arrêts à la place de la République, au parc de la Victoire, à Mère Arménie, au Centre des arts Cafesjian, à la Cascade, à une fabrique de tapis, au monument à A.Tamanyan, Opéra et Mémorial du génocide arménien de Tsitsernakaberd.

(Remarque : les activités du jour d'arrivée seront ajustées au besoin en fonction de l'itinéraire du voyageur.)

Jour 2

Un voyage sur le versant sud du mont Aragats dans la province d'Aragatsotn. De la route menant à Ashtarak, il y a un magnifique panorama sur les volcans éteints Aragats et Arailer. Près de la ville d'Ashtarak s'ouvre une belle vue sur les gorges de la rivière Kasakh.

Visite du village d'Oshakan dans la province d'Aragatsotn. Oshakan est surtout connu comme le dernier lieu de repos de Mesrop Mashtots, (d 442) fondateur de l'alphabet arménien. Au-dessus de sa tombe (pierre tombale du XIXe siècle) se trouve une église reconstruite par le Catholicos George IV en 1875.

Un voyage sur le versant sud du mont Aragats. Visite d'Amberd, qui signifie « une forteresse dans les nuages ​​», un nom qui convient compte tenu de son altitude (2300 m.).

Sur le chemin d'Erevan, arrêt à la place de l'alphabet - un monument aux lettres de l'alphabet arménien.

Le voyage se poursuit le long du plateau de Shirak. Visite du monastère Harichavank (7-9 c) – le plus grand centre religieux et culturel de Shirak marz, célèbre pour son monastère.

Gyumri est le centre de Shirak marz et la deuxième plus grande ville économiquement importante de la République. Un voyage à travers la ville de Gyumri révèle une ville qui se remet du tremblement de terre dévastateur de 1988. Les visiteurs verront la ville restaurée, de nouvelles églises, un nouveau quartier résidentiel « Ani » et un monument dédié au chanteur-acteur franco-arménien Charles Aznavour.

Hébergement en hôtel à Gyumri.

Jour 3

Marmashen : Situé dans la vallée d'Akhurian, ce monastère du Xe siècle compte quatre églises : deux reconstruites et deux en ruines. Debout dans le complexe, on peut imaginer l'énorme richesse qui se déversait dans ce monastère lorsqu'il était un centre d'apprentissage, de production de manuscrits et de prière.

Parc de Dendro : ce jardin botanique et réserve d'arbres est situé à Lori, la plus grande province d'Arménie.

Lori Berd : Installée à l'origine à l'âge du bronze, les ruines d'une grande ville médiévale et d'une forteresse se trouvent ici.

Hébergement en hôtel à Stepanavan.

Jour 4

Dsegh : La route vers Dsegh traverse la gorge profonde de 500 mètres de la rivière Dzoraghet. Connu comme le lieu de naissance de l'écrivain arménien populaire Hovhannes Tumanyan (1869-1923), Dsegh portait autrefois le nom du poète. La maison-musée Tumanyan se trouve ici.

Sanahin : Exemple exceptionnel de l'architecture arménienne médiévale, ce monastère date du Xe au XIVe siècle. Ses églises et sa bibliothèque ont contribué à en faire un centre religieux et culturel pendant le royaume Kiurikid des Xe - XIIe siècles.

Hébergement en Maison d'hôtes à Odzun.

Jour 5

Saint-Hovhannes : construite du Ve au VIIe siècle, cette église de style basilique possède des cloîtres, des sculptures murales et un monument funéraire.

Haghpat : Un monastère arménien médiéval du Xe au XIVe siècle. Autrefois appelée église Sainte-Croix, on pense qu'elle contient de l'eau bénite qui a des qualités curatives pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques.

Goshavank : Fondé par le religieux arménien Mkhitar Gosh au XIIe siècle et connu pour être un important centre religieux, culturel et éducatif au Moyen Âge. On y trouve également le célèbre khachkar de Varpet (Maître) Poghos.

Lac Sevan : Connu comme la « perle bleue de l'Arménie », ce lac est le plus grand lac de haute altitude d'Arménie (1900 mètres / 6234 pieds).

Sevanavank : Situé sur la péninsule de Sevan, ce monastère du XIe siècle a été fondé à l'origine par la princesse Mariam Bagratuni. Ses deux églises ont été reconstruites et restaurées au milieu du XXe siècle.

Hébergement en hôtel près du lac.

Jour 6

Hayravank : Ce monastère, datant des IXe - XIe siècles, est situé sur un promontoire rocheux dans un village sur la rive ouest du lac Sevan. On y trouve des vestiges de fortifications et de peuplements datant de l'âge du bronze au Moyen Âge.

Caravansérail de Selim : Construit par le prince Chesar Orbelian en 1331, cette auberge accueillait les voyageurs et leurs animaux alors qu'ils traversaient la route de la soie à travers le col de Selim. Restauré dans les années 1950, ce caravansérail présente des décorations et des sculptures en pierre uniques.

Jermuk : Connue comme une station thermale aux eaux minérales curatives, Jermuk est entourée sur trois côtés par des montagnes couvertes de forêts alpines. Il y a aussi un panorama panoramique sur les gorges de la rivière Arpa.

Hébergement à l'hôtel à Jermuk.

Jour 7

Montagnes Syunik : Ce paysage est connu pour ses forêts, ses vallées, ses rivières, ses canyons et ses formations rocheuses. La vue panoramique depuis les 500 mètres de profondeur des gorges de la rivière Vorotan vous coupera le souffle.

Satani Kamurj : Situé au fond de la gorge se trouve Satani Kamurj (le pont du diable). Ce pont naturel et les eaux minérales qui coulent des rochers sont un autre exemple du paysage naturel unique de l'Arménie.

Tatevavank : Ce monastère, datant des IXe-XVIIe siècles, était le centre spirituel et culturel de l'Arménie médiévale. Aux XIVe et XVe siècles, elle était célèbre pour son université. On dit également qu'il a inspiré les Arméniens de Syunik lors de leur conquête des Iraniens et des envahisseurs turcs d'Osmanli au XVIIIe siècle.

Ukhtasar : située à une hauteur d'environ 3 300 mètres au-dessus du niveau de la mer, cette montagne abrite des gravures rupestres datant du 5e au 2e millénaire avant notre ère. Dans le cratère intérieur de ce volcan éteint se trouve un lac glaciaire, des piscines circulaires turquoises, des prairies luxuriantes et des ruisseaux de rochers caractéristiques des formations géologiques de cette région.
Logement à Goris.

Jour 8

Visite de la magnifique région de Syunik : une mosaïque de hautes montagnes, de vallées verdoyantes, de rivières déchaînées, de rochers profonds et de canyons déchiquetés. Également connue sous le nom de Zangezur, c'est la plus grande province d'Arménie (4506 km²) et comprend les districts de Kapan, Goris, Sisian et Meghri.

Goris : mentionné pour la première fois pendant la période urartienne, Goris est situé parmi des collines verdoyantes avec des formations rocheuses intéressantes contenant des habitations troglodytiques médiévales.

Kapan : La capitale et la plus grande ville de la province de Syunik, Kapan est située dans la vallée de Voghji. Mentionnée pour la première fois au 5ème siècle, elle est autrefois devenue une ville au 19ème siècle lorsqu'un groupe de petits villages a fusionné.

Réserve de Shikahogh : connue pour sa flore et sa faune diversifiées, il s'agit de la deuxième plus grande réserve forestière d'Arménie.

Meghri : Après avoir traversé le col de Tashtun (2512 mètres au-dessus du niveau de la mer), descendez à travers des pentes rocheuses abruptes dans la vallée de la rivière Meghri qui crée une partie de la frontière entre l'Arménie et l'Iran. La ville a une histoire remarquable avec un riche patrimoine archéologique témoignant d'une habitation depuis la préhistoire.

Jour 9

Visite du village de Khndzoresk, panorama de la ville troglodyte « Vieux Khndzoresk ». Khndzoresk est un lieu historique, avec des grottes très intéressantes et des roches mystérieuses. Depuis l'âge du bronze et presque jusqu'au 20ème siècle, ces grottes ont été utilisées comme maisons.

Visiter le territoire du magnifique « Stonehenge arménien » de l'âge du bronze – Karahunj – qui date du deuxième millénaire avant notre ère. Selon le consensus scientifique actuel, la disposition des pierres était très probablement destinée à l'observation astronomique. Karahunj est situé à 3 km au nord de Sisian.

Jour 10

Noravank : L'un des chefs-d'œuvre de l'architecture arménienne médiévale Norvank signifie « Nouveau Monastère ». Construit aux XIIIe et XIVe siècles par les architectes Siranes et Momik, ce complexe monastique est connu pour ses ornements en pierre lacés.

Grottes de T'rchunneri (oiseaux) : Connues pour leurs stalactites et stalagmites, ces grottes sont un exemple des formations géologiques uniques de l'Arménie. Voici une plate-forme d'argile tassée datée entre 3700-4200 cal BC et découverte dans la grotte d'Areni-1 dans le sud-ouest de l'Arménie semble représenter la première installation de production de vin à avoir découvert la première ancienne cave

Areni : Ce petit village est connu pour son vin fait maison et son festival annuel du vin. Visitez l'usine de vin locale pour en savoir plus sur la technologie du vin arménien et goûtez au vin sec, demi-sec, à la grenade et à la cerise d'Areni.

Khor Virap : Situé dans la vallée d'Ararat, ce monastère abrite la fosse où, selon l'historien arménien du Ve siècle Agatangeghos, le futur premier patriarche de l'Église apostolique arménienne, Grigor Lusavorich, a été emprisonné pendant 13 ans. Situé le long de la frontière entre l'Arménie et la Turquie, le monastère offre également une vue panoramique sur le mont Ararat.

Hébergement en hôtel à Erevan.

Jour 11

Geghardavank : Construit du XIIe au XIIIe siècle, Geghard signifie « Monastère de la Lance ». Son nom était lié à une lance qui, selon la Sainte Bible, était utilisée pour percer le côté du Christ crucifié. Ce que l'on croit être un vestige de la lance est conservé au musée de Saint Etchmiadzine.

Garni : Datant du IIIe siècle av. J.-C. au XIIIe siècle après J.

Musée Sergei Parajanov : Connu à la fois comme cinéaste et artiste, Parajanov (1924-1990) était une figure innovante et controversée pendant les années soviétiques. Ce petit musée intime abrite plus de 250 œuvres d'art qui comprennent des assemblages, des collages, des dessins, des poupées et des croquis de films.

Musée Martiros Saryan : Né dans l'Empire russe, Saryan (1880-1972) a beaucoup voyagé en Turquie, en Égypte et en Iran avant de s'installer en Arménie dans les années 1920. En plus de voir des œuvres d'art influencées par ses voyages (paysages, portraits, croquis, aquarelles), les visiteurs pourront également voir sa maison et son atelier.

Jour 12

Matenadaran : Également connu sous le nom d'Institut des manuscrits anciens, le Matenadaran contient plus de 16 000 manuscrits documentant l'histoire séculaire de la nation arménienne, de l'art, de la littérature et des sciences naturelles. L'art manuscrit est l'un des exemples les plus uniques de la culture médiévale arménienne.

Sardarapat : Conçu par le célèbre architecte arménien Rafayel Israyelian, ce monument commémore la défaite arménienne d'une armée turque d'invasion en 1918. Situé à côté de la paire de lions ailés de style assyrien, d'un clocher et d'un jardin commémoratif pour les soldats tués au Karabakh La guerre est un musée d'ethnographie et d'histoire.

Etchmiadzine : Officiellement connue sous le nom de Vagharshapat, et autrefois capitale de l'Arménie, Etchmiadzine est le centre spirituel de l'Arménie. En plus de la cathédrale d'Echmiadzine, construite au IVe siècle, se trouvent également les églises de Saint Hripsime, Sainte Gayane et Shoghakat.

Zvartnots : Les ruines de cette cathédrale circulaire du VIIe siècle ont suscité de nombreuses spéculations concernant non seulement son apparence et sa taille d'origine, mais également la cause de son effondrement. En plus des colonnes massives avec des chapiteaux sculptés, les vestiges d'un palais et d'une cave peuvent également être vus.

Jour 13

Saghmosavank : Ce monastère, datant du XIIe au XIIIe siècle, offre une vue magnifique sur les gorges de la rivière Kasakh. Des parties de ce complexe ont été restaurées et se composent de plusieurs églises, d'une imprimerie et de khachkars.

Aibbenaran : Explorez les lettres sculptées de ce monument à l'alphabet arménien et faites-vous prendre en photo à côté de vos initiales arméniennes.

Akhts : Ce village possède des monuments uniques de l'architecture mémorielle arménienne datant des IVe et Ve siècles. En plus des tombeaux des rois arméniens de la dynastie Arshakid (Ier - Ve siècle), une basilique paléochrétienne se trouve ici.

Oshakan : Ce village est le lieu de sépulture de Mesrop Mashtots (360-440) fondateur de l'alphabet arménien. Sa tombe, avec sa pierre tombale du XIXe siècle, est située dans l'église d'Oshakan qui a été reconstruite par le Catholicos George IV en 1875.

Jour 14

Avant de quitter l'Arménie, cette visite de huit jours se termine par des visites du Matenadaran où d'anciens manuscrits arméniens sont stockés et exposés, de l'artisanat de vernissage et du marché aux puces, et de la Yerevan Brandy Company pour une visite et une dégustation de brandy.

(Remarque : les activités du jour du départ seront ajustées au besoin en fonction de l'itinéraire du voyageur.)


Archéologique-10

Après un bref repos à l'hôtel, les clients embarqueront pour une visite de la ville d'Erevan qui comprend des arrêts à la place de la République, au parc de la Victoire, à Mère Arménie, au Centre des arts Cafesjian, à la Cascade, à une fabrique de tapis, au monument à A.Tamanyan, Opéra et Mémorial du génocide arménien de Tsitsernakaberd.

(Remarque : les activités du jour d'arrivée seront ajustées au besoin en fonction de l'itinéraire du voyageur.)

Jour 2

Un voyage dans la vallée d'Ararat avec une visite au monastère de Khor Virap.

Le complexe monastère-château est situé à la place de la citadelle de la capitale historique Artashat, à gauche de la rivière Arax, sur les collines homonymes. Il était une fois la citadelle d'Artashat, qui comprenait la casemate de la prison royale. C'est pourquoi on l'appelait «Virap Artashatu» - la fosse d'Artashat. Selon la légende racontée par l'historien du Ve siècle A.D. Agatangeghos, elle est liée au nom de Grigor Lusavorich (Grégoire l'Illuminateur), qui y a enduré ses tortures. Le complexe du monastère comprend 2 églises. La première est l'église Saint-Grigor, construite par Nersès III le Bâtisseur en 642. Voici une fosse de 4,4 et 6 mètres de profondeur avec une couverture en forme de dôme. L'échelle de 25 marches mène les gens à cette profondeur. L'église a d'abord été rénovée en 1661, puis en 1879 après le tremblement de terre. L'autre est l'église St. Astvatsatsin fondée à la fin du 17ème siècle. L'église est une construction en forme de dôme avec un beffroi adjacent. Le monastère est entouré d'un mur, avec des chambres, des entrepôts, des auberges, des étables et d'autres bâtiments attenants. Khor Virap a été un centre scolaire – un lieu de pèlerinage. Le célèbre historiographe du XIIIe siècle Vardan Areveltsi a fondé une école avec 40 étudiants qui y étudient. Au XVIII e siècle, le monastère fut longtemps déserté et ce n'est qu'en 1765 que Catholikos Simeon d'Erevan parvint à le faire revivre. Nous avons reçu plus d'une dizaine de manuscrits en héritage de ce centre scolaire. Aujourd'hui l'ensemble monastique est entièrement rénové.

Continuation vers le village d'Areni. Déjeuner.

Le village d'Areni dans la province de Vayots Dzor est l'un des établissements les plus anciens et les plus remarquables de la province de Vayots Dzor, à Syunik Marz, dans la Grande Arménie historique. Il est situé sur la rive droite de la rivière Arpa, au bord de sa gorge, traversée par laquelle la rivière coule à travers un étroit canyon dans la vallée de Sharur. En d'autres termes, la colonie a été un carrefour routier et un point militaire protégeant le canyon entre la vallée de Sharur et Vayots Dzor.


Continuation vers le monastère de Noravank qui est l'un des monastères bien connus de la province de Syunik, situé sur une hauteur, sur la rive droite de la rivière Amaghu - l'affluent gauche de la rivière Arpa. La date exacte de fondation du monastère n'est pas connue. Il existe déjà un certain nombre de documents à ce sujet au XIIe siècle. Le monastère possédait d'abondants domaines. C'était une résidence épiscopale - ses évêques et autres ecclésiastiques luttaient périodiquement contre le monastère de Tatev pour maintenir son indépendance. Le complexe architectural du monastère a été créé aux 13ème et 14ème siècles. Au 13ème siècle, c'était déjà le centre sacré de Syunik - le caveau familial des princes orbelyans. Ici sont enterrés de nombreux princes orbelyans, ainsi que des évêques. Parmi eux, on peut également citer le grand historiographe Stepanos Orbelyan.
Noravank est un complexe architectural complexe et hautement artistique.

Le complexe monastique comprend les 11-12e s. Églises St. Karapet et St. Pokas – non conservées, église principale St. Karapet, son « gavit » affilié, sépulcre du prince Smbat, église Burtelashen, deux chapelles et différents types d'édifices, rempart, au-delà duquel il y a un printemps. L'église Saint-Karapet a été construite en 1213 -1223 à la demande du prince Liparit Orbelyan. C'est une construction en forme de dôme avec un intérieur cruciforme. Le gavit est attenant à l'ouest, construit immédiatement après l'église – plusieurs fois en cours de restauration. En 1261, il a été rénové par l'architecte Siranes sur la commission de Smbat Orbelyan.

La restauration suivante a probablement été achevée par l'architecte Momik dans la première moitié du XIVe siècle. Parmi les édifices du complexe monastique avec sa signification un intérêt particulier suscite l'église-sépulcre du prince Burtel, également appelée Burtelashen ou St. Astvatsatsin érigée par Momik. C'est l'un des joyaux du 14e s. architecture arménienne. L'église est un bâtiment de deux étages recouvert de reliefs hautement artistiques. Les bas-reliefs de l'église montrent la Sainte Vierge à l'Enfant, assise sur un trône, le prince Burtel tenant une maquette du temple, etc. Le mur à moitié en ruine - les restes des édifices intérieurs et extérieurs ont été construits aux 17-18e siècles . Au 13ème siècle, une maison d'hôtes a été construite dans le complexe monastique. Il y a divers khachkars (pierres croisées) dans la zone du complexe, parmi lesquels retient l'attention ceux créés par Momik. Les divers documents conservés sur les murs des édifices monastiques fournissent des informations intéressantes non seulement sur la vie spirituelle mais aussi sur la vie temporelle. Noravank a été un grand centre culturel. L'architecte Siranes et le remarquable peintre et sculpteur miniature Momik - le célèbre diplômé de l'Université Gladzor, ont travaillé ici dans la dernière partie du XIIIe et au début du XIVe siècle.

Le représentant exceptionnel de la dynastie des princes Orbelyan, l'historiographe Stepanos Orbelyan a également travaillé dans ce monastère. Il acheva ici son célèbre ouvrage «Histoire de la province de Sisakan». Il donne des faits précieux sur la vie politique, en particulier socio-économique de Syunik et des pays voisins de toute l'Arménie. Aujourd'hui, le complexe est entièrement rénové.

Continuation du voyage vers le village de Yeghegis.

Le village de Yeghegis à Vayots Dzor Marz est également l'un des plus anciens établissements de la région de Vayots Dzor de la province de Syunik. A différentes époques, il a été un établissement de différents types : un village, un bourg, une ville de campagne, une ville forteresse, voire une capitale comme on l'appelait à l'époque de sa résidence princière aux 10-13ème siècles. La période de fondation n'est pas connue, mais à en juger par les antiquités du territoire, Yeghegis aurait pu être une ville-campagne ordinaire avant le 9ème siècle, c'est-à-dire avant de devenir la résidence des princes Syunik au lieu de la ville-campagne de Shaghat, puis elle a progressivement changé , rénové, s'agrandit – est devenu une ville de campagne ou une ville. C'était probablement l'époque (IXe s.) de l'établissement de sa citadelle, comme l'appellent les résidents locaux - Smbataberd, par laquelle la ville de campagne et sa citadelle étaient principalement désignées. Pourtant, il s'agissait d'unités distinctes disjointes à une distance de 1 à 2 km, comme la ville de Kapan et sa citadelle-Baghaberd. La principale agglomération de Yeghegis se situe dans la vallée de l'affluent droit de la rivière Arpa-Yeghegis, dans la zone du village actuel, ainsi que dans la zone de la colonie en ruine d'Hostun. La ville de campagne, par conséquent, s'est étendue sur une bande étroite de 4 à 4,5 km de long à travers la vallée de la rive droite de la rivière Yeghegis. La citadelle ou Smbataberd était située au nord-ouest du village principal, sur la haute montagne entre deux canyons profonds. Yeghegis et sa citadelle sont devenus la résidence des souverains de Syunik. Après la décadence du royaume de Bagratunyats (1045) les princes de Vayots Dzor ont perdu leur importance politique. Peu à peu, les Orbelyans ont pris le relais en gagnant de grands domaines, établissant leur propre pouvoir. Ils ont fait de Yeghegis leur résidence après la rénovation, la rendant plus fascinante et fortifiant sa forteresse. Sous le règne des princes Syunik et de leurs successeurs, les Orbelyans, furent fondés dans la citadelle de Yeghegis de magnifiques édifices, dont la plupart ont survécu jusqu'à nos jours. Les ruines de Smbataberd sont des murs grandioses, particulièrement bien conservés.

La forteresse principale au sommet de la colline était tout autour entourée de ces murs solides de 2,2-4,3 mètres d'épaisseur. La forteresse avait 10-11 m de haut 11 tours. Les murs sont construits avec des pierres polies et brutes, au mortier. Elle était considérée comme l'une des forteresses imprenables de Syunik. Au cours de son existence, la forteresse a été assiégée à plusieurs reprises mais elle est toujours restée imprenable. Il avait 3 entrées dont la principale était au nord - d'où l'on pouvait entrer dans la forteresse. Les édifices intérieurs de la forteresse ne sont pas bien conservés. Ces édifices servaient de salles de palais, de casernes, d'arsenaux, d'autres constructions défensives. La forteresse possédait également son propre système d'approvisionnement en eau. Parmi les monuments importants conservés dans la zone du village (dans la principale ville de campagne) se trouvent l'église de Zorats (XIVe s.), la basilique Saint-Astvatsatsin (survive après la restauration de 1703), l'église au dôme de Saint-Karapet (XIIIe s.), divers khachkars des 10-14e siècles, le caveau familial des princes orbelyans (13e s.).

Continuation vers le lac Sevan en traversant le col de Selim. Dîner au lac Sevan au restaurant Harsnakar.

Retour à Erevan. Nuit à l'hôtel.

Jour 3

La ville s'étend sur la vaste plaine des deux rives de la rivière Kasakh. Le nom est lié à un mot arménien «ashtarak» (tour), alors que selon certaines notions, il vient du nom de la déesse babylonienne-assyrienne - Ishtar. Dans les sources arméniennes, il est mentionné depuis le 9ème siècle comme l'un des établissements du district d'Aragatsotn de la province d'Ayrarat en Grande Arménie.

De plus, la grande quantité existante de monuments de l'âge du bronze et du fer (établissements de châteaux, champs de tombes, etc.) indique qu'Ashtarak est l'un des établissements les plus anciens d'Arménie. En général, Ashtarak est dotée de monuments archéologiques, historiques et architecturaux, qui forment un complexe complet impressionnant avec le paysage pittoresque de la gorge de la rivière Kasakh, qui traverse la ville. Ainsi, à côté du nouveau pont passant autour de la ville, à droite de l'autoroute Erevan – Gyumri, sur la rive gauche de la rivière Kasakh, se trouvent les vestiges d'une colonie ayant survécu de l'âge de Bronz jusqu'au Moyen Âge (le les habitants appellent l'endroit -Darabavor). Les célèbres grottes de Darabavor sont situées dans le canyon, juste à côté du village. Ces grottes sont utilisées depuis l'Antiquité. L'un des meilleurs exemples de l'architecture arménienne de la période paléochrétienne est la basilique à trois nefs – Tsiranavor construite au 5ème siècle.

Au XVIIIe siècle, ses doubles murs extérieurs ont été construits afin de fortifier l'église.

Les indigènes appellent « Berdatagh » la région autour de Tsiranavaor. La construction la plus populaire de la ville est l'église Karmravor de St. Astvatsatsin - l'un des joyaux de l'architecture arménienne du 7ème siècle. C'est un vieux bâtiment à dôme central, ainsi que le premier bâtiment au toit de tuiles qui ait survécu en Arménie. L'église Sainte-Marine ou Sainte-Mariene (1281) est nichée au centre-ville - un édifice en forme de halle en forme de dôme, qui était autrefois entouré de hauts murs de pierre. L'église de Spitakavor (13 - 14e) est de plan quadrangulaire, avec une couverture voûtée, située au sommet de la falaise à «Berdatagh». Parmi les édifices remarquables, le pont de pierre à trois arches du Kasakh occupe une place importante. Il a été établi par un opulent de Kanaker-Mahtes Khoja Grigor en 1664 à la place d'un pont plus ancien (12-13ème cc.). Le pont mesure 76 m. de long et environ 6 m. large, construit d'un tuf d'abricot poli, avec une inscription de constructeur à l'avant. La nouvelle église Saint-Sargis fondée à l'emplacement de l'ancienne base, est située sur la rive gauche du canyon, au-dessus du pont. Parmi les divers monuments expressifs existant dans la ville, il y a aussi le fossé d'irrigation appelé Akanatesi aru (ruisseau des témoins) ayant fonctionné de la période urartienne jusqu'au Moyen Âge, les exemples bien conservés des maisons ethnographiques construites à la fin du 19e – 20e siècle, le moulin à eau construit dans le territoire attenant au pont au 19e siècle, toujours en usage, les khachkars groupés séparément (la plupart se trouvent dans le cimetière civil), dont le plus grand et le plus populaire est la croix de Saint-Nshan ou croix de trou, située sur un piédestal par le prêtre de Tovmas en 1268, etc.

Voyage archéologique à l'ancienne colonie d'Agarak.

Situé dans les contreforts sud du mont Aragats, sur la rive ouest de la rivière Amberd, le site d'Agarak couvre une superficie de 200 hectares, dont une partie (118 hectares) a maintenant été déclarée réserve historique et culturelle par le gouvernement de Arménie.
Observer le territoire.

Continuation vers le village d'Aghtsk. Déjeuner .
Les touristes trouveront le sépulcre des rois arméniens Arshakuni situé dans le village d'Aghtsk de la province d'Aragatsotn, sur la haute terrasse de la gorge de la rivière Amberd. Une église-halle tétragonale à trois nefs est ajoutée au nord du sépulcre royal. L'église construite en tuf noir et jaunâtre poli au moyen de mortier a été considérablement démolie. Seule la base des murs a survécu, des fragments séparés décorés de bas-reliefs et d'inscriptions, ainsi que les débris de khachkars et de reliques établis plus tard ont survécu. Sur les côtés sud et nord de l'autel en forme de fer à cheval se trouvent les chapelles latérales. La structure de l'église, les types de pieds de colonnes, les ornementations sont archaïques, typiques des plus anciennes églises chrétiennes, comme Tsitsernavank, Tsiranavor à Ashtarak, Yereruik, etc, ce qui donne du terrain à Aghtsk au IVe s.

Les travaux des historiens Movses Khorenatsi et Pavstos Buzand contiennent des informations authentiques sur la construction du sépulcre royal d'Aghtsk, selon lequel le sépulcre a été fondé à l'époque de la guerre arméno-perse, immédiatement après le raid entrepris par le roi perse Shapuh II en 359. D'après Buzand, le roi Shapuh a envahi l'Arménie par une attaque soudaine, et en pénétrant profondément dans le pays, il a conquis le château d'Ani dans la province de Daranagh, où étaient installés les sépulcres royaux. Les Perses ouvrent les sépulcres royaux rassemblant les ossements des rois, les prennent, pensant qu'ils enlèvent ainsi le pouvoir et la force du pays. En apprenant l'existence de ce commandant arménien en chef Vasak Mamikonyan organise une attaque soudaine, reprend les otages et les ossements des rois, les enterre finalement dans le village d'Aghtsk, qui se trouvait dans l'une des cavités les plus inaccessibles et les plus étroites du mont Aragats.

La partie souterraine du sépulcre des rois d'Arshakuni a une structure rectangulaire de l'extérieur et une structure cruciforme de l'intérieur (2,60x 3,80 m). Il est construit de pierres de tuf noir-rouge polies au moyen de mortier. Il a une orientation Ouest-Est. L'abside est à l'est, tandis qu'au point central des murs longitudinaux sud-nord se trouvent des niches rectangulaires couvertes de voûtes en fer à cheval, où sont enterrés les ossements des rois Arshakuni. Les orifices des niches sont fermés par de fines plaques de tuf rouge-noir fixées dans une rainure spéciale, dont les façades sont décorées de bas-reliefs anciens à la fois mythologiques et bibliques. Les bas-reliefs structurés sont dépourvus de toute élaboration approfondie, mais ils ont une expressivité typique des sculptures du début du Moyen Âge. Il y a un seuil voûté à l'ouest, dont l'embrasure est bordée d'en haut avec des pierres de tympan, avec une pierre semi-circulaire ornée de pierre, frangée d'arc de déchargement avec des bas-reliefs de diverses chasses. Les colonnes de part et d'autre de l'entrée sont également décorées de bas-reliefs de croix et de chasses alignés. Le bloc sépulcral est recouvert de mortier, qui portait autrefois le poids du deuxième étage, la salle de prière. Le sépulcre royal d'Aghtsk, malgré ses caractéristiques, présente une grande similitude dans sa structure à la fois avec les monuments de l'époque romaine de l'Assyrie et les monuments simultanés de l'Arménie (sépulcres médiévaux d'Ani, Kamaris).

Continuation vers la forteresse d'Amberd, l'un des châteaux et des villes-forteresses les plus célèbres de la région d'Aragatsotn de la province d'Ayrarat de la Grande Arménie, située à 5-7 km au sud-ouest du village de Byurakan dans la province d'Aragatsotn, sur les pentes nord-est du mont Aragats. Il est niché sur une surface plane du haut promontoire triangulaire (2300 au-dessus du niveau de la mer) formé par les rivières Amberd et Arkashen. Selon l'étymologie traditionnelle, Amberd signifie «forteresse adjacente», «sans forteresse» ou «forteresse à hauteur de nuages». Il reste des ruines de constructions cyclopéennes sur le territoire d'Amberd, ainsi que des pierres de dragon dans les environs. La construction de la forteresse a été déclenchée au 7ème siècle par les efforts des princes du Kamsarakan.Plus tard, il devint la propriété des Bagratunis, puis de la dynastie Pahlavuni. Au XIe siècle, les Turcs seldjoukides conquirent Amberd. Les frères Zakarian le libérèrent en 1196, le cédant aux Vachutyans, qui en firent leur résidence. En 1236, Amberd fut conquise et démolie par les Mongols et devint définitivement déserte lors de l'invasion de Tamerlan.

A la fin du XIVe siècle subsistent les ruines des remparts, du palais royal à deux étages, de l'église et des thermes, dont une partie est actuellement reconstruite. La position naturelle du château était bien fortifiée par des murs et des pyramides. Le château et le palais avaient leurs remparts séparés avec des tours à deux étages. Outre la porte principale, le château possédait deux voies secrètes menant au canyon d'Amberd. Le palais avec sa position dominante sur le château avait une superficie de 700 m². Les golfes environnants, les remparts (15 m de haut, 2 m de large) le rendaient inaccessible, dont les fenêtres nord-ouest faisaient face au magnifique paysage de la vallée de l'Ararat. Le palais était une construction de deux étages avec de hauts murs. Le premier étage comprenait des pièces annexes, tandis qu'au deuxième étage il y avait des pièces d'habitation. On pouvait monter à l'étage par un escalier large et solennel. Au premier étage, à droite de l'escalier, il y avait un bassin spécial pour alimenter le palais en eau. L'église principale a été établie par ordre du prince Vahram Pahlavuni en 1026, semblable à l'église de Marmashen dans sa conception.

L'église est rectangulaire de l'extérieur, tandis que de l'intérieur, c'est une construction cruciforme en forme de dôme. Le tambour de la coupole est polygonal avec des piliers doubles dans les coins et est couronné d'un clocher de type parapluie. L'entrée voûtée est décorée de colonnades. Sur le mur intérieur, il y a un enregistrement sur sa construction. Il y a une maison de bain bien conservée (10-11ème cc.) à côté du palais princier avec des équipements, des réservoirs et des chaufferies adjacents. Le bain avait un plan rectangulaire, composé successivement de vestiaires, salle de bains, chaufferie, couverts (les deux premiers) avec mansarde. Le chauffage du bain était réalisé par le bas et au moyen de tubes verticaux installés à l'intérieur des murs, qui récupéraient l'air et la vapeur réchauffés du foyer. L'eau a atteint Amberd par des tubes d'argile à une distance de 5 km. La conduite d'alimentation en eau est d'abord entrée dans le palais, puis a volé dans la partie intérieure du château, où se trouvait un vaste étang construit non loin du palais. C'est de là que les bains publics et tout le château s'approvisionnaient en eau. Les tubes à l'intérieur des bains étaient en métal. Les premières fouilles d'Amberd ont été achevées par H. Orbeli en 1936, plus tard en 1936, le groupe d'excursion de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie RA a poursuivi les fouilles commencées.

Retour à Erevan. Nuit à l'hôtel.

Jour 4

Départ pour le territoire de l'ancienne colonie d'Agarak.
Participation aux fouilles d'Agarak.

Situé dans les contreforts sud du mont Aragats, sur la rive ouest de la rivière Amberd, le site d'Agarak couvre une superficie de 200 hectares, dont une partie (118 hectares) a maintenant été déclarée réserve historique et culturelle par le gouvernement de Arménie.

Le site est constitué de coulées horizontales de tuf solidifié, qui s'étendent vers le sud et ont des surfaces planes. Ils bordent à l'est la rivière, tandis qu'à l'ouest, ils se transforment en une crête vallonnée. Tenant compte des caractéristiques particulières du relief local, formé par les coulées de tuf, les habitants ont transformé le paysage, transformant les masses naturelles de tuf en un gigantesque système constitué d'ensembles de structures en pierre. En aval le long du cours de la rivière Amberd sur des dizaines de kilomètres s'étendent sans interruption des falaises de tuf, des passages, des collines rocheuses et des plateaux naturels, ainsi que des blocs de pierre autoportants. Sur leurs surfaces et leurs flancs, ces formations portent les traces d'un travail intensif de la pierre. Les flancs des falaises et des plateaux ont également été sculptés. Il y a des niches creusées dans les falaises, ainsi que des plates-formes en forme d'escalier qui y mènent, en plus des structures d'autres types.

Toutes ces structures, y compris une série ininterrompue de structures rondes en forme de fer à cheval et de canaux les reliant, ainsi que des "autels sacrificiels" trapézoïdaux, transforment le paysage naturel en un monument gigantesque. Cet ensemble de structures cultuelles est complété par des constructions artificielles situées autour des plateaux et dans les espaces entre eux. Les observations stratigraphiques indiquent que cet ensemble de structures cultuelles et de cours a été créé au début de l'âge du bronze. Les résultats d'enquêtes sur le terrain en 2001-2002 montrent qu'Agarak a été colonisée à partir du début de l'âge du bronze. La rue découverte à l'extrémité nord-est du premier plateau, et la présence de part et d'autre de la rue d'habitations aux plans arrondis et aux annexes carrées, indiquent qu'au Bronze ancien existait ici une ville au plan régulier des rues. Très probablement, les éléments de composition de base du plan de la ville au début de l'âge du bronze sont les plates-formes rocheuses sculptées au sommet de la falaise, autour desquelles s'étendaient les quartiers d'habitation. Au cours du processus de fouilles, l'énorme quantité découverte de fragments de céramique, de statues en terre cuite, de foyers portatifs ronds et en fer à cheval et de supports de foyer, nous permet de dater cette section d'Agarak au cycle moyen de la soi-disant Shengavit ou La culture archéologique de Kura-Araxes, qui est aujourd'hui datée du 29e au 27e siècle av.

Les couches recouvrant les strates de l'âge du bronze ancien sont perturbées. Ils contiennent des vestiges matériels confirmant que le site a été habité par la suite à diverses périodes archéologiques, de l'âge du bronze moyen au début de l'âge du fer inclus. Une sépulture « karas » (pythos) avec un sceau urartien et la présence de nombreux fragments de céramique urartienne permettent de parler également d'Agarak ayant été habitée du VIIIe au VIe siècle av. En 2004, un modèle unique d'architecture sépulcrale urartienne a été découvert sur le plateau de la falaise sud. C'est un columbarium creusé dans la falaise de tuf.

L'entrée nord (vers M. Ararat) a été recouverte d'une énorme dalle de tuf. La salle sépulcrale de 9 m² comprend des chambres sculptées dans la falaise des deux côtés de la façade, ainsi que des chambres pour un réceptacle de cadavre et un bassin de sarcophages.

Dans les limites du plateau arménien et des territoires qui le bordent, cette découverte est unique parmi les structures du même genre, ayant des parallèles avec les exemples célèbres de Van. Le columbarium a été pillé par la population de l'époque hellénistique, qui a eu des funérailles dans la même zone, mais l'exploration du territoire permet de supposer la découverte ultérieure de structures similaires ici.

Après la chute du royaume de Van, Agarak a connu une autre période de développement intensif, devenant une grande colonie de type urbain. La grande quantité de pressoirs et de cuves de stockage de vin découverts dans les secteurs fouillés indique le rôle prédominant de la viticulture et de la vinification dans la vie économique des habitants d'Agarak. En tant que l'un des points les plus importants le long de la route commerciale menant d'Airarat à Shirak et à la capitale d'Ani, Agarak a développé une économie et un secteur commercial florissants, en particulier aux IIIe et IVe siècles av. UN D. La preuve de ce développement est fournie par la découverte de poteries urbaines peintes, la drachme d'Alexandre le Grand, un denier en argent d'Octave Auguste et plusieurs chevalières trouvées dans des sépultures de sarcophages appartenant à la période de l'Antiquité tardive du site.

La découverte de modestes quantités de poteries émaillées et cuites dans la couche d'alluvions recouvrant les strates antiques du plateau indique que la vie s'est poursuivie à Agarak au haut Moyen Âge (XIIe-XIVe siècles). La phase finale de l'histoire de l'habitation d'Agarak est représentée par des matériaux typiques des XVIIe et XVIIIe siècles (céramiques, bases de foyer, monnaies émises par le Khanat d'Erevan, etc.). L'utilisation actuelle du site ne peut se comprendre qu'à la lumière de tout son développement historique.

D'une manière générale, l'ancienne colonie d'Agarak est l'un des meilleurs monuments archéologiques d'Arménie, représenté dans des complexes templiers à ciel ouvert («Paysage rituel»), qui, pratiquement, révèlent toutes les étapes du développement de la culture matérielle datant du début de l'âge du bronze. à la fin du Moyen Âge.
Déjeuner. Continuer les fouilles.


Tombes des princes orbéliens au monastère de Noravank - Histoire

« Sept merveilles » a été mis dans l'histoire du monde par l'historien grec Hérodote. Tout le monde connaît sept merveilles du monde (Le Phare d'Alexandrie, les jardins de Shamiram, les Pyramides d'Egypte, la statue de Zevs à Olimpia, le Colosse de Rhodes, le mausolée d'Halicarnas, le Temple d'Artéminis à Ephèse). Nous avons isolé sept merveilles en Arménie, l'une d'entre elles est naturelle et six sont créées par l'homme. Ces merveilles ont une énorme influence sur l'esprit religieux, scientifique et architectural du monde, qui est déjà plus élevé que le simple héritage arménien, c'est le patrimoine national. Les sept merveilles de l'Arménie sont la montagne Ararat, Noravanq, l'église de Geghard, le temple de Hripsime, Zvartnots, l'église de Khorakert, Gandzasar, qui est déjà plus élevé que le simple héritage arménien, c'est un héritage international.

Le travail titanesque des forces de la nature a effrayé tout le monde à tout moment. Il a non seulement détruit, mais a également créé des monuments majestueux sur le plateau arménien, parmi lesquels se trouve la montagne Ararat.

Les premières informations sur la montagne Ararat se trouvaient dans la plus ancienne note « Légende de Gilgamesh ». Il est dit que dans le résultat de la colère de Dieu après le puissant déluge, seuls Utnapishtum et sa famille ont survécu. Ils construisirent une arche qui s'était arrêtée au sommet de la montagne Nasir. Ici Nasir Masir Masis. Le même que nous pouvons lire dans la Bible.

Les légendes sur Ararat ont eu une influence sur la science et la géographie du 20 ème siècle. La croyance à l'histoire selon laquelle l'humanité est originaire de la montagne Ararat est également si forte et réelle qu'elle est devenue une occasion pour la science de façonner des opinions mystiques. Surtout il a été prêté attention aux particularités de la disposition géographique : il est situé sur le centre de tension maximale, si l'on rejoint le cap de Bonne-Espérance et le détroit de Béring Ararat est le centre des déserts d'Asie-Afrique et c'est le nœud de jonction, qui est le fond d'un ancien océan. Et enfin Ararat est à la croisée des mers Noire, Rouge, Méditerranée et Caspienne.

Dans la géographie du 20 ème siècle est mentionné que le plateau arménien est l'endroit où les trois capitales de l'Ancien Monde sont à la distance la plus proche.

Sa majesté est qu'Ararat est la plus haute montagne du monde avec sa hauteur relative de 4000 m du niveau de la mer, et la hauteur absolue est de 5165 m. La scène est vraiment magnifique : sur le plat absolu de la vallée d'Araratyan s'élève l'immense montagne, brillante éternelle de 1000 km² de glace sur son sommet.

Ararat a deux sommets près de Little Ararat. La montagne d'Ararat est un saint pour les Arméniens depuis l'époque païenne, ils pensaient que leurs dieux vivaient sur Ararat.

dit l'historien Pavstos Busand. St. Jacob Mtsbinetsi demande à Dieu de lui faire voir l'arche de Noé, qui s'est arrêtée au sommet d'Ararat. Il monte au sommet. Quand il a déjà atteint le sommet, il s'endormit. Dans son rêve, il voit l'ange de Dieu et ce dernier dit." Jacob, Dieu a entendu votre demande, le morceau à vos pieds est de l'arche, prenez-le et n'essayez pas d'aller plus loin, Dieu le dit". Le réveil Jacob remarque un morceau de pont, le prend et retourne en arrière .

Maintenant, ce pont saint est à Etchmiatsine et fait partie de la sainteté de l'Église arménienne.

En 1837, l'empereur russe Nikolaï Ier avec sa femme Alexandra se rendit en Arménie pour voir la montagne. Pendant trois jours, l'empereur est allé sur des hauteurs près d'Erevan, mais tout le temps Ararat était couvert de nuages. L'empereur a dit "Ararat, tu ne voulais pas que je te voie, et je ne veux pas que tu me vois" et il a quitté l'Arménie.

La pierre est le symbole de l'Arménie et les montagnes l'ornent. Les Arméniens sont très fiers de leurs montagnes. La pierre est tout pour les Arméniens. C'est l'esprit, la foi et le protecteur des Arméniens. Les Arméniens sont la seule nation qui a gravé une symphonie dans la pierre.

Comme effet mystérieux, Geghard est unique dans le monde chrétien. Il se compose de trois églises, un immense mausolée creusé dans la montagne. Les églises dans les montagnes sont riches de murs décorés et le plus important est que les colonnes portant la lourdeur du dôme soient séparées de la montagne.

La soi-disant église « Avazan », selon la légende, la piscine et la source sont apparues dans la montagne, alors que dans les temps anciens, les moines voulaient être sûrs que la lance était réelle, la poussaient dans la montagne et l'eau coulait de la montagne. Et donc l'eau était considérée comme sainte.

Dans la 3 e église est enterré le prince préféré des Arméniens, le prince Prosh. C'est lui qui a battu Jalaleldin le sultan de Khorezm et il a été le fondateur de ce qu'on appelle la « 3 ème université d'Athènes » Gladzor en 1280.

Dans le mausolée de l'immense salle carrée, qui n'a d'entrée que par le tunnel de la montagne, sont enterrés des amants éternels - les fils de Prosh, Papak et Ruzakan. Il y a une merveilleuse légende sur eux et leur mausolée. Mais le mystère de Geghard est la façon dont il est construit. Jusqu'à présent, les architectes du monde ne peuvent pas savoir dans quel ordre les églises rupestres ont été construites. Le fait est que les parois de la grotte sont très fines et qu'un seul coup suffirait à détruire la composition. L'architecte était Galdzak. Il n'y a qu'une seule inscription sur l'arc de l'église : « Souviens-toi de moi. Galdzak . D'autres architectes au 14ème siècle se sont liés pour harmoniser le gavit-jamatun et l'église principale construits plus tard avec le génie de Galdzak. Le gavit de Geghard est le seul en Arménie avec un dôme couvert de stalactites.

Gegharda-dzor (canyon) est une région de légendes étonnantes. Timur Ier, Shah Abas, Marko Polo et bien d'autres étaient venus voir le monastère et avaient admiré le génie arménien.

Au nord-ouest du district de Lori, sur le versant de la montagne Lalvar, se dresse le monastère de Khorakert, entouré de bois épais. La route qui mène à Khorakert respire l'antiquité et mon silence stério u .

En entrant par la seule porte, les ruines du monastère sont immédiatement remarquées. Aujourd'hui, seuls l'église principale et les murs du gavit ont persisté.

L'extérieur de l'église ne diffère pas des autres monuments architecturaux arméniens. C'est une église-halle à coupole, le gavit appartient à des bâtiments typiques à coupole à ailes croisées. A l'extérieur comme à l'intérieur, Khorakert n'a pas de sculpture ou de fresque extraordinaire, mais il suffit de jeter un coup d'œil à la coupole. L'aspect extérieur extraordinaire de la coupole s'explique par le tambour inhabituel, unique non seulement en Arménie mais aussi dans l'architecture mondiale. Il a une forme décaédrique. Les facettes ne sont pas constituées des murs habituels, mais composées dans la moitié inférieure de colonnes hexaédriques, trois par facette. Les chapiteaux et les bases identiques, comportant des perles et des plaques hexaédriques, sont d'origine. Enjambée comme des ouvertures lumineuses, et quand la lumière du soleil éclate, la coupole regardée de l'intérieur semble s'élever. Cette coupole extrêmement audacieuse du traitement du tambour en colonnade ne se retrouve dans aucun autre monument.

La coupole de Khorakert est si merveilleuse, que l'homme à l'intérieur pense que la coupole est suspendue au ciel. Mais ce n'est pas toute la scène. Elle serait incomplète, si la coupole n'était pas sculptée de l'intérieur : sur la base du tambour, 30 colonnes cerclées portent sur elles des arcs en croix. Ainsi, la scène est complète comme une coupole ailée unique dans l'architecture mondiale.

L'intérieur de la coupole est aussi des plus originaux. La base constructive de son hémisphère est constituée de trois paires d'arcs intéressants, qui forment une étoile à six branches. La section hexagonale centrale est remplie d'ornements en forme de stalactites. Cette scène mystérieuse capture même les plus sceptiques. L'architecte de Khorakert est inconnu, ainsi que la date de construction. On sait seulement qu'il appartient au XIIe siècle et la coupole - à 1252. Quand Khorakert a été abandonné, personne ne le sait : seules des légendes ont conduit à cet ancien monastère.

Zvartnots est la plus grande réalisation de l'âge d'or de l'architecture en Arménie et c'est un chef-d'œuvre unique. Il a été capturé par de nombreuses personnes de différentes nations et religions, a épelé des empereurs et des voyageurs. Pour sa merveille, nous devons au Catholicos arménien Nerses Tayetsi 642-661 également connu sous le nom de Builder.

Avant de décrire le temple, nous devons mentionner qu'il était l'une des merveilles de son temps. Le temple est immense. Il était sur le stilobé à sept étages et avait 59m de hauteur, trois étages, était entièrement construit en basalte gris-bleu et en tuf violet. Le temple est sous terre depuis 300 ans et a été détruit par un tremblement de terre. Il est sous terre depuis 8 siècles et a été découvert au début des années 1900-1907. Les fouilles principales à Zvarntots ont été faites par l'architecte Toromanyan.

Toromanyan en 1905 a offert son croquis de la reconstruction du temple montrant que Zvartnots n'était pas comme les autres monuments architecturaux arméniens du début du Moyen Âge.

La reconstruction du temple de Toromanyan a été à l'origine de nombreuses querelles à propos du fait qu'au cours de ce siècle, on ne pouvait pas construire un immense bâtiment de trois étages, dont les étages supérieurs s'appuient sur des arcs. Mais bientôt lors des fouilles d'Ani ont été trouvés le mannequin de l'église Saint-Grigor comme Zvartnots, qui a été construit par Gagik Bagratuni.

La décoration du temple de Zvartnots suivait le principe, courant dans l'architecture arménienne des 5e-7e siècles, de faire ressortir les détails architecturaux de base : colonnes, ouvertures de portes et fenêtres. corniches et archivoltes. Les surfaces extérieures des polyèdres, en particulier de la partie inférieure, étaient ornées d'une riche arcature. Les demi-colonnes jumelles étaient couronnées de chapiteaux à palmettes et d'acanthes. Dans l'ensemble, le motif de l'ornementation sculpturale, taillé en haut-relief, était floral (une vigne, des feuilles stylisées, des rameaux de grenade avec des fruits, etc.). Les motifs ornementaux sont nets, expressifs, variés et rythmés sans contrainte. Parmi eux se distinguaient des chapiteaux intérieurs à colonnes d'une composition originale, en forme de paniers en osier avec des volutes et une croix ou un monogramme (avec des lettres signifiant "Nerses" et " Catholicos ") entre eux et décorés des figures d'aigles rampants qui semblaient soutenir la coupole, symbole du firmament.

L'historien de l'époque Movses Kaghankatvatsi a déclaré qu'à l'onction du temple étaient présents l'empereur de Byzance, qui était si admiré par sa beauté, qu'il a ordonné aux architectes de l'accompagner et de construire dans sa capitale un monument comme Zvartnots. Mais la commande a échoué car l'architecte est mort en chemin.

À Constantinople, un monument comme Zvartnots n'a pas été construit, mais en Arménie, à plusieurs endroits, de nombreuses églises ont été construites. Nerses Catholicos dans son village natal d'Ishkhan a construit une église semblable en 652-659. Au début du XIe siècle, l'un des gouverneurs d'Ani Gagik Bagratuni II ordonna de construire un temple à Ani, qui présentait exactement le style architectural et les dimensions de Zvartnots.

Zvartnots est le chef-d'œuvre de l'âge d'or architectural et l'un de nos obélisques uniques. Il n'est pas rare qu'à Paris sur les sculptures des portes du temple de la Chapelle San (1243-48) soient décorés l'arc de Noé sur la montagne d'Ararat et à l'arrière des Zvartnots - merveille à trois étages.

L'assemblage architectural de Gandzasar avec la nature étonnante qui l'entoure est l'un des plus beaux héritages de la nation arménienne.

Le professeur de Sorbonne Université Sharl Dil Gandzasar a considéré le 3 ème monument des cinq monuments arméniens, qui sont dans la culture mondiale.

Le monastère de Gandzasar se compose d'une église et d'un gavit. L'église St. Hovhannes Mkrtich (Jean-Baptiste) est basée sur une composition en coupole croisée (les dimensions de la salle sont de 12,3 x 17,75 m) les quatre coins occupent des galeries à deux étages. Le niveau supérieur est atteint par des escaliers en console fortement inclinés, dont les parties de la tour portent de grandes stalactites sculptées.

Ils sont couronnés d'une corniche. Sous la coupole se trouvent deux conques décorées d'étoiles, de cercles et d'autres ornements. Sur chaque voile, il y a de hautes décorations. Sur la voile sud-ouest, la décoration est une tête de bélier, sur les voiles sud-est et nord-est des têtes de taureau, la décoration sur la voile nord-ouest ressemble à un visage d'homme.

Le tambour de l'église de Gandzasar avec son intérieur rond est divisé par huit paires de demi-colonnes en spirale minces. D'une richesse exclusive est le visage de l'autel surélevé qui est ceint de tous côtés par de larges corniches profondément moulurées, celle du dessus porte une inscription.

Les proportions extérieures du temple suivent un modèle défini. Les bras de la croix sont flanqués de baies peu profondes à section triangulaire, qui allègent le poids de l'ensemble de la structure tandis que les ombres nettement délimitées qu'elles dégagent servent à faire ressortir les parties fondamentales de la façade dans tout leur contraste.

Le bâtiment repose sur une haute fondation à cinq marches. Les façades du temple sont divisées par cinq arcs aveugles plats. Les façades sud et nord présentent des arcs identiques. Au-dessus de l'arc du milieu, il y a une image profondément cannelée de la croix, avec une étroite fenêtre à pignon large au-dessus. Le mur nord est flanqué d'autres ornements au-dessus de la croix il y a un symbole d'éternité.

La façade orientale est également divisée par des arcs identiques, mais en plein cintre. Le gavit construit en côté nord couvrait le décor de la croix. C'est une croix aux ailes larges avec l'image du Christ.

L'architecte inconnu de l'église a construit un tambour étonnant. Il est divisé en 16 faces. Chacun d'eux est un chef-d'œuvre de décoration. Les côtés de chaque face sont délimités par des demi-colonnes. Sur quatre faces, il y a des fenêtres étroites avec de larges cadres. Les quatre autres faces ont des fenêtres rondes. Ils sont tous décorés.

Sur deux faces occidentales se trouvent des images sculpturales de marguilliers placés symétriquement. Les deux personnages se sont agenouillés les bras tendus et tiennent le modèle de l'église. Comme le pensent les chercheurs, ce sont Hasan Jalal Dola et son fils Atabek, qui avaient ordonné la construction de l'église. Sur l'autre face se trouve un décor représentant le Christ et Adam et Eve sur le cadre de la fenêtre.

Sur les trois faces sud, des personnages agenouillés se font face et des auréoles autour de la tête. Sur l'autre face il y a des images de têtes de taureau, la troisième contient un relief de la Vierge à l'enfant, sur une autre le bas-relief d'un aigle aux ailes déployées.

Non moins remarquable est l'annexe (comme l'église St. Nshan à Haghpat), qui jouxte l'église par l'ouest et représente une grande salle (11,62x11,80, 3,15x3,25m) libre de tout support avec deux paires d'arcs intéressants avec une voûte de stalactites.

L'entrée de l'annexe dans le temple est encadrée par un portail de conception simple avec un arc en plein cintre, son encadrement orné, d'un fin dessin tissé, le tympan rempli d'étoiles implantées à espacement figuré en forme de losanges.

Dans la partie orientale de Gavit sont enterrés les membres de la célèbre famille Hasan-Jalalyan : Hasan Jala Barepasht, Baghdasar Metropolite.

Aux angles nord du gavit sont sculptés deux léopards. La partie la plus importante de la décoration du gavit est le cadre de l'entrée. Il est convexe et se remarque tout de suite. Le demi-cylindre s'élevant de la fondation à trois étages du mur passe la porte, devenant son cadre.

Gandzasar est l'un des meilleurs monuments d'Arménie. À Kharabagh, il est considéré comme le chef-d'œuvre architectural national.

Il est probable qu'aucune autre nation au monde n'est aussi étroitement liée à sa religion que les Arméniens le sont. L'affection des Arméniens envers leur religion s'explique par un amour inexplicable tout-pardonneur et tout-conquérant. Et avec tout cela, nous rencontrons un autre miracle mystique de l'amour génétique arménien envers Dieu, envers le christianisme que les Arméniens expriment en termes d'exécution créative. Il n'y a aucun autre endroit au monde où les églises chrétiennes sont aussi variées qu'en Arménie. Ils se distinguent par leur structure architecturale, par leur taille, par leur monumentalité et leur raffinement doux, l'église est l'esprit de la nation, sa façon de penser, la composition de presque tous les types d'art populaire et la nature de Dieu.

Ce monument grandiose se trouve dans l'antique capitale Vagharshapat, d'aujourd'hui Echmiadzin l'omphalos spirituel de l'Arménie.

L'église a été construite en 618 après JC par le patriarche Komitas Shinokh. Toute l'église et la terre sur laquelle elle se dresse sont enveloppées d'un mystère céleste. Sa silhouette expressive est visible de tous les bords du mont Ararat.

L'église est construite par le système de perception spatiale et linéaire. L'église est monumentale par elle-même et par sa masse. Dans la vallée, cela crée une vue apparente d'une falaise à un seul côté, mais l'architecture a utilisé le moyen de réfracter les énormes murs avec des niches ordonnées et la zone près du dôme avec des coupes basiliques fragmentées externes affaiblit la structure volumineuse en rotation et l'église tourne pour un visiteur dans un miracle gracieux et apparenté émergeant de la vallée.

Les structures dont les fascinations sont basées sur un mirage visuel fabriqué à l'extérieur sont uniques au monde. De telles structures sont, par exemple, le Taj Mahal et Hripsime. Il est impossible d'imaginer les dimensions et l'immensité de l'église de Hripsime de loin, fondamentalement les murs de l'église avec les niches linéaires qui s'élèvent continuellement doivent créer une perception volumineuse de la masse, mais l'architecture avec un détail très astucieux pourrait se briser une perception si naturelle.

Ce n'est qu'en s'approchant de l'église que l'on sent à quel point elle s'agrandit mystérieusement à chaque pas et près des murs, elle profite pleinement de ses sentiments comme un lustre rose suspendu au-dessus de l'azur.

Afin d'accentuer la perception visuelle du dôme et de rendre plus significatif le décollement de celui-ci par rapport à la vue générale de l'église, l'architecte a utilisé de petites tours extérieurement incompréhensibles, qui touchent de près le fût. Tout d'abord, en tant que concept d'ingénierie, ce sont des distributeurs de force spéciaux qui prennent une partie du poids du dôme et du tambour et le plus important est que l'architecte a en quelque sorte créé une vue tridimensionnelle. S'il était possible de regarder l'église d'en haut, alors nous verrions que l'église est comme une souche conçue de manière créative sur laquelle un gros champignon a poussé avec d'autres petits champignons touchant les racines de chaque quartier.

Et tout cela en position de symétrie parfaite crée une image de raffinement et de perception paradisiaque.

La décoration du bâtiment est extrêmement modeste. Il y a en lui une retenue ascétique qui lui confère une grandeur particulière. L'apparence extérieure de l'église est rectangulaire et à l'intérieur elle est en forme de dôme central croisé. Ce type d'église est une réalisation de l'architecture arménienne. A l'intérieur, on sent l'attrait de la grandeur de l'église harmonisé avec une simplicité impeccable du christianisme. Le plan cruciforme de l'église est conçu par des niches sphériques spéciales aux angles des flancs de la croix sous une forme imaginaire de bourgeons éclatant progressivement. À l'intérieur, toute la grandeur de l'église est centrée dans le dôme.

Tout l'intérieur de l'église est absorbé et fondu dans le cercle domical. La grande coupole de traction appuyée sur quatre culées à dôme géant crée une perception spacieuse, serrée et volumineuse. La structure périphérique interne de la coupole est conçue plus que d'habitude, du centre même du dôme au cercle du fût, 12 trompes se traînent uniformément offrant une vue imprenable sur le luminaire rayonnant, symbole du Christ et de ses 12 apôtres .

L'éclair de l'église est aussi grand. Cela se fait essentiellement par une lumière abondante pénétrant à travers les grandes fenêtres situées dans chaque face de la coupole à seize facettes.

Le sanctuaire de l'église se trouve dans les absides orientales sous le choeur principal, où il y a un passage à travers la sacristie nord. Ici, sainte Hripsime est enterrée et l'histoire de l'adoption du christianisme en Arménie est associée à son nom.

Dans le passé, une chapelle avait été construite sur sa tombe en 303 après JC, sur laquelle en 618 après JC cette église miraculeuse a été construite par Komitas.

L'église Saint-Hripsime est impardonnable sur fond de vallée d'Ararat vert émeraude et de pic lumineux de l'ancien mont Ararat. C'est pourquoi l'UNESCO a reconnu l'église Saint-Hripsime comme un trésor de l'architecture mondiale, l'une des principales contributions de la nation arménienne.

Le monastère le plus important de Vayots Dzor est Noravanq, situé à 110 km au sud-ouest d'Erevan.

Noravanq est vraiment unique dans l'architecture du monde, il a été construit aux 13ème-14ème siècles. Le complexe monastique comprend deux églises, un porche et deux tombeaux il comprend également trois basilique jamatuns, datée du 5 e au 6 e siècles après J.-C.

Et soudain une petite vallée entourée de collines apparaît. La vue sur les falaises rouge brique cachées dans les buissons verts est si étonnante que vous ne pouvez pas la décrire avec des mots, et sur le pic menaçant sous le soleil brille la merveille de la pensée arménienne faite de tufs d'abricot.

Même de nos jours, dans notre siècle de technologie, l'église principale de S. Karapet et son porche semblent inimaginables et non de fabrication humaine. Pour ne pas répéter la conception de Noravanq n'importe où, l'architecte Siranes et en particulier le dernier génie de l'Arménie médiévale Momik avaient fait de leur mieux.

Ici, sur l'accès avant du porche, une sculpture unique avec l'image portant le symbole de Dieu le père et de la création de l'homme est ciselée. C'est un énorme dôme en croupe sans colonnes qui semble s'élever du sol est comme un panthéon romain mais un peu plus petit.

Les tombes de la puissante famille Orbelian sont également uniques où la combinaison de la lumière et de la structure est pensée de manière complexe. Ici, la tombe du prince Smbat Orbelian ne s'éclaire que le 12 juillet à 10h00 le jour de son anniversaire, lorsque le rayon de lumière tombe par la fenêtre directement sur la face de lion de la pierre tombale. C'est incroyable, on dirait que les Arméniens répètent les secrets et créent un lien spirituel entre Ramsès et Smbat.


Vanadzor et vers l'est

Vanadzor (jusqu'en 1935 Gharakilisa ou « Église noire », jusqu'en 1992 Kirovakan d'après le spécialiste bolchévique du Caucase Sergueï M. Kirov/Kostrikov, assassiné en 1934 et enterré dans le mur du Kremlin) est la capitale de Lori Marz, la troisième plus grande ville d'Arménie, aménagée de manière ambitieuse en une vallée autrefois ravissante maintenant affreusement dévastée par une énorme usine chimique. L'usine, privatisée en 1999, produisait une large gamme de produits chimiques et était également spécialisée dans la culture de cristaux industriels. En 1998, les autres travailleurs de l'usine utilisaient les boîtes de culture de cristal au gaz pour cuire des pommes de terre. Vanadzor a perdu 564 habitants lors du tremblement de terre de 1988, mais a conservé la majeure partie de sa grande rue principale. Il y a un hôtel de grande hauteur avec de l'eau courante intermittente et d'autres commodités sur la place principale, ainsi qu'un certain nombre d'hôtels flambant neufs offrant des logements très confortables et propres.

L'histoire de Vanadzor remonte à l'âge du bronze, avec des tombes intéressantes et d'autres découvertes matérielles maintenant, en principe, logées dans le musée local. La ville a reçu son nom peut-être dès le 13ème siècle, d'une église en pierre noire sur une colline voisine. Totalement détruite en 1826 par Hasan Khan pendant la guerre russo-perse, la ville a connu un essor considérable depuis l'ouverture du chemin de fer vers Tbilissi en 1899. En mai 1918, les troupes en infériorité numérique du général Nazarbekian ont combattu l'armée turque à une égalité honorable, les repoussant quelques jours plus tard au moment crucial bataille de Sardarapat. Du côté N de l'autoroute Spitak-Vanadzor, à environ 2 km à l'ouest de la ville, il y a un petit sanctuaire dans les ruines d'une église, site d'un monument prévu pour cette bataille.

Conduire E de Vanadzor sur la route de Dilidjan, on passe le faubourg de Chahumyan, l'arrêt S pour Antarashen, le village russe de Lermontovo (jusqu'en 1941 Voskresenovka), Margahovit (jusqu'en 1978 Hamzachiman, avec des antiquités du 3ème millénaire avant JC sur Sarisop), et le village de Fioletovo, fondée à la fin des années 1820 par des schismatiques russes exilés du district de Tambov. Le village a été rebaptisé en 1936 en l'honneur d'Ivan T. Fioletov, un ancien militant socialiste abattu avec les autres commissaires de Bakou en 1918. De Margahovit, une mauvaise piste de jeep mène en S sur la montagne jusqu'à la ville minière d'or de Meghradzor dans le Rivière Marmarik vallée. Un tunnel ferroviaire incroyablement sous-utilisé de 11 km traverse la même montagne.


Le Caucase du Sud : un voyage à travers l'Azerbaïdjan, le Nakhitchevan, la Géorgie, l'Arménie et le Haut-Karabakh 2021

Une visite globale et très originale à travers le Caucase du Sud, visitant en profondeur l'Azerbaïdjan, le Nakhitchevan, la Géorgie, l'Arménie et le Haut-Karabakh et explorant les huit sites du patrimoine mondial de l'UNESCO dans cette région magnétique connue pour ses cultures anciennes, ses sites historiques et sa montagne magnifique paysages. Nous ne laisserons pratiquement aucune pierre non retournée et verrons presque tout sur quatre semaines.

La visite comprend

  • Services complets d'un animateur Out of Bounds Tours avec guides et chauffeurs locaux bilingues.
  • Tous les repas de l'arrivée jusqu'au départ.
  • Eau potable fournie.
  • Tous les transports au sein de l'itinéraire, y compris les vols aller-retour vers/depuis le Nakhitchevan.
  • Tous les hébergements.
  • Tous les frais d'entrée, visites, excursions et activités selon l'itinéraire.

Jour 1 : Bakou, Azerbaïdjan
Arrivée à Bakou et accueil à l'aéroport et transfert à l'hôtel. Selon l'heure d'arrivée, vous aurez peut-être l'occasion d'explorer la ville animée de Bakou. Nuit à Bakou.

Jour 2 : Bakou
Après le petit-déjeuner, nous commencerons notre visite de Bakou, qui est classée par l'UNESCO comme site du patrimoine mondial pour son noyau historique. Nous visiterons d'abord Martyrs Lane, également connue sous le nom de "Shehidler Khiyabany", dédiée aux personnes tuées par l'armée soviétique pendant le janvier noir et plus tard à celles tuées pendant la guerre du Haut-Karabakh, d'où nous aurons une superbe vue panoramique sur Bakou. .

Ensuite, nous nous promènerons dans la «nouvelle» Bakou en explorant l'architecture des XIXe et XXe siècles: rue Nizami, place de la fontaine, monument à Nizami Ganjavi et rue Rasulzade. Plus tard, nous visiterons le Musée national d'histoire de l'Azerbaïdjan, le bâtiment de style Renaissance italienne est immense et occupe tout un pâté de maisons et est le plus grand musée du pays.

Ensuite, nous nous dirigerons vers la partie ancienne de la ville - Icheri Sheher - où nous visiterons la tour de la jeune fille, qui a été construite au 12ème siècle dans le cadre de la ville fortifiée, et le palais des Shirvanshahs qui contient le bâtiment principal du palais , Divanhane, les caveaux funéraires, la mosquée du shah avec un minaret, le mausolée de Seyid Yahya Bakuvi, un portail à l'est, la porte de Murad, un réservoir et les restes d'une maison de bain - à la fois le Maidan La tour et le palais des Chirvanchahs forment un site du patrimoine mondial de l'UNESCO. Plus tard, nous nous arrêterons sur la place du marché animée avec de nombreux studios d'art et stands de souvenirs et terminerons notre visite de la journée par un arrêt au musée du tapis d'Azerbaïdjan, qui possède la plus grande collection de tapis azerbaïdjanais au monde et expose des tapis et des articles de tapis. de diverses techniques et matières de tissage. Nuit à Bakou.

Jour 3 : Bakou, Gobustan et Surakhany
Aujourd'hui, nous visiterons la région du Grand Bakou et de la péninsule d'Absheron. Tout d'abord, nous nous dirigerons vers le parc national de Gobustan, qui fait partie du paysage culturel d'art rupestre de Gobustan (UNESCO), et visiterons le musée des pétroglyphes et explorerons des pétroglyphes datant de 10 000 av.

De là, direction les volcans de boue de la réserve de Gobustan, qui abrite près de la moitié des volcans de boue du monde. Plus tard, nous nous dirigerons vers Ateshgah (temple des adorateurs du feu), situé dans le village de Surakhany. Les zoroastriens de l'Inde ont parcouru des milliers de kilomètres jusqu'à Ateshgah pour adorer le feu sortant de la terre. Enfin, nous nous dirigerons vers la montagne Yanardag, qui brûle du gaz naturel depuis plusieurs milliers d'années. Nuit à Bakou.

Jour 4: Bakou, Khinalug & Quba
Après un petit-déjeuner matinal, nous partirons au nord-ouest de Bakou, en traversant le village rouge (Krasnaya Sloboda), la plus grande colonie de Juifs des montagnes en Azerbaïdjan, pour visiter l'une des plus anciennes colonies du pays - Khinalug (210 km, 3-4 heures conduite). La route menant à ce village traverse le pittoresque col de montagne à une altitude de 2 000 mètres et nous profiterons d'une vue imprenable sur le paysage. Les habitants de cette communauté vivent sans interruption à Khinalug depuis plus de 5 000 ans.

Plus tard, nous ferons notre route panoramique de retour à Bakou via un arrêt à Quba pour visiter la mosquée Sakina-Khanum, un hammam de bain médiéval et un atelier de tapis. Nuit à Bakou.

Jour 5 : Nakhitchevan (vol)
Transfert à l'aéroport de Bakou pour un vol matinal vers Nakhitchevan. À l'arrivée, nous serons accueillis par nos guides locaux et transférés à notre hôtel pour déposer nos bagages avant de commencer à explorer la république autonome. Tout au long de la journée, nous visiterons le tombeau du prophète Noé, le monument de Momina Khatun, la maison de Khan, Gadim Gala (vieille forteresse), le tombeau de Yusif Ibn Kuseyir, la forteresse d'Alinja. Nuit à Nakhitchevan.

Jour 6 : Nakhitchevan
Ce matin, nous continuons notre visite de Nakhitchevan avec une visite au village de Garabaghlar pour voir le mausolée du XIIe siècle de Garabaglar, situé dans le village de Garabaglar.Dans le village, il y a des ruines de petits mausolées dispersés sur d'anciens champs sépulcraux et les fortifications avec des tours. Il y avait autrefois 10 000 maisons, 70 mosquées et tombeaux, dont 40 avec des minarets.

Continuez jusqu'à l'hôpital des mines de sel de Duzdag, l'une des stations thermales uniques au monde, utilisée pour le traitement médical naturel de l'asthme et de la bronchite. Retournez à Nakhitchevan et visitez les grottes d'Ashabu-Kahf, le musée d'histoire et le musée des tapis. Nuit à Nakhitchevan.

Jour 7 : Bakou (Vol)
Après le petit-déjeuner à notre hôtel, nous serons transférés à l'aéroport local pour notre court vol de retour de l'après-midi à Bakou. À l'arrivée, nous nous enregistrerons dans notre hôtel et aurons la soirée libre. Nous pouvons passer notre dernière soirée dans la capitale de l'Azerbaïdjan en nous relaxant et en sirotant du thé dans des verres en forme de tulipe dans des salons de thé traditionnels. Nuit à Bakou.

Jour 8 : Sheki via Maraza, Shamakha & Lahic
Dans la matinée, nous quitterons Bakou et nous conduirons à Sheki. Sur le chemin, nous nous arrêterons et visiterons le mausolée Diri Baba dans le village de Maraza avant de continuer vers Shamakha pour voir la mosquée historique Juma, le mausolée Yeddi Gumbez et le cimetière de la famille Shirvan Shah.

Ensuite, direction le canyon de la rivière Girdimanchay pour visiter Lahic, un lieu du Ve siècle riche de ses valeurs historiques et architecturales. Lahic est surtout célèbre pour ses magnifiques mosquées anciennes et ses bains publics. Nuit à Sheki.

Jour 9 : Telavi via Sheki, Kvareli & Gremi
Nous nous aventurerons aujourd'hui pour explorer les environs de Sheki et visiter la forteresse médiévale, le palais de Sheki Khans, un musée d'histoire local, un atelier d'artisanat, une mosquée-madrassah et un bazar local. Nous nous dirigeons ensuite vers la frontière avec la Géorgie (115 km, 2h). Après les formalités frontalières, nous rencontrerons nos guides géorgiens et commencerons à explorer la partie orientale de la Géorgie, célèbre pour ses traditions viticoles et vinicoles.

Nous traverserons les magnifiques paysages de vignobles et de villages viticoles. Le premier arrêt sera à la cave à vin unique, Khareba, située dans le tunnel creusé dans la roche. Construit à l'origine à des fins militaires, le tunnel est aujourd'hui utilisé pour stocker les meilleurs vins de Kakheti. Nous visiterons l'installation et dégusterons son vin savoureux. Ensuite, nous nous dirigerons vers le complexe architectural Gremi, une résidence royale du XVIe siècle et la capitale du royaume de Kakheti. Enfin, nous atteindrons ensuite Telavi, le centre administratif de la région de Kakheti, où nous pourrons profiter d'un court trajet en voiture autour de la ville. Nuit à Telavi.

Jour 10 : Sighnaghi via Napareuli & Tsinandali
Après le petit-déjeuner, nous continuerons à explorer la région de Kakheti et la vallée d'Alazani. Notre premier arrêt après avoir quitté Telavi est une cave privée “Twins Wine Cellar” dans le village de Napareuli. Les locaux de la cave comprennent un vaste vignoble, un musée de la vinification traditionnelle géorgienne à qvevri et des installations pour divers ateliers. Nous pouvons essayer par nous-mêmes de préparer du pain géorgien puri et de cuisiner le dessert national, le churchkhela. Plus tard, nous pouvons déguster cinq vins différents produits à Twins Winery.

En continuant, nous ferons un arrêt à Tsinandali, la résidence des ducs de Géorgie, avec son magnifique jardin anglais, son musée et la cave à vin ayant appartenu au prince Chavchavadze, un personnage public et poète du XIXe siècle.

Plus tard, nous nous dirigerons vers la ville magnifiquement située de Sighnaghi, en visitant en cours de route le couvent de Bodbe, qui, selon la légende, est le lieu de sépulture de saint Nino, qui a converti la Géorgie au christianisme au IVe siècle. Continuez vers Sighnaghi, la ville de l'amour et la Ville Royale, l'un des carrefours de la Grande Route de la Soie entourée de murs défensifs avec 23 tours. Nuit à Sighnaghi.

Jour 11 : Tbilissi via David Gareji
Dans la matinée, nous nous dirigeons vers Tbilissi, où en chemin nous visiterons des marchés locaux et verrons le semi-désert de Gareja. Nous arrivons ensuite à David Gareja et explorerons le monastère de la grotte de Lavra, fondé au 6ème siècle. Le monastère de Lavra est un complexe habité de grottes avec une cour, une église et d'autres bâtiments. Continuez à marcher jusqu'à Udabno (cela prend environ 1,5 à 2 heures) où nous pouvons nous reposer et profiter de la vue sur l'Azerbaïdjan du côté géorgien.

Udabno est célèbre pour ses peintures murales datant de la fin du XIIe siècle. Des fresques millénaires à Udabno représentent des scènes de la Bible telles que "La Cène" et "L'Exaltation de la Croix". Après un peu de repos, nous emprunterons un autre sentier panoramique, puis nous nous dirigerons vers Tbilissi, où nous aurons le reste de l'après-midi libre pour nous promener dans cette ville magnétique. Nuit à Tbilissi.

** David Gareji est une randonnée assez intensive de 2-3 km (durée de 1,5 à 2h). Cela peut être désactivé et nous pouvons organiser quelque chose de différent pour ceux qui ne sont pas à la hauteur. **

Jour 12 : Tbilissi
Aujourd'hui, nous explorerons la ville fascinante et animée de Tbilissi. Nous commencerons par une visite de la cathédrale de la Sainte-Trinité, l'une des plus grandes cathédrales orthodoxes du monde, avant de continuer vers l'église Metekhi et le monument à Vakhtang Gorgasali, le légendaire fondateur de Tbilissi. Ensuite, nous prendrons le téléphérique jusqu'à la forteresse de Narikala pour profiter des vues panoramiques à couper le souffle sur la ville, puis descendrons dans le quartier de Sulphur pour voir les bains publics, en passant par la seule mosquée de Tbilissi. Promenez-vous dans le quartier de Sharden regorgeant de rues étroites avec des cafés confortables, des bars à vin, des boutiques de souvenirs et une architecture époustouflante du passé.

Plus tard, nous visiterons la cathédrale Sioni, la basilique Anchiskhati et la tour de l'horloge du célèbre théâtre Rezo Gabriadze. Ensuite, nous traverserons le pont de la paix jusqu'au parc Rike et nous dirigerons vers le musée d'ethnographie en plein air, un modèle miniature de la Géorgie. Dans la soirée, nous visitons un restaurant local pour déguster des plats de la cuisine traditionnelle géorgienne et assister à un spectacle folklorique. Nuit à Tbilissi.

Jour 13 : Kazbegi via Mtskheta & Jvari
Après le petit-déjeuner, nous nous dirigerons vers Mtskheta, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et l'une des plus anciennes villes du pays et le centre culturel et religieux de la Géorgie. Mtskheta était la capitale du royaume géorgien oriental d'Ibérie à partir du IIIe siècle av. Visitez l'église de Jvari, un véritable chef-d'œuvre architectural du début de la période médiévale surplombant le confluent des rivières Aragvi et Mtkvari du haut de la colline, et Svetitskhoveli, la cathédrale principale de Mtskheta et un lieu sacré où la robe du Christ est conservée.

Continuez sur la Georgian Military Highway en passant par son point culminant à 2379 mètres d'altitude. En route, nous ferons un arrêt pour voir les sources d'eau minérale couler du sommet d'une colline.

Arrivée à Kazbegi, une petite ville avec vue sur le mont Kazbek (ou Mkinvari), qui à 5033 mètres est le septième plus haut sommet des montagnes du Caucase. De là, nous visiterons l'église de la Sainte-Trinité de Gergeti, située à une altitude de 2170 mètres, et profiterons d'une vue imprenable sur le mont Kazbegi. Nuit à Kazbegi.

Jour 14: Kutasi via Ananuri & Gori
Ce matin, nous nous dirigerons vers Kutaisi, où en route nous nous arrêterons au complexe Ananuri, une ancienne résidence des ducs Argveti. L'impressionnant complexe comprend des églises et des tours datant du XVI-XVII cc et est situé surplombant le réservoir Jinvali. Le déjeuner et une dégustation de vins se feront dans une cave familiale locale.

Ensuite, nous continuerons vers Gori où nous visiterons le musée Staline. Le musée comprend plus de 60 000 artefacts, la petite maison où est né Staline et l'impressionnant train à l'épreuve des balles que Staline utilisait pour se rendre à Yalta et Potsdam. Enfin, nous atteindrons la ville de Kutaisi et passerons la nuit.

Jour 15 : Région de Svaneti et Mestia
Nous nous aventurons aujourd'hui pour explorer la région de Svaneti. Tout d'abord, nous nous dirigerons vers les gorges d'Enguri où les premiers habitants, principalement des chercheurs d'or, se sont installés dans l'Antiquité. C'est ici que la plupart de l'or de Colchide a été obtenu. Pendant des siècles, l'ethnie Svan s'y est développée, coupée du monde extérieur par les hautes et inaccessibles montagnes, et sa culture s'est depuis conservée presque intacte. Au cours des siècles précédents, Svaneti était une partie reconnue du royaume de Colchide.

Nous ferons ensuite une visite de Mestia, y compris des visites au musée national, à la maison originale de Svan "machubi" et à la tour "koshki". Dîner et nuit à Mestia.

Jour 16 : Mestia & Ushguli
Un petit-déjeuner matinal à l'hôtel avant de partir en voiture vers le village d'Ushguli, qui fait partie du site du patrimoine mondial de l'UNESCO du Haut-Svanétie, avec ses fortifications médiévales, entourée par les géants de 5 000 mètres de la chaîne de montagnes du Caucase. Nous explorerons Ushguli en marchant le long de ses rues sinueuses et ressentirons le souffle du passé, des rituels secrets, des légendes et des mythes. Plus tard, nous visiterons le complexe de l'église La Maria du XIIe siècle, qui se dresse au bord de la colonie et offre l'une des meilleures vues sur le mont Shkhara. Le soir retour à Mestia. Nuit à Mestia.

Jour 17 : Kutaisi via Zougdidi
Aujourd'hui, nous traverserons la magnifique campagne du nord-ouest et du centre de la Géorgie sur le chemin du retour à Kutaisi, en nous arrêtant en route pour flâner dans la ville pittoresque de Zugdidi et visiter le fabuleux musée d'histoire et d'architecture des palais Dadiani, considéré comme l'un des palais les plus éminents de Caucase. Nous arriverons ensuite à Kutaisi pour le dîner et aurons la soirée libre pour nous promener dans cette ville ancienne et animée. Nuit à Kutaisi.

Jour 18 : Kutaisi, parc national de Borjomi-Kharagauli et Akhaltsikhe
Ce matin nous terminerons notre visite de Kutaisi, la capitale du Royaume de Colchide. Selon la légende, Kutaisi était la destination finale des Jason et des Argonautes dans leur voyage vers Colchide et la résidence du roi Aeëtes. Aujourd'hui, Kutaisi est la deuxième plus grande ville de Géorgie et le centre administratif de la province d'Imereti. Notre exploration de la ville commence par la visite de la cathédrale de Bagrati (XIe siècle), un site du patrimoine mondial de l'UNESCO situé sur la colline d'Ukimerion.

Notre prochain arrêt sera au XIIe s. Académie Gelati, construite par le roi David le Bâtisseur. Pendant longtemps, l'académie a été l'un des principaux centres culturels et intellectuels de Géorgie. Quittez Kutaisi et dirigez-vous vers le parc national de Borjomi-Kharagauli, qui propose 11 sentiers de randonnée, dont certains nous permettent de découvrir la vraie forêt de montagne en quelques heures seulement. Enfin, nous nous dirigerons vers Akhaltsikhe et passer la nuit.

Jour 19 : Akhaltsikhe & Vardzia
Dans la matinée, nous visiterons l'ancienne forteresse en pierre de Rabati, l'attraction principale des Akhaltsikhe et située sur la petite colline sur les rives de la rivière Potskhovi. Son nom vient de l'arabe signifiant « place fortifiée ». Ensuite, nous ferons un court arrêt à la forteresse de Khertvisi, magnifiquement située, l'une des plus anciennes forteresses de Géorgie et qui a fonctionné tout au long de la période féodale géorgienne et a été construite pour la première fois au IIe siècle av.

Nous arrivons ensuite au magnifique monastère rupestre de Vardzia, qui a été érigé aux 12-13 siècles sous le règne de George III et de sa fille de Tamara dans le but de protéger les limites sud de la Géorgie. Vardzia n'est pas seulement un ensemble de pièces aléatoires taillées dans la roche. C'est un complexe à plusieurs étages avec des rues, des tunnels et des escaliers menant aux monastères, temples, forteresses, bains, bibliothèques et maisons d'habitation. Nuit à Vardzia.

Jour 20 : Dzoraget via le lac Paravani et Sadakhlo/Bagratashen
Aujourd'hui, nous quitterons le fantastique pays de Géorgie et nous dirigerons vers la frontière arménienne, en traversant des paysages magnifiques autour d'une belle route de montagne le long du lac volcanique Paravani (2 073 mètres). Nous arriverons au point frontalier Sadakhlo-Bagratashen en début d'après-midi et continuerons en Arménie jusqu'à Dzoraget. À l'arrivée, nous dégusterons un délicieux repas arménien et passerons la soirée à loisir. Nuit à Dzoraget.

Jour 21: Sevan via Haghpat, Sanaghin, Dilijan & Sevanavank
Après le petit-déjeuner, nous nous dirigerons vers la région de Lori, visitant les monuments architecturaux Haghpat et Sanahin (Xe-XIIIe siècles), véritablement considérés comme les joyaux de l'architecture arménienne médiévale préservés par l'UNESCO et inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Tous deux ont été fondés par la reine Khosrovanush vers 976.

Après cette visite informative, nous nous dirigerons vers Dilijan et nous visiterons le monastère Haghartsin (XIe siècle), l'un des plus beaux monuments de l'architecture médiévale. Il y a un ancien noyer à proximité (qui aurait 1000 ans), ombrageant un beau point de vue de divers restes de tombes avec des ornements arméniens typiques, y compris des tombes « royales » de la famille Bagratuni. Il existe une croyance selon laquelle on peut réaliser ses rêves en passant par un énorme trou dans le célèbre arbre. À Dilijan, nous visiterons également le vieux complexe de Dilijan. Le musée Esayan du vieux Dilijan recrée une maison typique de Dilidjan du XIXe siècle, des textiles ménagers aux instruments de musique artisanaux communs à la région. Sur place, nous aurons l'occasion de visiter une poterie et des cours de maître.

Après le déjeuner, nous continuerons vers le lac Sevan (1900 m au-dessus du niveau de la mer), qui entre dans l'histoire avec les Urartiens, et visiterons le monastère de Sevanavank. Selon une inscription dans l'une des églises, le monastère de Sevanavank a été fondé en 874 par la princesse Mariam, la fille d'Ashot I. Nuit à Sevan.

Jour 22 : Jermuk via Noratus, le col de Selim et Yeghegis
Nous commencerons notre journée en visitant Noratus, un village historique de la province de Gegharkunik en Arménie, près de la ville de Gavar. Il est célèbre pour le cimetière Noradus, à 90 km au nord d'Erevan. Noradus est l'un des assemblages les plus célèbres de pierre de croix (khachkars) en Arménie. Nous passerons du temps à admirer ce lieu de repos insolite.

Ensuite, nous continuerons vers Selim Caravansarai, qui se trouve en dessous de la route juste avant le sommet du côté sud du col de Selim, et splendide relique de l'époque où une route commerciale internationale reliait Vayots Dzor au bassin de Sevan et aux points du nord. C'est le caravansérail le mieux conservé d'Arménie. Selim est construit en blocs de basalte, avec une salle centrale caverneuse pour les animaux séparée des deux allées latérales voûtées par des rangées de mangeoires en pierre. En continuant, vous vous dirigerez vers le village de Yeghegis et visiterez un ancien cimetière juif du 13ème siècle. Plus tard, à l'arrivée à Jermuk, nous aurons une courte visite de la ville, qui porte le nom des sources chaudes (jusqu'à 65 ° C) et d'une source de la célèbre eau gazeuse. Il y a une cascade pittoresque, des promenades intéressantes et la possibilité de guérir la plupart des maladies humaines dans l'un des nombreux sanatoriums. Nuit à Jermuk.

Jour 23: Goris via Karahunj, Tatev & Khndzoresk
Après avoir quitté notre hôtel, nous nous dirigerons vers Goris, en visitant sur le chemin l'ancien observatoire de Karahunj, qui est considéré comme ayant plus de 7 500 ans plus ancien que son analogie britannique, Stonehenge. Ensuite, nous visiterons le monastère de Tatev par le plus long téléphérique réversible sans escale du monde nommé « Wings of Tatev ». Le monastère de Tatev est un monument architectural médiéval, ayant une université située sur son territoire. Tatev était considéré comme le centre politique et religieux de Syunik. Elle a été fondée au IXe siècle, à la place d'un tabernacle bien connu dans l'Antiquité. L'emplacement stratégiquement avantageux sur un cap formé par une gorge de rivière profonde avec des pentes rocheuses abruptes a favorisé la construction d'un puissant complexe de défense là-bas.

Ensuite, nous nous arrêterons et verrons le village de Khndzoresk. Un village troglodytique historique situé sur la pente raide d'une gorge, il est composé de grottes naturelles et artificielles. Les gens ont peuplé la région jusqu'au milieu du 20e siècle. Plus tard à l'arrivée à Goris et après le dîner, nous pouvons essayer un Oghi, un esprit arménien distillé à partir de fruits ou de baies. Oghi est le mot arménien générique pour la vodka de toutes sortes. Il est largement produit sous forme de clair de lune à partir de fruits du jardin cultivés dans toute l'Arménie, où il est servi comme boisson de bienvenue populaire aux invités et est régulièrement bu pendant les repas. Vous pourrez déguster des oghi de mûrier, de cornaline, d'abricots, de prunes, de pêches, etc. Nuit à Goris.

Jour 24 : Stépanakert (Nagorno-Karabakh) via Hadrut
Aujourd'hui, nous nous dirigeons vers le Haut-Karabakh, en nous arrêtant d'abord à Hadrout, la partie sud-est du Karabakh. Les lieux d'intérêt les plus célèbres de Hadrout sont : Gtchavank (13c.), le palais de Dizak meliks – princes de Yeganyans (18-19cc.), le monastère d'Okhty Drni. Le monastère de Gtchavank est l'un des centres politiques et spirituels médiévaux de l'Artsakh. Connu depuis le haut Moyen Âge, le monastère a été détruit pendant la période de la domination arabe au 7 s. et reconstruit au 13 s. par deux frères – les évêques Ter-Sargis et Ter-Vrdanes. Le palais de Dizak Yeganyan est un palais à deux étages avec un complexe architectural intéressant qui se compose d'un espace de vie, d'une buanderie et d'une salle d'attente de melik Yegan. L'ensemble-palais avait été créé progressivement au cours des années 20-30 du 18 s. Le monastère d'Okhty Drni (Sept portes) est situé non loin de Gtchavank près du village de Mokhrenes sur le versant pittoresque de la montagne. Selon la légende, le monastère a été construit par la sœur de sept frères tombés au combat avec les conquérants. La tradition d'allumer sept bougies dans le monastère à la mémoire des sept frères décédés s'est poursuivie jusqu'à ce jour. L'église est impressionnante non seulement parce que c'est l'un des anciens lieux de culte public en Artsakh, mais aussi parce que l'église principale est considérée comme le seul monument de ce type sur le territoire de RMK. Sur le territoire du monastère sont restés des khachkars (pierres croisées), dont la plus ancienne remonte au 10-12 cc. Nous nous dirigerons ensuite vers la capitale de Stépanakert pour le dîner et la nuit.

Jour 25 : Stépanakert, Gandazasar, Askeran et Tigranakert
Nous commencerons notre journée par la visite du monastère de Gandzasar, peut-être le monument architectural le plus célèbre d'Artsakh et de tout le côté oriental historique de l'Arménie. Il est situé près du village de Vank dans le district de Mardakert. Le mot “Gandzasar” est traduit de l'arménien par “Treasure-Mountain”. Avant le déjeuner, nous pouvons participer à une master class d'apprentissage des techniques de poterie locale.

Ensuite, nous visiterons la forteresse Askeran, située dans la ville d'Askeran sur les rives de la rivière Qarqar. De là, nous nous dirigerons vers Tigranakert, situé dans la province de Martakert. Tigranakert est une ville arménienne en ruines datant de la période hellénistique. C'est l'une des anciennes villes du plateau arménien du même nom, nommée en l'honneur du roi arménien, Tigrane le Grand (r. 95-55 av. J.-C.).Pendant le dîner, nous aurons une classe de maître sur la fabrication de chapeaux traditionnels Zhengyalov (pain). Le pain avec "Zhengyal" est un pain plat contenant jusqu'à 30 types d'herbes sauvages à l'intérieur. « Zhengyal » est un mot dialectique traduit par herbes sauvages. Ce pain traditionnel est cuit avec différents types et quantités d'herbes selon la province où il est cuit. Cependant, la source la plus unique des ingrédients à base de plantes est considérée comme les forêts d'Artsakh. Les principaux ingrédients à base de plantes utilisés sont l'oignon vert, l'ortie, les épinards, le persil, la coriandre, les feuilles de betterave, etc. Nuit à Stepanakert.

Jour 26 : Erevan via Shoushi, Noravanq, Areni & Khor Virap
Nous passerons la matinée à explorer davantage le Haut-Karabagh avec une visite à Shoushi, la deuxième plus grande ville du Karabakh. Ici, nous visiterons la cathédrale Ghazanchetsots, une structure massive avec une façade en pierre blanche qui domine ses environs. Elle est également connue sous le nom de cathédrale du Christ-Sauveur.

En continuant, nous visiterons le célèbre complexe du XIIIe siècle de Noravank, situé sur le rebord d'une gorge profonde et sinueuse d'un affluent de la rivière Arpa, près du village d'Amaghu. L'ensemble Noravank se dresse au milieu des falaises rouges abruptes de forme bizarre. Construit à la place d'un ancien cloître, il s'est développé sous le règne des princes Orbelian de Syunik. Aux XIIIe-XIVe siècles, il est devenu la résidence des évêques de Syunik et, par conséquent, un centre religieux et culturel majeur de l'Arménie, étroitement lié à de nombreux centres d'apprentissage locaux, principalement à la célèbre université et bibliothèque de Gladzor.

Après le déjeuner, nous visiterons ensuite l'ancien village d'Areni et aurons une dégustation de vin. À partir du 5ème siècle, Areni a été mentionné dans les sources historiques sous le nom d'Arpanial et dans chaque enregistrement, une référence est faite au vin noble d'Areni. Voir le site historique de Khor Virap est magnifique avec sa vue spectaculaire sur le mont Ararat. Il y a deux citernes profondes en pierre, dont l'une serait la fosse où Grégoire l'Illuminateur a été emprisonné pendant 13 ans par le roi Trdat III. Enfin, nous arriverons dans la capitale florissante de l'Arménie, Erevan, où nous aurons le reste de la soirée libre et la nuit.

Jour 27 : Erevan
Après le petit-déjeuner, nous partirons à la découverte de l'une des plus anciennes villes du monde, Erevan. Nous commençons notre visite par une visite au monument de la cascade, également connu sous le nom de cascade d'Erevan, qui était le symbole principal du 2 780e anniversaire de la ville, avec le nombre équivalent d'escaliers construits. L'escalier à grande échelle mesure 500 mètres de haut et 50 mètres de large. Une vue panoramique depuis le monument ouvre une vue imprenable sur la ville avec l'opéra, le mont Ararat, le lac des cygnes, la place de la République et la chic avenue du Nord autour, que nous traverserons également plus tard. Notre prochain arrêt est Matenadaran, célèbre pour être l'une des plus riches banques de manuscrits médiévaux au monde avec plus de 300 000 documents d'archives.

Plus tard, nous continuerons vers le complexe commémoratif du génocide arménien qui donne à réfléchir sur la colline de Tsitsernakaberd. Un excellent résumé de notre visite de la ville sera une visite à la fabrique de brandy à Erevan pour déguster le célèbre cognac arménien. Il a été dit que Noah a planté la première vigne dans l'abondante vallée d'Ararat par la suite, la cave a été pionnière dans tout le pays. Nous profiterons d'une dégustation de deux types d'eaux-de-vie Ararat (Ararat 3 étoiles et Akhtamar, dix ans). La soirée sera libre pour redécouvrir la ville à votre rythme. Nuit à Erevan.

Jour 28 : Erevan, Temple de Garni & Geghard
Ce matin, nous partirons pour le temple de Garni, qui a un charme différent à chaque nouvelle saison. Le temple de style gréco-romain a été construit vers 77 après JC sous le roi Trdat I. C'est le seul monument architectural sauvé de la période hellénistique. Le temple est dédié au dieu de Sun Mher et il s'est effondré à la suite du tremblement de terre de 1679 et a été reconstruit dans les années 1970. Plus tard, nous nous dirigerons vers Geghard, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et un monument architectural d'une beauté suprême construit au 13ème siècle. Enfin, nous visiterons les sympathiques villageois de la région avant de retourner à Erevan. Nuit à Erevan.

Jour 29: Erevan, Etchmiadzin & Zvartnots
Notre dernière journée complète de notre visite du Caucase commencera par la visite de l'ancien temple de Saint-Hripsime, l'une des plus anciennes églises survivantes d'Arménie et considérée comme la première église chrétienne officielle au monde. L'église a été érigée par le Catholicos Komitas au sommet du mausolée d'origine construit par le Catholicos Sahak le Grand en 395 après JC qui contenait les restes du martyr saint Hripsimé à qui l'église était dédiée.

Nous visiterons également la cathédrale d'Etchmiadzin, un site du patrimoine mondial de l'UNESCO et l'église mère de l'église apostolique arménienne, et selon la plupart des chercheurs, c'était la première cathédrale (mais pas la première église) construite dans l'ancienne Arménie et est considérée comme la la plus vieille cathédrale du monde. L'église d'origine a été construite au début du IVe siècle - entre 301 et 303 selon la tradition - par le saint patron de l'Arménie Grégoire l'Illuminateur, à la suite de l'adoption du christianisme comme religion d'État par le roi Tiridate III.

Sur le chemin du retour vers Erevan, nous nous arrêterons aux ruines de Zvartnots (7ème siècle), qui se sont effondrées lors du tremblement de terre du 10ème siècle. À Erevan, nous aurons des visites et des master classes dans l'usine de tapis Megerian. Les visiteurs et les invités sont invités à regarder la production des tapis qui impliquent la teinture des fils en utilisant des teintures végétales, le tissage, la tonte et la finition. Nous profiterons d'un dîner d'adieu traditionnel arménien et passerons la nuit à Erevan.

Jour 30 : Départ
Après notre dernier petit-déjeuner de groupe, nous ferons nos adieux à l'incroyable Caucase après un mois inoubliable dans la région. Transfert à l'aéroport d'Erevan pour nos correspondances.


Arménie : une histoire

Présentation sur l'histoire et la culture de l'Arménie (Հայաստան).

Voir également la présentation complémentaire sur les changements de frontière en Arménie et dans le Caucase du Sud : http://www.slideshare.net/jurban16˺rmenia-borders .

Arménie : une histoire

  1. 1. Arménie : une histoire
  2. 2. Aperçu de l'Arménie et de la région du Caucase 2 janvier 2017
  3. 3. Fondée : 21 sept. 1991 (en tant que troisième république arménienne) Capitale : Erevan Nationalités : - Arménienne (98,1 %) - Yézidie kurde (1,2 %) - Russe (0,4 %) - Autre (0,3 %) République d'Arménie (« Hayastan")
  4. 4. 5 faits sur l'Arménie • L'Arménie, la plus petite des anciennes républiques soviétiques, est située dans le Caucase du Sud - Environ la même taille que le Maryland, mais avec la moitié de la population (3,0 millions en 2011) • Une culture arménienne distincte a émergé dès le début comme le 6ème siècle avant JC – Les Arméniens n'ont pas toujours eu de pays, mais ils ont une patrie historique – L'Arménie historique comprenait le territoire de la République d'Arménie moderne, une grande partie de l'est de la Turquie et des parties du sud-ouest de l'Azerbaïdjan, du sud de la Géorgie et du nord-ouest de l'Iran • L'Arménie est connue comme la première nation à adopter le christianisme comme religion d'État - La date traditionnelle de la fondation de l'Église apostolique arménienne est 301 après JC • Plus d'Arméniens ethniques vivent en dehors de la République d'Arménie qu'à l'intérieur Empire à cause des pogroms du XIXe siècle et du génocide arménien de la Première Guerre mondiale - La diaspora a fui localement vers le Caucase et le Levant ou à l'étranger vers les États-Unis, la France, etc. - La Russie a la plus grande population d'Arméniens en dehors de la République d'Arménie • Arménie est enfermé dans un « conflit gelé » avec l'Azerbaïdjan au sujet de l'enclave peuplée d'Arméniens du Haut-Karabakh – Le conflit a commencé avant la chute de l'Union soviétique et s'est poursuivi dans le Années 1990 - Les Arméniens du N-K ont gagné l'indépendance de facto et les forces du N-K occupent un pont terrestre vers l'Arménie
  5. 5. La carte du Caucase crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Bourrichon », Yuri Koryakov et J. Urban ARMÉNIE
  6. 6. La carte du Caucase crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Bourrichon », Yuri Koryakov et J. Urban Caucasus Mountains ARMÉNIE
  7. 7. La carte du Caucase crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Bourrichon », Yuri Koryakov et J. Urban North Caucasus (Ciscaucasus) ARMÉNIE
  8. 8. La carte du Caucase crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Bourrichon », Yuri Koryakov et J. Urban North Caucasus (Ciscaucasus) Europe ARMÉNIE
  9. 9. La carte du Caucase crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Bourrichon », Yuri Koryakov et J. Urban South Caucasus (Transcaucasus) ARMÉNIE
  10. 10. La carte du Caucase crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Bourrichon », Yuri Koryakov et J. Urban South Caucasus (Transcaucasus) Asie ARMÉNIE
  11. 11. Peuples du Caucase : répartition ethnolinguistique-religieuse Géorgiens Ibéro-caucasiens (karvéliens) Chrétiens orthodoxes orientaux (orthodoxes géorgiens) Turcs Turcs (Oghouz) Sunnites (Hanafi) Islam, Alévi Islam (mineur) Kurdes Indo-européens (Iraniens) Islam sunnite (shafii), Islam alévie (mineur) Perses Islam chiite indo-européen (iranien) Azerbaïdjanais Turc (Oghuz) Islam chiite Azéris Turc (Oghuz) Islam chiite Russes Indo-européen (slave) Orthodoxe oriental Chrétien (orthodoxe russe) Arméniens Indo -Européen (Arménien) Oriental Orthodoxe Chrétien (Arménien Apostolique) Russie Turquie Géorgie Iran AzerbaïdjanArménie Légende : Origine ethnique Famille de langue Religion Remarque : Certains groupes ethniques sont omis pour conserver l'espace. Le placement des noms de groupe peut ne pas correspondre à la répartition géographique réelle des populations. Remarque : les noms des langues sont éponymes : les Arméniens parlent « arménien », les Azerbaïdjanais parlent « azerbaïdjanais », les Turcs parlent « turc », les Kurdes parlent « kurde », etc. Remarque : les groupes et associations prédominants sont indiqués. Certains groupes ethniques ont des religions minoritaires.
  12. 12. Contenu Partie I : L'Arménie et sa culture Partie II : Histoire et géographie arméniennes Partie III : Erevan et ses environs
  13. 13. Partie I : L'Arménie et sa culture
  14. 14. Qui sont les Arméniens ? Partie 1 : Arméniens-Américains Martin l'Arménien Jamestown Colony (1618) Kim Kardashian personnalité de la télévision Cher (Cherilyn Sarkisian) Chanteur, artiste, actrice 1/2 1/2 1/4 Andre Agassi Joueur de tennis Jack Kevorkian Médecin Système d'un Down Musiciens Kirk Kerkorian Entrepreneur George Deukmejian Gouverneur de Californie William Saroyan Ecrivain Geoffrey Zakarian Restaurateur 1/2 Ara Parseghian Entraîneur de football Arshile Gorky (Vosdanig Adoian) Peintre Rouben Mamoulian Réalisateur
  15. 15. Arméniens-Américains dans le Vieux Pays Conan O'Brien et son assistante personnelle arméno-américaine, Sona Movsesian (2015) Conan S6E6 (« Conan en Arménie »), 17 novembre 2015 Kim et Khloe Kardashian (2015) L'écoute the Kardashians S10E14 (« Mother Armenia »), 20 septembre 2015 S10E15 (« It Feels Good to be Home »), 27 septembre 2015 Visite humanitaire de Cher pour le United Armenian Fund (1993) Crédit (toutes les photos Cher) : Taro Yamasaki / The LIFE Images Collection / Getty Images Avec des orphelins arméniens à la cathédrale d'Ejmiatsin Sur une statue renversée de Lénine de E! Crédit en ligne : concert TeamCoco / TBS System of a Down (2015) Place de la République, Erevan, 23 avril 2015 sur facebook.com/johndolmayanofficial
  16. 16. Qui sont les Arméniens ? Partie 2 : Arméniens du monde Artem Mikoyan Concepteur d'avions Charles Aznavour (Shahnour Aznavourian) Chanteur, acteur (France) Raffi (Cavoukian) Chanteur pour enfants (Canada) Aram Khatchatourian Compositeur Tigran Petrosian Champion du monde d'échecs Levon Aronian Anciennement 2e joueur d'échecs mondial (2012 , 2013, 2014) Garry Kasparov Champion du monde d'échecs (Russie) 1/2 Komitas (Soghomon Soghomonian) Compositeur Atom Egoyan Directeur (Canada) Remarque : En 2014, l'arménien-américain Samuel Sevian est devenu le plus jeune grand maître d'échecs américain.
  17. 17. Famille royale britannique (du côté de la princesse Diana) 1/256 1/256 1/512 1/512 Qui sont les Arméniens ? Partie 2 : Arméniens du monde Artem Mikoyan Concepteur d'avions Charles Aznavour (Shahnour Aznavourian) Chanteur, acteur (France) Raffi (Cavoukian) Chanteur pour enfants (Canada) Aram Khatchatourian Compositeur Atom Egoyan Réalisateur (Canada)
  18. 18. Centres de population arménienne aux États-Unis Population arménienne de Glendale, comté de Los Angeles (2000) Fresno, Californie Holy Trinity Church Watertown, Massachusetts Région de Los Angeles, Californie Quartier de Little Armenia, ville de Los Angeles New York City, New York Détroit, Michigan Chicago , Illinois San Francisco, Californie Salle de classe arménienne, Université de Pittsburgh (Pennsylvanie) Fresno, Californie Passage pour piétons trilingue
  19. 19. Traces arméniennes en Virginie du Nord Crédit : J. Urban Fermé en 2012 Crédit : J. Urban Crédit :J.Urban Crédit :J.Urban Crédit : J. Urban "Akhtamar's Haven" tract Great Falls, VA [L] Plaque commémorative ( et arbre) pour les volontaires américano-arméniens à la bataille de la forêt d'Argonne (WWI) [R] Mémorial du vol 60528 abattu au-dessus de l'Arménie soviétique Arlington National Cemetery Représentation de "Erebuni-Erevan" Jamey Turner jouant de la harpe de verre Torpedo Factory Art Center , Old Town Alexandria Mama Lavash Bakery Falls Church, VA Alexandria, VA et Gyumri, Arménie Villes sœurs depuis 1990 Arax Café Arlington, VA Crédit : J. Urban
  20. 20. Festival arménien à Alexandrie, Virginie (1993 – 2013) Crédit (toutes les photos) : J. Urban (Flickr)
  21. 21. Abattage du vol 60528 au-dessus de l'Arménie soviétique : mission de renseignement sur les transmissions de l'US Air Force (2 septembre 1958) Réplique du vol 60528 (C-130A) National Vigilance Park, Fort. Meade, Maryland Flight 60528 exposition National Cryptologic Museum, Ft. Meade, Maryland Mémorial du vol 60528 au village de Sasnashen, Arménie Crédit : Tart and Keefe (2001) Hovhannes Margaryan Crédit : Jared Nielson Crédit : J.UrbanCrédit : Flickruser Épave « RedRipper24 »
  22. 22. Traces arméniennes hors d'Arménie : Venise et Jérusalem Venise Isla di San Lazzaro degli Armeni Mekhitarist Order (Arménien catholique) Jérusalem Le quartier arménien de la vieille ville Crédit : Sally Turner (Flickr) Lord Byron, figure de proue du mouvement romantique, a étudié à le monastère de l'île Saint-Lazare en 1816 ». . . leur pays [l'Arménie] doit toujours être l'un des plus intéressants du monde » Mekhitar de Sebaste Cathedral of Sts. James de armenica.org de jerusalemite.net Crédit : Ariela Ross (Flickr) de oliaklodvenitiens.wordpress.com deinsidetheevatican.com Crédit : Ron Peled demapsof.net
  23. 23. Traces arméniennes hors d'Arménie : Sites historiques en Turquie Ani (« Ville aux 1001 églises ») Crédit : Antonio Perez Rio (Flickr) Crédit : Bjørn Christian Tørrissen Kars Crédit : Cihan (todayszaman.com) Sites à Diyarbakır Surp Giragos (« St . Kirakos ») Église (la plus grande église arménienne en ruine de Turquie à être restaurée) Cathédrale de Kars Île d'Akhtamar sur le lac de Van Crédit : Gürkan Öztürk (Panoramio) Cathédrale Surp Khach (« Sainte Croix »)
  24. 24. Traces arméniennes hors d'Arménie : Sites historiques en Turquie Ani (« Ville aux 1001 églises ») Crédit : Antonio Perez Rio (Flickr) Crédit : Bjørn Christian Tørrissen Kars Crédit : Cihan (todayszaman.com) Sites à Diyarbakır Surp Giragos (« St . Kirakos") Église (la plus grande église arménienne en ruine de Turquie à être reconstituée) Cathédrale de Kars La légende d'Akhtamar Illustration de Zabelle C. Boyajian (1916)
  25. 25. Traces arméniennes hors d'Arménie : Sites historiques en Turquie Ani (« Ville aux 1001 églises ») Crédit : Antonio Perez Rio (Flickr) Crédit : Bjørn Christian Tørrissen Kars Crédit : Cihan (todayszaman.com) Sites à Diyarbakır Surp Giragos (« St . Kirakos") Église (la plus grande église arménienne en ruine de Turquie à être reconstituée) Cathédrale de Kars Statue représentant la légende d'Akhtamar Lac Sevan, Arménie Crédit : AlexOunanians [rognée]
  26. 26. Traces arméniennes hors d'Arménie : Sites historiques en Turquie Ani (« Ville aux 1001 églises ») Crédit : Antonio Perez Rio (Flickr) Crédit : Bjørn Christian Tørrissen Kars Crédit : Cihan (todayszaman.com) Sites à Diyarbakır Surp Giragos (« St . Kirakos ») Église (la plus grande église arménienne en ruine de Turquie à être restaurée) Cathédrale de Kars Île d'Akhtamar sur le lac de Van Crédit : Gürkan Öztürk (Panoramio) Cathédrale Surp Khach (« Sainte Croix »)
  27. 27. Crédit :StudioAshnag Traces arméniennes hors d'Arménie : Autres lieux de la diaspora Russie Liban France Syrie Argentine Iran Surb Hovhannes Avetaranich (« Saint-Jean-Baptiste ») Église Krasnodar Cathédrale Apostolique Arménienne Saint-Jean-Baptiste (« Cathédrale Saint-Jean-Baptiste » ) Paris Tombeau de Levon V, Basilique Saint-Denis près de Paris Dernier roi latin d'Arménie (règne 1374 – 1375 après JC) Monastère de Surb Tadeosi (« St. Thaddée ») près de l'église Maku Surp Nshan Complexe commémoratif du génocide arménien de Beyrouth Deir ez-Zor Quarante Cathédrale des martyrs Alep Catedral San Gregorio El Iluminador Buenos Aires Crédit :YurikShakhverdyan(Panoramio) Crédit :ACAM(France) Crédit :P.Potrowl deWikimediaCommons Crédit :StudioAshnag Crédit :WikimediaC.user« PreacherLad » Crédit :EduardoMasllorens)(Panoramiorens)
  28. 28. Crédit :StudioAshnag Traces arméniennes hors d'Arménie : Autres lieux de la diaspora Russie Liban France Syrie Argentine Iran Surb Hovhannes Avetaranich (« Saint-Jean-Baptiste ») Église Krasnodar Cathédrale Apostolique Arménienne Saint-Jean-Baptiste (« Cathédrale Saint-Jean-Baptiste » ) Paris Tombeau de Levon V, Basilique Saint-Denis près de Paris Dernier roi latin d'Arménie (règne 1374 – 1375 après JC) Monastère de Surb Tadeosi (« Saint-Thaddée ») près de l'église de Maku Surp Nshan Complexe commémoratif du génocide arménien de Beyrouth Deir ez-Zor détruit par ISIS septembre 2014 Cathédrale des quarante martyrs d'Alep Catedral San Gregorio El Iluminador Buenos Aires Crédit :YurikShakhverdyan(Panoramio) Crédit :ACAM(France) Crédit :P.Potrowl deWikimediaCommons Crédit :StudioAshnag Crédit :WikimediaC.user« PreacherLad » deTwitterCrédit :Eduorioll )
  29. 29. Traces arméniennes en dehors de l'Arménie : Javakhk et Karabakh « Nous sommes nos montagnes » Monastère DadivankDidi Abuli Monastère Akhalkalaki Gandzasar Catholicoi arménien et géorgien (Ninotsminda, 2011) (adapté de la carte de la CIA de 1995) Javakheti, Géorgie (« Javakhkʿ ») Haut-Karabakh (« Artsakh ») Stépanakert
  30. 30. Traces arméniennes en dehors de l'Arménie : Javakhk et Karabakh « Nous sommes nos montagnes » Monastère de DadivankDidi AbuliMonastère d'Akhalkalaki Gandzasar catholiques arméniens et géorgiens (Ninotsminda, 2011) (adapté de la carte de la CIA de 1995) Javakheti, Géorgie (« Javakhkʿ ») Haut-Karabakh ("Artsakh") Stepanakert Eurovision 2009 controverse
  31. 31. Symbole national de l'Arménie : Mont Ararat (« Masis ») Crédit : Julius M. (utilisateur de Flickr « Ogmus ») [ajusté] Crédit : Utilisateur de Wikimedia commons « Самый древний » Crédit : J. Urban Ararat vu de l'Arc de Tcharents , Voghjaberd, Arménie 16 854 pieds 12 782 piedsArarat Anomaly 1673 croquis des voyages de Chardin 1949 photo USAF
  32. 32. Emplacement d'Ararat Mt. Ararat Ararat Khor Virap Erevan Ejmiatsin Turquie Arménie Iran Mt. Ararat
  33. 33. Symboles nationaux de l'Arménie : Fruits de armenianwinefestival.am de noahstravelarmenia.blogspot.com Abricot = Prunus Armeniaca [Appelé simplement « Armeniaca » par le médecin grec de l'époque romaine Dioscoride (1er siècle après JC)] Crédit : Photolure [ajusté]
  34. 34. Terrain et climat Toutes les cartes d'ArmeniaBirding.info Rivières Écorégions Montagnes Provinces
  35. 35. Terrain et climat Vue depuis le mont Azhdahak Crédit : Hrant Khachatrian Rivière Akhurian Mont Aragats Lac Sevan Crédit : Taylor Hawkins Crédit : Mher Hovsepian Crédit : Ani Boghossian
  36. 36. Terrain et climat Forêts arméniennes (année 2000) Cascade de Shaki Vallée de la rivière Debed Parc national de Dilijan Réserve d'État de la forêt de Khosrov de enrin.grida.no Crédit : utilisateur Spotilove « Syuzan » Crédit : utilisateur Wikimedia Commons « Sisianci » Crédit : utilisateur Wikimedia Commons " H-dayan” Crédit: Liliana & Emil Schmid
  37. 37. Terrain et climat Agriculture dans la plaine d'Ararat Viniculture, ouest des montagnes de la province de Vayots Dzor, ouest de la province de Vayots Dzor de tours.am Crédit : Zorah Winery Crédit : utilisateur Flickr « Brave Lemming » « Symphony of the Stones », Garni Gorge Crédit : Marianna Karamyan (Flickr)
  38. 38. Terrain et climat Agriculture dans la plaine d'Ararat Viniculture, ouest des montagnes de la province de Vayots Dzor, ouest de la province de Vayots Dzor de tours.am Crédit : Zorah Winery Crédit : utilisateur Flickr « Brave Lemming » « Symphony of the Stones », Garni Gorge Crédit : Oleg Breslavtsev
  39. 39. Terrain et climat Téléphérique « Wings of Tatev » Record du monde Guinness du plus long téléphérique à double voie sans escale (5,752 km) Formation rocheuse, source thermale de Goris, station thermale de Jermuk Montagnes Zangezur de traveltoarmenia.com Crédit : Ricky Ng (Flickr) Crédit : Kristen Hartmann (Flickr) de go2armenia.com
  40. 40. Terrain et climat Lac Sevan Skier à la station balnéaire de Tsaghkadzor Lake Parz, parc national de Dilijan Steppe d'herbe à plumes, province de Shirak Crédit : Utilisateur Wikimedia Commons « Valen1988 » de varmeniyu.ru Crédit : Patti Peterson Crédit : Anna Reymers
  41. 41. Grandes villes Erevan Population : 1 060 138 (2011) Gyumri Population : 121 976 (2011) (capitale de l'Arménie) (la « deuxième ville » d'Arménie)
  42. 42. Villes principales Vanadzor Population : 86 199 Vagharshapat Population : 46 540 (Ejmiatsin) Kapan Population : 50 353
  43. 43. Animaux Mouflon arménien (mouton sauvage) Bezoar bouquetin (chèvre sauvage) Ours brun d'Eurasie Mouette d'Arménie Truite de Sevan Écrevisse à pattes étroites Vipère à nez arrondi d'Asie occidentale Lynx du Caucase Hérisson à longues oreilles
  44. 44. Culture arménienne : Costumes traditionnels « Femme arménienne en costume national, Artvin » (vers 1905 – 1915) S.M. Tri-plaque couleur Produkin-Gorskii / composite numérique de la Bibliothèque du Congrès des États-Unis de barevarmenia.com Carte des costumes nationaux arméniens de 1800 à 1925 Crédit : Homeland Development Initiative Foundation (Taraz Fest 2014, Arpeni, Arménie) [rognée]
  45. 45. Culture arménienne : Manuscrits enluminés d'art et d'artisanat Page de table Canon des évangiles de Zeytun par Toros Roslin (1256 après JC) Crédit photo : Getty Museum Oriental Rugs Le « tapis de Gohar » (1699/1700 après JC), probablement du Karabakh Needle Lace Photos avec l'aimable autorisation du Musée Lacis (Berkeley, CA) de ArmeniaFest.com
  46. 46. ​​Art arménien dans les collections des institutions de la région de Washington, DC La National Gallery of Art L'artiste et sa mère Arshile Gorky (ca. 1926 – ca. 1942) La Maison Blanche Le « Tapis orphelin arménien » de Ghazir, Liban présenté à Le président Calvin Coolidge en 1925 La Bibliothèque du Congrès L'histoire des actes de saint Jean l'Évangéliste (copié en 1755) [de la collection de Rouben Mamoulian] (La plupart des articles ne sont généralement pas exposés.) Textile brodé de Marash (Turquie moderne) Textile tissé brodé du Caucase Le Musée du textile du Musée de l'Université George Washington Tablier brodé et perlé d'Erzurum (Turquie moderne) Page de La Romance d'Alexandre (1525) Dentelle à l'aiguille de Kharpert (Turquie moderne) (ca. 1915) Musée Dumbarton Oaks
  47. 47. Vordan Karmir (« rouge du ver ») : une variété de colorant cramoisi naturel Porphyrophora hamelii (« cochenille arménienne », « échelle d'Ararat », etc.) Espèces en danger critique d'extinction Art de plafond de Vordan karmir Monastère de Noravank, Arménie Réserve d'État de Vordan Karmir Sel habitat de prairie (2,20 km2) Province d'Armavir Crédit : utilisateur de Wikimedia Commons « Հանուման » Crédit : Vaghinak Petrosyan Crédit : G.Karagyan [ajusté] de PeopleOfAr.wordpress.com (Crédit : Yerevan Magazine)
  48. 48. Cuisine arménienne Khorovats Viande (porc, agneau, bœuf, poulet) ou barbecue de légumes de repatarmenta.org (Novostink.ru) Crédit : Akhtamar Hotel, Sevan Lake Sujukh Saucisse de viande hachée épicée de bacon.am Basturma Air couvert d'épices- boeuf salé de armeni.eu
  49. 49. Cuisine arménienne Harisa Bouillie de blé avec poulet ou agneau Khash Ragoût de pied de vache et de tripes Spas Babeurre-yaourt et soupe de blé de kadr.am de basturma.nov.ru Crédit photo : J. Urban (Kilikia Restaurant, Erevan) de pinterest. com/levonavagyan1 Baratte à beurre arménienne (khnotsi)
  50. 50. Cuisine arménienne Arishta Nouilles maison de tavern.caucasus.am de menu.am Aveluk Curly Dock (parent de l'oseille) Soupe d'Aveluk Salade d'Aveluk debarevarmenia.com de tavernyerevan.am Tolma Légumes farcis de viande, riz et herbes Crédit alimentaire : Astghik Shahkhatuni de dolmama.am Tolma d'hiver Tolma d'été
  51. 51. Cuisine arménienne Lavash Pain plat fin et doux Lahmaju Pain plat cuit au four avec de la viande hachée, des tomates, des herbes Pain Zhengyal Pain fin farci aux légumes verts de anushlini.nethouse.ru de menkmedia.com de blognews.am Crédit photo : J. Urban (Gaidz Restaurant, Erevan) Crédit photo : utilisateur de Wikimedia Commons « Chaojoker » Lavash et four à tonir Magic Lavash (court-métrage d'animation de 1973)
  52. 52. Cuisine arménienne Pakhlava Pâtisserie étagée aux noix et sirop Gata Pâtisserie sucrée Karkandak Petits pains farcis (pomme de terre, viande, chou, champignon, etc.) Crédit alimentaire : Julia Nazaryan Crédit photo : Nazik Armenakyan / ArmeniaNow.com Khachapuri Pâtisserie fourrée au fromage du menu .am fromaravot.am
  53. 53. Crédit :ParandzemHovhannisyan Cuisine arménienne Pakhlava Feuilleté aux noix et sirop Gata Pâtisserie sucrée Karkandak Petits pains farcis (pomme de terre, viande, chou, champignon, etc.) Crédit alimentaire : Julia Nazaryan Khachapuri Pâtisserie fourrée au fromage de menu.am fromaravot.am
  54. 54. Cuisine arménienne Ghapama Citrouille au four avec riz et fruits secs Fruits secs de barevarmenia.com "Sweet sujukh" / Churchkhela Cordes de noix trempées dans du sirop de fruits épicés Alani Pêches séchées farcies de noix, de sucre et d'épices Pastegh / "Sweet lavash" Cuir de fruits de pinterest.com/levonavagyan1 de zakup.am Crédit : Panoramiouser « Armenia& NagornoKarabakh ») Crédit : Noema Pérez De doshab.ru
  55. 55. Cuisine arménienne Tan Boisson au yaourt salé Jus de fruits Abricot Rose Musquée Argousier Surch (café) Oghi « Vodka » (blé, mûre, abricot, etc.) Tisanes Thym, menthe, etc. Konyak Brandy arménien Crédit : RaffiKojian fromsostav.ru fromparma.buy.am Crédit : WikimediaC.user « BapakAlex ») Crédit : Utilisateur LiveJournal « Makenas » de phoenixtour.org
  56. 56. Cuisine arménienne Haricots verts aux œufs Plats d'aubergines Salade de choux Soupes de haricots Vermishel Salade d'été Tomates, concombres, poivrons, herbes Plats de blé Emmer, sarrasin, boulgour, etc. Plats de pommes de terre Plats de chou-fleur fromelens-kitchen.do.am fromelens-kitchen.do .am fromfd.amfrommykitchen.am fromretsepty-s-foto.rufromtonratun.am fromcaucasus.amfromjrati.ru fromyerevanresto.am
  57. 57. Musique folklorique arménienne Duduk (joué par Djivan Gasparyan) Performance du poème épique arménien « Daredevils of Sasun » (« Sasna Tsrer ») Davit of Sasun Crédit : KARIN Folk Dance and Song Group Crédit : VahanBego d'Arts Brookfield de duduk.ca Qanon DholZurna Saz Kamancha de musicofarmenia.com de gildedserpent.com de HayNews.com de reading.ge
  58. 58. Culture arménienne : Danses folkloriques « Ishkhanats Par » (« Danse des seigneurs ») « Berd » (« Forteresse ») « Yarkhushta » (danse martiale) « Kochari » Soldats arméniens soviétiques dansant Kochari à Berlin, 1945 Crédit : SahakMuradyan [rognée ] Crédit : BERTDanceEnsemble Crédit : TigranMadoyan/KARINFolkDanceGroup de YouTube / Armenica.org Crédit : KARINFolkDanceGroup
  59. 59. Sports et jeux Football ("Futbol") Backgammon ("Nardi") Echecs ("Shakhmat") Haltérophilie Boxe Lutte Crédit :FIDE(Qatar2011)Crédit :BirthrightArmenia[ajusté]Crédit :PanARMENIAN/V.StepanyanfromHayNews.am Crédit :AIBA (Flickr) Crédit : Mike Hewitt / Getty Images Europe Crédit : V.Baghdasaryan/Photolure
  60. 60. Partie II: Histoire et géographie arméniennes dont personne ne s'est soucié d'écrire. Movses Khorenatsi [Moïse de Chorene], historien arménien Histoire de l'Arménie (Livre 1, Chapitre 3, Phrase 7) ca. 482 après JC (date traditionnelle)
  61. 61. Erevan Van Pour trouver l'Arménie : Cherchez 2 mers et 3 lacs Pour trouver Erevan : Mer Noire Erevan (Gyumri est près de « l'œil »)
  62. 62. Géopolitique de l'Arménie historique : clé de voûte nord du Moyen-Orient Plateau anatolien Croissant fertile Sud-est du Taureau Pontique oriental Plateau arménien Mer Noire Mer Caspienne Mer Méditerranée Golfe Persique (crédit de la carte topographique sous-jacente : utilisateur de Wikimedia Commons « Sémhur »)
  63. 63. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org)
  64. 64. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 6e siècle av. Domination persane Perses achéménides
  65. 65. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 5e siècle av. Domination persane
  66. 66. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 4e siècle av. Yervanduni (Orontide) dynastie macédonienne conquête de la Perse achéménide Armavir macédoniens capitale arménienne
  67. 67. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) IIIe siècle av. Dynastie Yervanduni (Orontide) Guerres helléniques-iraniennes Empires séleucide et arsacide Armavir Yervandashat Séleucides Arsacides (Parthes) Capitale arménienne
  68. 68. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) IIe siècle av. Dynastie Artashesean (Artaxiad) Yervandashat Artashat Romains Alains capitale arménienne
  69. 69. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 1er siècle av. Dynastie Artashesean (Artaxiad) Empire arménien et défaite par Rome Artashat Tigranakert Romains Alains capitale arménienne
  70. 70. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 1er siècle après J.
  71. 71. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) IIe siècle après J.-C. Dynastie Arshakuni (Arsacide) Domination romaine ArtashatVagharshapat Romains Parthes Capitale arménienne
  72. 72. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) IIIe siècle après J.-C. Dynastie des Arshakuni (Arsacides) Guerres romano-iraniennes Vagharshapat Romains Parthes Perses sassanides Capitale arménienne
  73. 73. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) IVe siècle après J. qu'Ashtishat)
  74. 74. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 5ème siècle après JC Période marzpanate Domination perse-byzantine Rébellion chrétienne nakharar contre les Sassanides Dvin Ashtishat Byzantins Perses sassanides Capitale arménienne Évêque en chef arménien / Catholicos arménien (Par tradition, à Vagharshapat plutôt qu'à Ashtishat)
  75. 75. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 6ème siècle après JC Période de Marzpanate Domination perse-byzantine Rébellions de Nakharar Dvin Byzantins Perses sassanides Capitale arménienne Catholicos arméniens
  76. 76. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 7e siècle après JC Conquêtes arabes Dvin Arabes Khazars Sassanides Perses Capitale arménienne Catholicos arméniens
  77. 77. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 8ème siècle après JC Domination arabe Dvin Partav Arabes Khazars Capitale arménienne Catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais
  78. 78. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 9ème siècle après JC Domination arabe Montée de la dynastie Bagratuni (Bagratid) Bagaran Shirakavan Dvin Berdakur Arabes Khazars Capitale arménienne Catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais
  79. 79. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 10ème siècle après JC Royaumes bagratides d'Arménie Shirakavan Dvin Dzoravank Aghtamar Kars Arghina Ani Berdakur Amaras Capitale arménienne Catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais
  80. 80. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) XIe siècle ap.
  81. 81. L'histoire de l'Arménie en une image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 12ème siècle après JC Domination seldjoukide conquêtes géorgiennes Croisades et montée de la baronnie de Kilikia (Cilicie) Sis Karmir Vank Aghtamar Tsovk Hromkla Amaras Croisés Géorgiens Capitale arménienne Catholiques arméniens Autres catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais
  82. 82. L'histoire de l'Arménie en une image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 13e siècle après JC Royaume arménien de Kilikia (Cilicie) Alliance des croisés Conquêtes mongoles HromklaSis Aghtamar Amaras Gandzasar Mongols Croisés Géorgiens Mamelouks égyptiens Capitale arménienne Catholiques arméniens Autres catholiques arméniens Armeno -catholicos albanais
  83. 83. L'histoire de l'Arménie en une image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 14ème siècle après JC Chute du dernier royaume arménien Invasions mameloukes de Kilikia (Cilicie) Sis Aghtamar Gandzasar Mamelouks égyptiens Ilkhanate, Jalayirid Mongols Capitale arménienne Catholicos arméniens Autre arménien catholicos catholicos arméno-albanais
  84. 84. L'histoire de l'Arménie en une image (carte sous-jacente de www.armenica.org) XVe siècle après JC Domination turque Invasions turco-mongoles Conquêtes turkmènes Sis Ejmiatsin Aghtamar Gandzasar Timurides (Turco-Mongols) Moutons noirs, Moutons blancs Turkmènes arméniens catholiques Autre arménien catholicos catholicos arméno-albanais
  85. 85. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) Guerres ottomanes-safavides du XVIe siècle après J.-C. Ejmiatsin Sis Aghtamar Gandzasar Turcs ottomans Perses safavides Catholicos arméniens Autres catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais
  86. 86. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 17e siècle après JC Domination turco-persane Partition ottomane-safavide Ejmiatsin Sis Aghtamar Gandzasar Turcs ottomans Perses safavides Catholiques arméniens Autres catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais
  87. 87. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 18ème siècle après JC ère turco-persane Apex du Karabagh, Syunik meliks Nationalisme arménien et modernisation Ejmiatsin Sis Aghtamar Gandzasar Kreim, Bzommar Catholicos arméniens Autres catholiques arméniens Armeno- catholicos albanais patriarche catholique arménien
  88. 88. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 19ème siècle après JC Domination turco-russe Conquête russe du Caucase Ejmiatsin Sis Aghtamar Gandzasar Bzommar Constantinople Russes Catholicos arméniens Autres catholicos arméniens Catholicos arméno-albanais Patriarche catholique arménien
  89. 89. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 20e siècle après J.
  90. 90. L'histoire de l'Arménie en une image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 20e siècle après JC (1918 – 1920) Première république arménienne Guerres transcaucasiennes et soviétisation Erevan Ejmiatsin Sis Constantinople Nationalistes turcs [Turcs] [Géorgiens] Russes soviétiques [Azerbaïdjanais ] Empire britannique Capitale arménienne Catholicos arméniens Autres catholicos arméniens Patriarche catholique arménien
  91. 91. L'histoire de l'Arménie en une seule image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 20e siècle après JC (1920 – 1991) Domination soviétique Erevan Ejmiatsin Sis Constantinople Beyrouth Antelias Capitale arménienne Catholicos arméniens Autres catholicos arméniens Patriarche catholique arménien
  92. 92. L'histoire de l'Arménie en une image (carte sous-jacente de www.armenica.org) 20e - 21e siècles après JC (1991 - ) République d'Arménie République du Haut-Karabakh Erevan Stepanakert Ejmiatsin Beyrouth Antelias Capitale arménienne Catholicos arméniens Autres catholicos arméniens Patriarche catholique arménienNKR Capitale
  93. 93. Armoiries de la République d'Arménie Emblème de la dynastie Rubinee Royaume arménien de Kilikia Emblème de la dynastie Bagratuni Royaumes médiévaux d'Arménie Emblème de la dynastie Artashesean Ancien royaume d'Arménie Empire arménien de Tigran II Emblème de la dynastie Arshakuni Arménie au période de christianisation Mont Ararat Arche de Noé avec recul des eaux de crue Épée, chaîne brisée, ruban Gerbe de blé Branche Couleurs du bouclier = couleurs du drapeau (rouge, bleu, orange) LionEagle
  94. 94. Début de l'histoire et de la préhistoire de l'Arménie
  95. 95. Complexe de grottes Areni-1 : Culture de l'ère chalcolithique dans le Caucase du Sud La plus ancienne chaussure intacte connue du monde ca. 3627 – env. 3377 av. Crânes pré-adultes enterrés cérémonieusement dans des pots (le plus ancien tissu cérébral conservé connu au monde) env. 3970 – env. 3800 av. La plus ancienne cave connue au monde env. 4223 – env. 3790 av. Crédit photo : K. Wilkinson d'Areshianetal.(2012) Crédit : Diana Zardaryan deWilkinsonetal.(2012) d'Areshianetal.(2012) d'après Pinhasi et al. (2010)
  96. 96. Autres sites préhistoriques en Arménie Les premières plantes cultivées trouvées en Arménie, dans les colonies d'Artashen et d'Aknashen Céréales et graines de légumineuses carbonisées env. 6e millénaire av. (Époque néolithique supérieur) Outils en pierre du site archéologique de Nor Geghi 1 Fabriqués à l'aide des technologies biface et Levallois ca. Il y a 325 000 à 335 000 ans (période du Paléolithique inférieur) Crédit photo : RoyalHolloway Crédit : Adleretal.(2014) Crédit : HovsepyanandWillcox(2008)
  97. 97.Autres sites préhistoriques en Arménie Karahunj (« Zorats Karer »), province de Syunik 3e – 2e millénaires av. Site de Metsamor, Province d'Armavir 3e – 2e millénaires avant J.-C. Pétroglyphes du mont Ughtasar, province de Syunik 4e - 3e millénaires av. Colonie de Shengavit, Erevan 3e millénaire avant J.-C. (Culture Kura-Araxes) Crédit :WikimediaC.user« Sonashen » detours-armenia.com Crédit :AndrewSelkirk deEnjoyArmenia.com Crédit :MarcTailly[ajusté] desobstvennost.net dehushardzan.am de widener.edu/

50 % des exportations de l'Arménie Pas de réserves prouvées de pétrole Pas de réserves prouvées de gaz naturel Pas de mines de charbon en Arménie (une mine au Haut-Karabakh) Importations de gaz naturel :

50 % des exportations de l'Arménie Pas de réserves prouvées de pétrole Pas de réserves prouvées de gaz naturel Pas de mines de charbon en Arménie (une mine au Haut-Karabakh) Importations de gaz naturel :


Voir la vidéo: Тайны Нораванка The mystery of Noravank Նորավանքի գաղտնիքները (Janvier 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos