Nouveau

USS Jacob Jones (DD-130) à l'état neuf, vers 1920

USS Jacob Jones (DD-130) à l'état neuf, vers 1920


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Destroyers américains : une histoire de conception illustrée, Norman Friedmann. L'histoire standard du développement des destroyers américains, des premiers destroyers torpilleurs à la flotte d'après-guerre, et couvrant les classes massives de destroyers construits pour les deux guerres mondiales. Donne au lecteur une bonne compréhension des débats qui ont entouré chaque classe de destroyer et ont conduit à leurs caractéristiques individuelles.


USS Jacob Jones (DD-130) à l'état neuf, vers 1920 - Histoire

L'USS Jacob Jones, un destroyer de classe Wickes de 1090 tonnes, a été construit à Camden, New Jersey. Après sa mise en service en octobre 1919, il opère brièvement dans l'Atlantique, puis transite par le canal de Panama en janvier 1920 pour rejoindre la flotte du Pacifique. À l'exception d'une période de réserve entre août 1920 et juin 1921, le destroyer a été actif le long de la côte ouest jusqu'à sa mise hors service en juin 1922.

Lors d'un renouvellement général de la force de destroyers de la Marine, le Jacob Jones a été remis en service en mai 1930. Il a servi dans le Pacifique oriental jusqu'en mars 1931, date à laquelle il est allé dans les Caraïbes pour des manœuvres. Jacob Jones était de nouveau dans le Pacifique du début de 1932 au printemps 1933, mais a ensuite été stationné dans la région de l'Atlantique, où il a participé à des exercices tactiques, à des tâches d'entraînement et à des missions diplomatiques. En octobre et novembre 1938, il traverse l'Atlantique pour opérer dans les eaux européennes et nord-africaines au sein de l'escadron 40-T. Jacob Jones est retourné aux États-Unis en octobre 1939, peu de temps après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Au cours des deux années suivantes, Jacob Jones a participé à des travaux de soutien sous-marin, à une formation anti-sous-marine et à des patrouilles de neutralité au large des côtes américaines et dans la région des Caraïbes. Lors de l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale en décembre 1941, elle a commencé des opérations d'escorte de convoi à partir d'Argentia, à Terre-Neuve. Il a été affecté à des patrouilles anti-sous-marines au large de la côte est en février 1942, effectuant une attaque intense mais non concluante contre un sous-marin présumé le 22. Alors qu'il naviguait au large de la baie du Delaware le 28 février 1942, l'USS Jacob Jones fut touché par au moins deux torpilles du sous-marin allemand U-578, causant de lourdes pertes parmi son équipage et faisant complètement échouer le navire. Les membres d'équipage restants ont abandonné le navire, mais d'autres ont été tués dans l'eau lorsque des grenades sous-marines ont explosé alors qu'il coulait. Seuls onze des hommes de Jacob Jones ont survécu à leur épreuve d'explosions et d'exposition aux mers hivernales.

L'USS Jacob Jones a été nommé en l'honneur du commodore Jacob Jones, USN, (1768-1850), un héros naval de la guerre de 1812.

Cette page présente, ou fournit des liens vers, toutes les vues que nous avons liées à l'USS Jacob Jones (Destroyer # 130, plus tard DD-130).

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

USS Jacob Jones (Destructeur n° 130)

Photographié peu après son achèvement, en 1919.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 72 Ko 740 x 585 pixels

USS Jacob Jones (Destructeur n° 130)

Traversée du canal de Panama, 1920.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 127 Ko 740 x 485 pixels

Photographié vers les années 1930.

Avec l'aimable autorisation de Donald M. McPherson, 1969

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 58 Ko 740 x 465 pixels

Avec douze destroyers amarrés à côté, au début des années 1920. Les navires présents comprennent (de gauche à droite) :
USS Jacob Jones (DD-130)
USS Coque (DD-330)
USS Thompson (DD-305)
USS Corry (DD-334)
USS Kennedy (DD-306)
USS Reno (DD-303)
USS Cuyama (AO-3
USS Stoddert (DD-302)
USS Yarborough (DD-314)
USS Sloat (DD-316)
USS Litchfield (DD-336)
USS Shubrick (DD-268)
USS Young (DD-312)

Avec l'aimable autorisation de Mme C.R. DeSpain, 1973. À partir des albums de Fred M. Butler.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 70 Ko 740 x 490 pixels

"Red Lead Row", Base de destroyers de San Diego, Californie

Photographié à la fin de 1922, avec au moins 65 destroyers amarrés là-bas. Plusieurs des navires présents sont identifiés sur la photo # NH 42539 (légende complète).

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 159 Ko 740 x 515 pixels

Destroyers désarmés à San Diego, Californie

Certains des quatre-vingts destroyers de réserve dans le port de San Diego, une partie des quelque 260 destroyers en attente là-bas et à Philadelphie, en Pennsylvanie. Photographie datée du 29 décembre 1926.
Les navires identifiables présents incluent (de gauche à droite) :
USS Kennison (DD-138)
USS Jacob Jones (DD-130)
USS Aulick (DD-258)
USS Babbitt (DD-128)
USS Twiggs (DD-127) et
USS Badger (DD-126).

Avec l'aimable autorisation du Musée maritime de San Francisco, San Francisco, Californie, 1969.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 127 Ko 740 x 615 pixels

USS Tattnall (DD-125),
USS Jacob Jones (DD-130), et
USS Hopkins (DD-249) (listé de gauche à droite)

Amarrés ensemble au large de San Diego, Californie, vers 1935. Cette vue montre la proue des navires, avec des drapeaux de signalisation hissés dans le gréement en l'honneur d'une occasion spéciale.

Don de Franklin Moran, 1967.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 119 Ko 595 x 765 pixels

USS Hopkins (DD-249) ,
USS Jacob Jones (DD-130), et
USS Tattnall (DD-125) (listé de gauche à droite)

Amarrés ensemble au large de San Diego, Californie, vers 1935. Cette vue montre la poupe des navires, avec des protections d'hélice, des supports de grenade sous-marine et de petites embarcations visibles.

Don de Franklin Moran, 1967.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 80 Ko 740 x 615 pixels

USS Jacob Jones (DD-130) ,
USS Erie (PG-50) , et
USS Manley (DD-74) (listé de gauche à droite)

Dans le port, lors d'une croisière d'aspirants de l'Académie navale des États-Unis, le 3 août 1937.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Image en ligne : 66 Ko 740 x 610 pixels

Amarré au quai 7, base d'opérations navales de Norfolk, Virginie, le 30 septembre 1937, avec des cérémonies de mise en service en cours sur son pont d'envol.
L'USS Jacob Jones (DD-130) est de l'autre côté de la jetée.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Image en ligne : 88 Ko 740 x 580 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Avec d'autres navires à Pier 7, Naval Operating Base, Norfolk, Virginie, le 19 octobre 1937. Les autres navires présents sont (de gauche à droite) :
USS Texas (BB-35)
USS Decatur (DD-341)
USS Jacob Jones (DD-130) et
USS Kewaydin (AT-24).
Remarquez les automobiles garées au premier plan.

Photographie des collections du Département de la Marine aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 109 Ko 740 x 570 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

En plus des vues référencées ci-dessus, les Archives nationales semblent détenir au moins une autre photographie de l'USS Jacob Jones (DD-130). La liste suivante décrit cette image :

L'image ci-dessous n'est PAS dans les collections du Naval Historical Center.
N'essayez PAS de l'obtenir en utilisant les procédures décrites dans notre page "Comment obtenir des reproductions photographiques".


Des reproductions de cette image doivent être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales pour les images non détenues par le Centre historique naval.


JACOB JONES DE 130

Cette section répertorie les noms et les désignations que le navire a eu au cours de sa vie. La liste est par ordre chronologique.

    Escorte de destroyer de classe Edsall
    Quille posée le 26 juin 1942 - Lancé le 1er novembre 1942

Couvertures navales

Cette section répertorie les liens actifs vers les pages affichant les couvertures associées au navire. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque nom de navire (par exemple, Bushnell AG-32 / Sumner AGS-5 sont des noms différents pour le même navire, il devrait donc y avoir un ensemble de pages pour Bushnell et un ensemble pour Sumner) . Les couvertures doivent être présentées par ordre chronologique (ou du mieux possible).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Chaque lien de page doit être accompagné d'une plage de dates pour les couvertures sur cette page.

Cachets de la poste

Cette section répertorie des exemples de cachets postaux utilisés par le navire. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque nom et/ou période de mise en service. À l'intérieur de chaque série, les cachets de la poste doivent être répertoriés dans l'ordre de leur type de classification. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

Un cachet de la poste ne doit pas être inclus à moins qu'il ne soit accompagné d'une image en gros plan et/ou d'une image d'une couverture montrant ce cachet de la poste. Les plages de dates DOIVENT être basées UNIQUEMENT SUR LES COUVERTURES DU MUSÉE et devraient changer à mesure que de nouvelles couvertures sont ajoutées.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.

Type de cachet de la poste
---
Texte de la barre de tueur

Les autres informations

HOMONYME - Commodore Jacob Jones, USN (mars 1768 - 3 août 1850)
Entré dans la Marine en 1799 en tant qu'aspirant. Pendant la quasi-guerre avec la France, il a servi sous les ordres du commodore John Barry dans la frégate des États-Unis et a été promu au grade de lieutenant en 1801. Jones était officier de la frégate Philadelphia lorsque ce navire a été pris par les Tripolitains en 1803. captif pendant près de deux ans, il fait à nouveau du service en mer après sa libération et, avec le grade de commandant en second, prend le commandement du sloop of war USS Wasp en 1810. En octobre 1812, pendant les premiers mois de la guerre de 1812, Jones a emmené l'USS Wasp lors d'une croisière dans l'Atlantique. Malgré les dommages causés par la tempête à son navire, il attaqua un convoi britannique le 18 octobre et, après une bataille intense, captura le sloop de guerre de la Royal Navy HMS Frolic. Les deux combattants ont été gravement endommagés et ont rapidement été victimes du puissant navire de ligne Poitiers, mais la réalisation de Jones a été largement admirée. De retour aux États-Unis après un échange de prisonniers, il reçut une médaille d'or du Congrès, fut promu au grade de capitaine et reçut le commandement de la frégate USS Macédoine. Son navire étant bloqué à New York, le capitaine Jones a été envoyé sur le théâtre du lac Ontario, où il a commandé la frégate USS Mohawk au cours de la dernière année de la guerre. Au cours de la dernière guerre de Barbarie, en 1815, Jacob Jones commanda à nouveau l'USS Macédonien. Le service en tant que capitaine de la frégate USS Guerriere a suivi en 1816-1818. Il fut commodore des escadrons des États-Unis en Méditerranée en 1821-1823 et dans le Pacifique en 1826-1829. Jones était commissaire de la marine à Washington, D.C., entre ces tournées en mer et a occupé des postes importants à terre à Baltimore et à New York dans les années 1830 et 1840. Il a reçu l'affectation finale, en tant que commandant de l'asile naval à Philadelphie en 1847. Le commodore Jacob Jones occupait ce poste au moment de sa mort le 3 août 1850.

L'US Navy a nommé trois navires en son honneur - USS Jacob Jones Destroyer No. 61, USS Jacob Jones DD-130 et USS Jacob Jones DE-130.

Si vous avez des images ou des informations à ajouter à cette page, contactez le conservateur ou modifiez cette page vous-même et ajoutez-la. Voir Modification des pages de navire pour des informations détaillées sur la modification de cette page.


Avec la fermeture définitive de la New York Shipbuilding Corporation en 1967, Camden a perdu l'une de ses principales industries, dévastant temporairement la base d'emplois de cette ville industrielle dynamique et animée.

Au cours de sa vie, le New York Ship a produit plus de 670 navires marchands et navals, dont 13 porte-avions, 26 croiseurs, 51 destroyers de tous types, 3 sous-marins nucléaires, 12 navires de soutien naval de tous types et 387 navires marchands civils. En outre, 9 cuirassés ont été construits pour la marine américaine et un autre pour l'Argentine, faisant de New York Ship le deuxième plus grand constructeur de chantiers navals privés aux États-Unis.

Contrat #150, le destroyer USS Jacob Jones (DD-130). Depuis ses débuts jusqu'à sa fermeture en 1967, le New York Ship était connu pour sa construction de destroyers navals, la dernière "boîte de conserve" achevée à New York Ship étant l'USS Truxtun (DLGN-35) à propulsion nucléaire en 1967.

Plus important que ces chiffres est l'héritage impressionnant de la construction navale que New York Ship a laissé derrière lui, un héritage de techniques de production de masse et d'ingénierie marine innovante qui continue d'avoir un impact sur l'industrie de la construction navale à ce jour.

L'avion de 60 000 tonnes construit par le navire de New York USS Kitty Hawk (CV-63) photographié dans l'océan Pacifique occidental en 2003. Au cours de ses quarante ans de carrière, Kitty Hawk a opéré au large du Vietnam, du Bouclier du désert, de la Tempête du désert et de l'opération Iraqi Freedom.

Alors que le New York Ship était en sommeil, le Dr Krishna P. Singh a fondé Holtec International en 1986. Le Dr Singh, un visionnaire et un entrepreneur, a commencé sa carrière à Camden, dans le New Jersey, alors que c'était un bastion de la fabrication. Pendant 30 ans, Holtec a prospéré en fournissant à l'industrie de l'énergie des solutions uniques comprenant des fûts de combustible usé, des équipements de transfert de chaleur et une assistance technique. Au cœur du succès de Holtec se trouvent ses remarquables techniques de conception et de fabrication. Avec une production lourde à pleine capacité à Pittsburgh, PA et Orville, OH, le Dr Singh a décidé d'investir dans une installation de classe mondiale - le Holtec Technology Campus – à l'ancien navire de New York. Sa vision : un campus à la pointe de la technologie, un centre d'innovation technologique et manufacturière. Holtec a l'intention d'être le catalyseur du changement pour la ville de Camden et de poursuivre l'héritage impressionnant de fabrication et d'ingénierie que le New York Ship a commencé il y a plus de 100 ans.


Historique des services

Jacob Jones a été désarmé le 24 juin 1922 et placé en réserve jusqu'à sa remise en service le 1er mai 1930, et a été affecté à des fonctions de patrouille de neutralité à partir de Charleston, en Caroline du Sud, le 4 avril 1940.

Période de l'entre-deux-guerres

Après s'être équipé à Philadelphie, Jacob Jones a navigué le 4 décembre pour le shakedown dans l'Atlantique. Elle est arrivée à Pensacola, Floride, le 22 décembre pour continuer son entraînement et est partie le 3 janvier 1920 pour le Pacifique. En arrivant à San Diego le 26 janvier, elle a opéré le long de la côte californienne sur des exercices antiaériens et de tir. Elle est entrée dans le Mare Island Navy Yard le 17 août pour des réparations et une révision et a assumé un statut de réserve. De retour au service avec Destroyer Force, Pacific Fleet, le 18 juin 1921, il a opéré à partir de San Diego jusqu'à sa mise hors service le 24 juin 1922.

Remis en service le 1er mai 1930, Jones formé dans les eaux côtières de l'Alaska au Mexique en tant que garde d'avion pour les porte-avions en herbe de la Marine. À la suite des manœuvres de la flotte de combat en août, il est entré dans l'île de Mare en novembre pour des réparations. Le destroyer a navigué le 4 février 1931 pour Panama, où il a repris le service de garde d'avion pour Langley. Jones a traversé le Canal de Panama le 22 mars et a navigué pour des manœuvres dans les Caraïbes. Elle a navigué pour les États-Unis le 1er mai et a pris part aux manœuvres conjointes armée-marine dans la baie de Chesapeake du 26 au 29 mai. Pendant le reste de l'été, il a opéré avec la Division de destroyers 7 le long de la côte de la Nouvelle-Angleterre avant de se retirer au Boston Navy Yard le 2 octobre pour une révision.

Jacob Jones parti de Boston le 1er décembre pour des manœuvres au large d'Haïti. Le 13 février 1932, il quitta les Caraïbes pour commencer 13 mois de garde d'avion et d'entraînement aux torpilles le long de la Californie. Il est retourné à Guantanamo Bay, à Cuba, le 1er mai 1933 pour des exercices généraux et des exercices de combat, et le 26, il a navigué pour Norfolk pour s'auto-entretenir sur une réserve tournante.

Après 2 mois de révision à Charleston, Jones retourné à Guantanamo le 29 novembre pour des exercices de repérage et de tir. Elle a interrompu ses manœuvres le 29 juin 1934 et a navigué pour Port-au-Prince, en Haïti, où elle a servi d'escorte lors de la visite du « bon voisin » du président Franklin D. Roosevelt en Haïti. Elle a repris des opérations des Caraïbes en juillet et a participé aux exercices de force d'atterrissage à la Baie Guantanamo pendant le septembre. Elle a pris sa retraite des Caraïbes fin novembre et est entrée dans le Norfolk Navy Yard le 3 décembre 1934 pour plusieurs mois d'entretien.

En mai 1935, Jones a embarqué des aspirants de l'Académie navale pour une croisière d'entraînement dans l'Atlantique. Elle est revenue à Norfolk le 7 juin pour 3 mois de patrouilles côtières et de manœuvres. Elle a fumé à New York en septembre pour participer aux manoeuvres de destroyer et a opéré de New York jusqu'à l'entrée de Brooklyn Navy Yard en janvier 1936 pour l'entretien et l'inspection.

Le 15 juin 1936, Jones a quitté New York avec des officiers de réserve à bord pour des croisières d'entraînement dans les Caraïbes qui se sont poursuivies jusqu'en septembre. En octobre, il participe aux manœuvres côtières conjointes Armée-Marine et, à la suite de son inspection annuelle à Norfolk, il participe à un entraînement au déminage en février 1937. En mars, il forme des officiers de la 5e Flotte de réserve et en juin, il reprend les croisières d'entraînement pour les aspirants. . Il a continué à fonctionner comme navire d'entraînement pour les officiers de réserve jusqu'au 15 janvier 1938, date à laquelle il a quitté Norfolk pour des exercices d'atterrissage de la flotte et des manœuvres de combat dans les eaux au large de Porto Rico et des îles Vierges. Jones retourné à Norfolk le 13 mars pour révision. En juin, il reprit ses opérations à Norfolk, servant de garde d'avion porteur et menant des exercices de torpille et de tir.

Après avoir assisté à la régate présidentielle en septembre, Jones prêt à naviguer vers l'Europe pour rejoindre l'Escadron 40-T en Méditerranée. Organisé en septembre 1936 pour protéger et évacuer les Américains d'Espagne pendant la guerre civile, l'escadre resta en Méditerranée occidentale. Départ de Norfolk le 26 octobre, Jones atteint Gibraltar le 6 novembre et arrive à Villefranche le 17 novembre. Elle a opéré de ce port méditerranéen français en patrouille jusqu'au 20 mars 1939. Elle a visité Alger du 24 au 25 mars 1939 et, pendant les 7 mois suivants, a fumé à divers ports européens atlantiques de Rotterdam à Lisbonne. En partant de Lisbonne le 4 octobre, elle a navigué pour les États-Unis et a jeté l'ancre à Norfolk le 14ème.

Reprenant ses opérations côtières, Jones a effectué des patrouilles de contrôle des avions de Norfolk à Newport, et en décembre, elle a escorté Dragon des mers lors de son shakedown caribéen.

La Seconde Guerre mondiale

Après 2 mois d'entretien et de contrôle à Norfolk, Jacob Jones a navigué pour Charleston le 4 avril 1940 pour rejoindre la patrouille de neutralité. Organisée en septembre 1939 en réponse à la guerre en Europe, la patrouille de neutralité a reçu l'ordre de suivre et de signaler les mouvements de toute opération guerrière des belligérants dans les eaux de l'hémisphère occidental. L'objectif fondamental de la patrouille « était de souligner l'état de préparation de la marine américaine à défendre l'hémisphère occidental ». En juin, après 2 mois de service avec la patrouille de neutralité, Jones retourné à la formation des aspirants.

En septembre, Jones a quitté Norfolk pour New London, Connecticut, où son équipage a suivi une formation intensive à l'école du son ASW. En revenant brièvement à Norfolk le 6 décembre, elle a navigué à Key West pour davantage de formation ASW. Il reprit ses opérations avec la Neutrality Patrol en mars 1941, patrouillant dans les eaux de Key West au Yucatan Channel. En mai, il rejoint les navires qui gardaient les eaux des îles contrôlées par Vichy, la Martinique et la Guadeloupe dans les Petites Antilles. Jones a maintenu ses opérations dans les Caraïbes tout l'été.

Le 30 septembre 1941, il quitta Guantanamo avec la division Destroyer 54 pour se préparer au devoir d'escorte dans l'Atlantique Nord. Jones a reçu 2 mois d'entretien et d'inspection à Norfolk et le 1er décembre 1941, est parti pour une formation d'escorte de convoi le long de la côte de la Nouvelle-Angleterre. En dégageant le Port de Boston le 12 décembre, elle a navigué à NS Argentia, Terre-Neuve, pour commencer son devoir d'escorte. Le 16 décembre, elle a escorté Maquereau et S-33 traversé une mer agitée jusqu'à Boston et retourna à Argentia le 24. Jones repart d'Argentia le 4 janvier 1942 en escortant Albatros et Linotte. En fumant pour rejoindre le convoi SC-63, à destination des îles britanniques, Jones a établi un contact sous-marin et a commencé une attaque de grenade sous-marine. Perdant le contact avec le sous-marin, elle a escorté ses navires jusqu'au convoi et est revenue à Argentia le 5 janvier.

Parti d'Argentia le 14 janvier 1942, Jones rejoint le convoi HX-169, qui se dirigeait vers l'Islande. Le convoi a rencontré une violente tempête, une mer forte et des vents de force 9 ont dispersé le convoi de ses navires. Séparé du convoi, Jones cuit à la vapeur indépendamment pour Hvalfjörður, en Islande. Bien que gêné par une pénurie de carburant, un compas gyroscopique inutilisable, un compas magnétique erratique et le martèlement continu de la tempête, Jones arrivé le 19. Cinq jours plus tard, elle a escorté trois navires marchands à Argentia. Une fois de plus, une mer agitée et des vents violents ont séparé les navires, et Jones a continué vers Argentia avec un navire marchand norvégien. Elle a détecté et attaqué un autre sous-marin le 2 février 1942, mais ses grenades sous-marines n'ont donné aucun résultat visible.

Arrivé à Argentia le 3, il repart le lendemain et rejoint le convoi ON-59, à destination de Boston. Arrivée à Boston le 8 février, Jacob Jones reçu une semaine de réparations. Elle a navigué le 15 pour Norfolk et 3 jours plus tard a fumé de Norfolk à New York.

Dans un effort pour endiguer les pertes subies par la marine marchande alliée le long de la côte atlantique, le vice-amiral Adolphus Andrews, commandant de la Eastern Sea Frontier, a établi une patrouille itinérante ASW. Jones, le capitaine de corvette Hugh Black aux commandes, a quitté New York le 22 février pour cette mission. En passant le chenal balayé au large du navire léger Ambrose, Jones fait un éventuel contact sous-marin et attaque immédiatement. Pendant 5 heures, Jones a exécuté 12 modèles d'attaque, larguant quelque 57 grenades sous-marines. Des nappes de pétrole sont apparues lors des six dernières attaques, mais aucun autre débris n'a été détecté. Ayant dépensé toutes ses charges, Jones retourna à New York pour se réarmer. L'enquête ultérieure n'a révélé aucune preuve concluante d'un sous-marin coulé.

Le matin du 27 février 1942, Jacob Jones a quitté le port de New York et a fumé vers le sud le long de la côte du New Jersey pour patrouiller et rechercher la zone entre Barnegat Light et Five Fathom Bank. Peu de temps après son départ, il a reçu l'ordre de concentrer son activité de patrouille dans les eaux au large de Cape May et des caps Delaware. À 15 h 30, elle a repéré l'épave en feu du pétrolier R.P. Resor, torpillé la veille à l'est du phare de Barnegat Jones fait le tour du navire pendant deux heures à la recherche de survivants avant de reprendre sa route vers le sud. Naviguant à une vitesse constante de 15 nœuds dans une mer calme, il a signalé sa position pour la dernière fois à 20 h 00, puis a commencé le silence radio. Une pleine lune a illuminé le ciel nocturne et la visibilité était bonne pendant toute la nuit. Le navire, complètement obscurci sans feux de circulation ni feux de navigation, a maintenu sa route vers le sud.

Aux premières lueurs de l'aube du 28 février 1942, sous-marin allemand non détecté U-578 (2) a tiré une série de torpilles sur le destroyer sans méfiance. Le "poisson" mortel a filé sans être vu et deux "ou peut-être trois" ont frappé le côté bâbord du destroyer en succession rapide.

Selon ses survivants, la première torpille a frappé juste à l'arrière du pont et a causé des dommages presque incroyables. Apparemment, il a fait exploser le chargeur du navire, l'explosion résultante a tout cisaillé en avant du point d'impact, détruisant complètement le pont, la salle des cartes et les quartiers des officiers et des sous-officiers. Alors qu'elle s'arrêtait net dans l'eau, incapable de signaler un message de détresse, une deuxième torpille a frappé environ 40 pieds en avant de la plage arrière et a emporté la partie arrière du navire au-dessus des plaques de quille et des arbres et a détruit les quartiers de l'équipage arrière. Seule la section médiane a été laissée intacte.

Tous sauf 25 ou 30 officiers et hommes, y compris le lieutenant-commandant Black, ont été tués par les explosions. Les survivants, dont un officier des transmissions grièvement blessé et "pratiquement incohérent", se sont dirigés vers les canots de sauvetage. Les ponts huileux, les lignes et le gréement souillés et l'encombrement des épaves tordues éparpillées du navire ont entravé leurs efforts pour lancer les bateaux. Jones est resté à flot pendant environ 45 minutes, permettant à ses survivants de dégager le navire en détresse dans quatre ou cinq radeaux. Moins d'une heure après l'explosion initiale Jones a plongé la proue d'abord dans le froid de l'Atlantique alors que sa poupe brisée disparaissait, ses grenades sous-marines ont explosé, tuant plusieurs survivants sur un radeau à proximité. (Comme c'était arrivé au Jacob Jones (DD-61) en 1917).

À 8 h 10, un avion d'observation de l'armée a aperçu les radeaux de sauvetage et a signalé leur position à Aigle 56 de la patrouille côtière. À 11 h, lorsque des vents forts et une mer montante l'ont forcé à abandonner ses recherches, il avait secouru 12 survivants, dont l'un est mort en route vers Cape May. La recherche des autres survivants de Jones a continué par avion et par bateau pendant les deux jours suivants, mais aucun n'a jamais été retrouvé.


Le 100e anniversaire du naufrage de l'USS Jacob Jones

Les forces de destroyers de la marine américaine qui sont arrivées en Irlande en 1917 ont été l'une des premières unités militaires américaines à arriver en Europe pendant la Première Guerre mondiale. L'un de ces navires comprenait l'USS Jacob Jones, un nouveau navire rapide mis en service en 1916 qui avait été " travaillé » dans les entraînements et les patrouilles sur la côte atlantique américaine. En octobre 1916, Jacob Jones était à Newport lorsque l'U-53, sous les ordres du capitaine Hans Rose, visita le port. L'équipage ne savait pas que Rose et U-53 entraîneraient la destruction ultime du navire l'année suivante.

En 1917, peu de temps après l'entrée en guerre des États-Unis, l'USS Jacob Jones reçut l'ordre de servir dans les eaux européennes. Le 16 mai 1917, alors que la division approchait de l'Irlande, l'USS Jacob Jones signala le sillage d'une torpille qui approchait qui déviait de sa trajectoire après être sortie de l'eau. Des événements comme celui-ci se sont avérés quelque peu courants pour un navire patrouillant et escortant les eaux pendant la guerre.

L'USS Jacob Jones est arrivé indemne sur la côte sud centrale de l'Irlande sous le commandement du lieutenant-commandant David Bagley le 17 mai. Les destroyers conduisaient des groupes de navires à travers les voies maritimes qui partaient de la péninsule bretonne en France, autour des Cornouailles en Grande-Bretagne et jusqu'à la côte irlandaise. Ils sont allés au secours des navires attaqués et ont sauvé des hommes de l'eau. Ils ont attaqué des sous-marins à la surface avec des canons et ont attaqué des ennemis submergés avec des grenades sous-marines, qui étaient des cylindres métalliques avec des centaines de livres d'explosifs préréglés pour exploser à une profondeur donnée. Au cours de l'été et de l'automne 1917, le Jacob Jones a sauvé des centaines d'hommes de navires en détresse. Elle a attaqué des sous-marins à plusieurs reprises et a été témoin du naufrage d'un sous-marin par d'autres escortes.

Le 6 décembre, le Jacob Jones avait terminé d'escorter un convoi jusqu'à Brest, en France, puis avait mis le cap sur Queenstown, en Irlande. Il zigzaguait pour confondre le but des sous-marins et ses équipages de canon s'entraînaient à tirer au-dessus des mers froides de l'hiver. Mais le bruit des canons a attiré l'attention d'un U-Boat que Jacob Jones avait déjà vu. Le cinquième meilleur as des U-Boat, Rose en U-53, avait trouvé sa nouvelle cible.

A 16h21. l'équipage a repéré une torpille approchant qui l'a frappé sur le côté tribord. Plusieurs hommes sont morts sur le coup et les dégâts ont empêché la fermeture des portes étanches. Bagley s'est rendu compte que le navire était touché et a fait tout son possible pour attirer de l'aide. Il a essayé d'émettre un S.O.S. et a fait tirer les canons. Sur le pont, l'équipage a tenté de couper du matériel flottant, des bateaux libres et des flotteurs. La vapeur a été évacuée et les hommes ont lutté pour libérer plus de matériel flottant pour leurs camarades de bord qui se jetaient déjà dans l'eau depuis le pont de gîte arrière. Le Jacob Jones est tombé en huit minutes. Sans assez de temps pour désarmer les grenades sous-marines, elles ont explosé lorsque le navire a coulé, tuant et blessant plus d'hommes.

Pour ceux qui ont survécu à l'attaque initiale, ils doivent maintenant affronter la mer froide de décembre, mal vêtus de petits radeaux et de deux petits bateaux. De nombreux actes altruistes se sont produits lorsque des hommes ont remis des vêtements chauds à d'autres et sont rentrés dans l'eau pour aider les blessés. Le lieutenant Stanton Kalk a perdu la vie alors qu'il aidait les autres. Pas inhabituel pour l'époque, l'U-53 a fait surface, a récupéré deux marins américains blessés et a communiqué la position par radio aux Alliés. Cela servait à la fois d'acte de gentillesse et de preuve du naufrage d'un navire de guerre. Avec l'arrivée des ténèbres, la situation semblait désespérée pour ceux qui essayaient de survivre. Deux bateaux se dirigent vers les îles Scilly, à 25 milles de là, pour demander de l'aide. Plusieurs navires britanniques dans la région ont commencé à ramasser des survivants et à 8 h 30 le lendemain matin, les derniers survivants ont été emmenés à bord du HMS Insolent. Sur un équipage de 110 officiers et hommes à bord, 64 ont perdu la vie.

Kalk a reçu à titre posthume la Médaille du service distingué et un destroyer a été nommé en son honneur. Bagley a reçu la Médaille du service distingué et a pris sa retraite en tant qu'amiral en 1946 et a également eu un navire qui porte son nom. La Croix de la Marine a été décernée à titre posthume au Chef de Manœuvre Harry Gibson et au Chef électricien L. J. Kelly. Et tous ceux qui sont perdus en mer sont honorés nommément sur les murs des disparus au cimetière américain de Suresnes ou au cimetière américain de Brookwood. Les deux marins embarqués à bord du U-53 ont été libérés après l'Armistice.


NORMAN C. SMITH, ENS, USN

"Blow" préparé pour West Point, s'est retrouvé à l'USNA. C'est un vrai fils du Vermont, indépendant et argumentatif. Il vit pour le baseball, les ligues majeures ont vraiment perdu un bon pari au service ici. Presque un "micro rouge" confirmé, il utilisait parfois sa manière souriante et pleine d'esprit pour charmer les filles. Il prendra Pensacola dans la foulée, continuera à se faire des amis et sera l'un de nos meilleurs.

Cross Country 4, c42c Baseball 4, 3, 2, N* Boat Club 3 1 Stripe.

La promotion de 1942 a obtenu son diplôme le 19 décembre 1941, moins de deux semaines après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. La classe devait auparavant obtenir son diplôme en février 1942.

NORMAN C. SMITH

Coup, Smitty, Yank, Daisy Mae

"Blow" préparé pour West Point, s'est retrouvé à l'USNA. C'est un vrai fils du Vermont, indépendant et argumentatif. Il vit pour le baseball, les ligues majeures ont vraiment perdu un bon pari au service ici. Presque un "micro rouge" confirmé, il utilisait parfois sa manière souriante et pleine d'esprit pour charmer les filles. Il prendra Pensacola dans la foulée, continuera à se faire des amis et sera l'un de nos meilleurs.

Cross Country 4, c42c Baseball 4, 3, 2, N* Boat Club 3 1 Stripe.

La promotion de 1942 a obtenu son diplôme le 19 décembre 1941, moins de deux semaines après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. La classe devait auparavant obtenir son diplôme en février 1942.

Norman a été perdu lorsque l'USS Jacob Jones (DD 130) a été coulé par un sous-marin allemand le 28 février 1942.

Le seul officier enregistré comme ayant survécu aux explosions, l'assistant ingénieur Ensign Norman C. Smith, a été si grièvement blessé qu'« il était pratiquement incohérent à tout moment jusqu'à sa mort ».

Extrait du communiqué de la marine du 3 mars 1942 réimprimé dans le numéro d'avril 1942 de Compagnons:

L'USS JACOB JONES, un destroyer de la Seconde Guerre mondiale, a été coulé par un sous-marin ennemi au large de Cape May, New Jersey, juste avant l'aube du 28 février 1942.

Il n'y avait que onze survivants, dont neuf matelots de la salle des machines et deux apprentis marins. Les informations factuelles concernant les circonstances qui ont conduit au naufrage sont rares en raison du manque de cotes de pont parmi les survivants. Il a été établi, cependant, qu'avant de recevoir le premier coup de torpille, le sous-marin ennemi n'avait pas été aperçu ni la torpille.

La première torpille a fait exploser la proue et a apparemment tué tout le personnel sur le pont ainsi que les hommes dormant dans les compartiments de vie avant. La deuxième torpille, qui a été tirée après que le sous-marin ait tourné devant le JACOB JONES, a fait exploser la poupe et toutes les grenades sous-marines.

Les seuls survivants, à l'exception d'un homme de la salle des machines arrière, se trouvaient dans la section centrale lorsque la poupe a explosé.


USS Jacob Jones (DD-130) à l'état neuf, vers 1920 - Histoire

USS Jacob Jones (DD-130)

27 février 1942, USS Jacob Jones (Lt. Cdr. Hugues David Black) a quitté New York seul pour patrouiller et fouiller la zone entre Barnegate Light et Five Fathom Bank. Elle a alors reçu des ordres pour concentrer son activité de patrouille dans les eaux de Cape May et les Capes Delaware. Dans l'après-midi, le destroyer a repéré l'épave en feu du bateau-citerne à vapeur américain R.P. Resor, qui avait été torpillé par le U-578 le même jour. Le destroyer a fait le tour du pétrolier pendant deux heures, à la recherche de survivants avant de reprendre sa route vers le sud. À 10 h 57, le 28 février, l'USS Jacob Jones est touché par deux torpilles tirées par l'U-578, alors qu'il progresse complètement dans le noir à 15 nœuds. La première torpille a frappé du côté bâbord juste à l'arrière du pont et a enflammé le magasin du navire. L'explosion a complètement détruit la passerelle, la salle des cartes et les quartiers des officiers et sous-officiers. Lorsque le navire s'est arrêté, la deuxième torpille a frappé du côté bâbord à environ 40 pieds en avant de la plage arrière et a emporté la partie arrière du navire au-dessus des plaques de quille et des arbres et a détruit les quartiers de l'équipage arrière. Le navire est resté à flot pendant 45 minutes, permettant à environ 30 survivants d'abandonner le navire sur quatre ou cinq radeaux. Mais alors que le navire coulait en position 38,37'N, 74,32'W, les grenades sous-marines non sécurisées ont explosé, tuant plusieurs survivants sur un radeau à proximité. Quelques heures plus tard, un avion d'observation de l'armée américaine a aperçu les radeaux de sauvetage et a signalé leur position à USS PE-56 en patrouille côtière. La corvette a été forcée d'abandonner ses recherches au bout de trois heures, en raison des vents forts et de la montée de la mer. Elle avait récupéré 12 survivants, mais l'un d'eux est décédé en route vers Cape May. La recherche de survivants s'est poursuivie pendant deux jours, mais a été infructueuse et 138 membres d'équipage ont été perdus.

28 février 1942
À l'aube du 28 février 1942, au large des côtes du New Jersey, l'U-578 a tiré une série de torpilles, 2 ou peut-être 3 frappant le navire. Le premier a frappé bâbord au pont, provoquant une énorme explosion, on pense que le magasin du navire a explosé. Toute la proue a soufflé, et la deuxième torpille a ensuite frappé la poupe, causant tout autant de destruction. Cependant, la section médiane est restée à flot pendant 45 minutes. Plusieurs grenades sous-marines ont explosé lors de la descente avec le navire, tuant de nombreux survivants. A few hours later an Army observation plane spotted them, but when rescuers arrived, they found only 12 survivors, one of them died en route to the hospital.

Hit by U-boat
Sunk on 28 Feb 1942 by U-578 (Rehwinkel).


Contenu

After fitting out, Jacob Jones sailed 13 May for shakedown in Bermuda waters and arrived Charleston, South Carolina, 7 July. On the 18th she steamed to Newport, Rhode Island, to prepare for convoy duty. A week later she sailed with a convoy of U.S. Coast Guard cutters and Navy ships, which steamed to North Africa to support Allied operations in the Mediterranean. While escorting this convoy, Jacob Jones made her first antisubmarine attack 7 August firing 13 depth charges in two attacks. She arrived Casablanca, French Morocco, 13 August a week later she departed with Task Force 64 escorting a convoy bound back to the United States.

Arriving New York 5 September, Jacob Jones underwent inspection and on the 16th departed for ASW convoy training with Hammann et Robert E. Peary at Casco, Maine. She sailed for Norfolk, Virginia, 21 September and on the 25th joined Convoy UGS-19 headed for North African waters off Casablanca. Arriving 12 October, Jacob Jones conducted ASW patrols before departing for Gibraltar to join a westbound convoy the 19th. She arrived Norfolk 6 November with the southern section of the convoy, then departed for 10 days of repairs at Brooklyn Navy Yard. On the 23d she joined a 64-ship Norfolk-to-Casablanca convoy. Upon her arrival 10 December, she patrolled waters off the coast of Africa for a week before returning to the United States with Convoy GUS-24.


USS JACOB JONES DD-130 Naval Cover 1936 LONG ISLAND Cachet SUNK WWII

USS JACOB JONES DD-130 Naval Cover 1936 LONG ISLAND Cachet SUNK WWII It was sent 6 Jun 1936. It was franked with stamp "Mount Vernon". This cover is in good, but not perfect condition. Please look at the scan and make your own judgement. Member USCS #1 . Lire la suite

Item Specifics
Description de l'article

USS JACOB JONES DD-130 Naval Cover 1936 LONG ISLAND Cachet SUNK WWII

It was sent 6 Jun 1936. It was franked with stamp "Mount Vernon".

This cover is in good, but not perfect condition. Please look at the scan and make your own judgement.

Member USCS #10385 (I also earned the stamp collecting merit badge as a boy!). Please contact me if you have specific cover needs. I have thousands for sale, including navals (USS, USNS, USCGC, Coast Guard, ship, Maritime), military posts, event, APO, hotel, postal history, memoribilia, etc. I also offer approvals service with FREE SHIPPING to repeat USA customers.

Uss jacob jones (dd-130), named for commodore jacob jones usn (1768–1850), was a wickes-class destroyer. Jacob jones was laid down by the new york shipbuilding corporation at camden, new jersey on 21 february 1918, launched on 20 november 1918 by mrs. Cazenove doughton, great-granddaughter of commodore jones and commissioned on 20 october 1919, lieutenant commander paul h. Bastedo in command. She was sunk by a german submarine in 1942 during world war ii.

Contenu
1 Service History
1.1 inter-war period

2 references
3 External Links
Service History
Jacob jones was decommissioned on 24 june 1922 and placed in reserve until recommissioned on 1 may 1930, and was assigned to neutrality patrol duties out of charleston, south carolina on 4 april 1940.

Inter-War Period
After fitting out at philadelphia, jacob jones sailed 4 december for shakedown in the atlantic ocean. She arrived at pensacola, florida on 22 december to continue her training and departed on 3 january 1920 for the pacific ocean. Arriving at san diego on 26 january, she operated along the california coast on anti-aircraft and firing exercises. She entered mare island navy yard 17 august for repairs and overhaul and assumed a reserve status. Returning to duty with destroyer force, pacific fleet, 18 june 1921, she operated out of san diego until decommissioning 24 june 1922.

Recommissioned 1 may 1930, jacob jones trained in coastal waters from alaska to mexico as a plane guard for the navy's budding aircraft carriers. Following battle fleet maneuvers during august, she entered mare island in november for repairs. The destroyer sailed 4 february 1931 for panama, where she resumed plane guard duty for langley. Jacob jones transited the panama canal on 22 march, and sailed for maneuvers in the caribbean sea. She sailed for the united states on 1 may and took part in joint army-navy maneuvers in the chesapeake bay 26 to 29 may. During the remainder of the summer, she operated with destroyer division 7 along the new england coast before retiring to the boston navy yard 2 october for overhaul.

Jacob jones steamed from boston on 1 december for maneuvers off haiti. On 13 february 1932 she departed the caribbean to begin 13 months of plane guard duty and torpedo practice along the california coast. She returned to guantanamo bay naval base, cuba on 1 may 1933 for general drill and battle problem exercises, and on 26 may she sailed for norfolk, virginia to undergo self-upkeep on rotating reserve.

Following two months of overhaul at charleston, jones returned to guantanamo on 29 november for scouting and firing exercises. She interrupted her maneuvers on 29 june 1934, and sailed for port-au-prince, haiti, where she served as an escort during president franklin d. Roosevelt's "good neighbor" visit to haiti. She resumed caribbean operations in july and participated in landing force exercises at guantanamo bay during september. She retired from the caribbean late in november and entered norfolk navy yard 3 december 1934 for several months of upkeep.

In may 1935, jacob jones embarked midshipmen from the naval academy for an atlantic training cruise. She returned to norfolk 7 june for three months of coastal patrols and maneuvers. She steamed to new york in september to participate in destroyer maneuvers and operated out of new york until entering brooklyn navy yard in january 1936 for upkeep and inspection.

On 15 june 1936, the destroyer departed new york with reserve officers on board for training cruises in the caribbean which continued through september. In october, she participated in joint army-navy coastal maneuvers and, following her annual inspection at norfolk, she participated in minesweeping training during february 1937. In march, she trained officers of the 5th fleet reserve and in june she resumed training cruises for midshipmen. She continued to operate as a practice ship for reserve officers until 15 january 1938, when she departed norfolk for fleet landing exercises and battle maneuvers in waters off puerto rico and the virgin islands. Jacob jones returned to norfolk on 13 march for overhaul. In june she resumed operations out of norfolk, serving as a carrier plane guard and conducting torpedo and gunnery practice.

After attending the presidential regatta in september, jacob jones prepared to sail for europe to join squadron 40-t in the mediterranean sea. Organized in september 1936 to protect and evacuate americans from spain during the civil war, the squadron remained in the western mediterranean. Departing norfolk 26 october, jacob jones reached gibraltar on 6 november, and arrived villefranche on 17 november. She operated out of that french mediterranean port on patrol until 20 march 1939. She visited algiers from 24 to 25 march 1939 and, during the next seven months, steamed to various atlantic european ports from rotterdam to lisbon. Departing lisbon on 4 october, she sailed for the united states and anchored at norfolk on 14 october.

Resuming her coastal operations, jacob jones conducted plane screening patrols from norfolk to newport, rhode island and in december she escorted the submarine seadragon during its caribbean shakedown.

World War Ii
After two months of upkeep and inspection at norfolk, jacob jones sailed for charleston on 4 april 1940 to join the neutrality patrol. Organized in september 1939 as a response to the war in europe, the neutrality patrol was ordered to track and report the movements of any warlike operations of belligerents in the waters of the western hemisphere. The basic purpose of the patrol "was to emphasize the readiness of the united states navy to defend the western hemisphere." in june, after two months of duty with the neutrality patrol, jacob jones returned to training midshipmen.

In september, jacob jones departed norfolk for new london, connecticut, where her crew underwent intensive asw sound school training. Returning briefly to norfolk on 6 december, she sailed to key west for further anti-submarine warfare (asw) training. She resumed her operations with the neutrality patrol in march 1941, patrolling the waters from key west to yucatÁn channel. In may, she joined the ships which guarded the waters of vichy-controlled islands, martinique and guadeloupe in the lesser antilles. Jacob jones maintained her caribbean operations throughout the summer.

On 30 september 1941, she departed guantanamo with destroyer division 54 to prepare for escort duty in the north atlantic. Jones received two months of upkeep and inspection at norfolk and on 1 december 1941, departed for convoy escort training along the new england coast. Clearing boston harbor on 12 december, she sailed to naval station argentia, newfoundland, to begin her escort duty. On 16 december she escorted the submarines mackerel and s-33 through heavy seas to boston and returned to argentia on 24 december. Jacob jones once again departed argentia on 4 january 1942 escorting albatross and linnet. While steaming to join convoy sc 63, bound for the british isles, the destroyer made an underwater contact and commenced a depth charge attack. Losing contact with the submarine, she escorted her ships to the convoy and returned to argentia on 5 january.

Sailing from argentia on 14 january 1942, jacob jones joined convoy hx 169, which was headed for iceland. The convoy encountered a violent storm heavy seas and winds of force 9 scattered its ships' convoy. Separated from the convoy, the destroyer steamed independently for hvalfjÖrÐur, iceland. Though hampered by a shortage of fuel, an inoperable gyro compass, an erratic magnetic compass, and the continuous pounding of the storm, jacob jones arrived on 19 january. Five days later, she escorted three merchant ships to argentia. Once again heavy seas and fierce winds separated the ships, and jacob jones continued toward argentia with one norwegian merchantman. She detected and attacked another submarine on 2 february 1942, but her depth charges yielded no visible results.

Arriving at argentia on 3 february, she departed the following day and rejoined convoy on 59, bound for boston. Reaching boston on 8 february, jacob jones received a week of repairs. She sailed on 15 february for norfolk and three days later steamed from norfolk to new york.

In an effort to stem the losses to allied merchant shipping along the atlantic coast, vice admiral adolphus andrews, commander of the eastern sea frontier, established a roving asw patrol. Jacob jones, lieutenant commander hugh black in command, departed new york on 22 february for this duty. While passing the swept channel off ambrose light ship, jones made a possible submarine contact and attacked immediately. For five hours, jones ran twelve attack patterns, dropping some 57 depth charges. Oil slicks appeared during the last six attacks, but no other debris was detected. Having expended all her charges, jones returned to new york to rearm. Subsequent investigation failed to reveal any conclusive evidence of a sunken submarine.

Sort
On the morning of 27 february 1942, jacob jones departed new york harbor and steamed southward along the new jersey coast to patrol and search the area between barnegat light and five fathom bank. Shortly after her departure, she received orders to concentrate her patrol activity in waters off cape may and the delaware capes. At 1530 she spotted the burning wreckage of tanker r. P. Resor, torpedoed the previous day east of barnegat light jacob jones circled the ship for two hours searching for survivors before resuming her southward course. Cruising at 15 knots (28 km/h) through calm seas, she last reported her position at 2000 and then commenced radio silence. A full moon lit the night sky and visibility was good throughout the night the ship, completely darkened without running or navigation lights showing, kept her southward course.

At the first light of dawn 28 february 1942, the undetected german submarine u-578 fired a spread of torpedoes at the unsuspecting destroyer. The torpedoes were not detected and two or three struck the destroyer's port side in rapid succession.

According to her survivors, the first torpedo struck just aft of the bridge and caused major damage. Apparently, it exploded the ship's magazine the resulting blast sheared off everything forward of the point of impact, destroying completely the bridge, the chart room, and the officers' and petty officers' quarters. As she stopped dead in the water, unable to signal a distress message, a second torpedo struck about 40 feet (12 m) forward of the fantail and carried away the after part of the ship above the keel plates and shafts and destroyed the after crew's quarters. Only the midships section was left intact.

All but 25 or 30 officers and men, including lieutenant commander black, were killed by the explosions. The survivors, including a badly wounded, "practically incoherent" signal officer, went for the lifeboats. Oily decks, fouled lines and rigging, and the clutter of the ship's strewn twisted wreckage hampered their efforts to launch the boats. Jacob jones remained afloat for about 45 minutes, allowing her survivors to clear the stricken ship in four or five rafts. Within an hour of the initial explosion jacob jones plunged bow first into the atlantic as her shattered stern disappeared, her depth charges exploded, killing several survivors on a nearby raft (as had happened to jacob jones (dd-61) in 1917).

At 0810, an army observation plane sighted the liferafts and reported their position to eagle 56 of the inshore patrol. By 1100, when strong winds and rising seas forced her to abandon her search, she had rescued 12 survivors, one of whom died en route to cape may. The search for the other survivors of jacob jones continued by plane and ship for the next two days, but none were ever found.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos