Nouveau

Histoire d'Aroostook - Histoire

Histoire d'Aroostook - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Aroostook

II

(Str: dp. 3.800; 1. 395'0"; b. 52'2"; dr. 16' (moyenne); s. 20.0 k.; cpl. 313; a. 15", 2 3", 2 . 30-cal. Colt mg.; cl. Aroostook)

Le deuxième Aroostook a été construit à l'origine en tant que navire à passagers Bunker Hill par le chantier naval William Cramp and Sons à Philadelphie. Elle a été lancée le 26 mars 1907 et parrainée par Miss Rose Elizabeth Fitzgerald, fille du maire de Boston. Bunker Hill a été inspecté par la Marine le 2 novembre 1917 pour une éventuelle utilisation comme passager et fret

bateau à vapeur de voiture. Acquis par la Marine à la Eastern Steamship Lines, de Boston, le 12 novembre 1917, Bunker Hill a été rebaptisé Aroostook dans l'ordonnance générale n° 343 du 15 novembre 1917, et a reçu le numéro d'identification (Id. No.) 1256. Aroostook a été mis en service au Boston Navy Yard le 7 décembre 1917, le Comdr. James H. Tomb aux commandes.

Au fur et à mesure que l'équipage du navire était organisé et assemblé, la conversion du navire en « planteur de mines » avançait rapidement. Lors du retrait de la superstructure en bois de l'ancien navire de croisière, l'équipage organisé par le Comdr. Tomber dans des « gangs » industriels de riveteuses, calfats, monteurs de navires et charpentiers – était dispersé dans les espaces disponibles dans les ateliers de triage et subsistait sur d'autres navires; tous les travaux sur le navire étant effectués malgré un hiver rigoureux. En fin de compte, son équipage a été transféré sur une barge-hôpital à proximité, où ils ont vécu jusqu'à ce qu'un logement puisse être trouvé à bord. Les officiers du navire, entre-temps, s'installèrent dans la superstructure qui avait été retirée du navire.

Aroostook a effectué un bref essai dans la baie du Massachusetts du 6 au 10 juin, arrivant dans le port de Boston le 10 juin 1918 pour charger des mines. Se déplaçant vers les eaux au large de Cape Cod le jour suivant, il s'embarqua pour l'Écosse le 12 juin, en compagnie de Shaw, le planteur de mines Saranac (Id. No. 1702), et du tender Black Hawk (Id. 2140).

Avant le départ de ces navires, des inquiétudes avaient surgi quant aux capacités de carburant d'Aroostook et de Shawmut, car leurs essais abrégés au large de Provincetown avaient révélé qu'ils consommaient du carburant à un taux plus élevé que prévu. Confronté à un retard indéfini, le capitaine Wat T. Cluverius et le Comdr. Roscoe Bulmer a conçu un plan pour ravitailler les navires en mer à partir de Black Hawk. Ils se sont procuré suffisamment de tuyaux d'huile pour le faire, et les navires ont tous navigué en conséquence.

Les deux ravitaillements en mer - le premier considéré comme une « nouvelle entreprise » et réalisé malgré un coup de vent - ont été effectués avec succès, et les navires sont arrivés sans autre incident. Aroostook a atteint sa destination, Cromarty Firth, le 28 juin. Elle s'est rendue dans les champs de mines de la mer du Nord, où elle est arrivée pour prendre ses fonctions de planteuse de mines, le 16 juillet, attachée à l'escadron de mines 1. Au 30 septembre 1918, pendant ses trois mois dans les eaux européennes, Aroostook avait planté 2 510 mines, parcourant 4 066 milles au cours de ses « excursions » minières dans la mer du Nord.

L'armistice qui a immobilisé les canons sur le front occidental signifiait l'arrêt des opérations minières. Sa tâche accomplie, Aroostook a quitté Portland, en Angleterre, le 14 décembre 1918,
pour les États-Unis, en compagnie de Shawmut, et arriva à Ham ton Roads deux jours après Noël. Le lendemain, elle a déchargé sa cargaison de mines sur des barges dans la rivière York. Aroostook est resté dans la région de Hampton Roads jusqu'en 1919, transférant des mines et transportant des mines expérimentales du planteur de mines Baltimore au dépôt minier de Yorktown, en Virginie.

L'Aroostook a été placé dans le Norfolk Navy Yard le 1er avril 1919 pour des modifications afin de l'équiper afin de servir de navire de base pour les hydravions NC destinés à tenter un vol transatlantique. Elle a reçu des réservoirs pour 5 000 gallons d'essence, des berceaux pour gérer deux petits hydravions Curtiss MF et des modifications à ses espaces d'amarrage et de mess pour lui permettre d'accueillir les hommes nécessaires à l'entretien des hydravions. En route pour New York le 9 avril, Aroostook est arrivé à North River le matin du 10, pour embarquer des "magasins d'avions" supplémentaires et des fournitures pour le vol à venir. Il s'embarqua pour Trepassey Bay, à Terre-Neuve, le matin du 27 avril 1919.

Après avoir jeté l'ancre brièvement au large de Miquelon, l'Aroostook a pénétré dans la baie de Trepassey le 2 mai, rejoint peu après par d'autres navires affectés à l'appui du vol NC. Aroostook a terminé la tâche d'ancrer les amarres d'hydravions le 3 mai et, les 5 et 6 mai, a essayé d'aider le pétrolier Hisko (Id. 1953) - qui était arrivé le 3 mai - au large de la plage où il s'était échoué.

Aroostook a commencé à s'occuper des bateaux NC le 10 mai, avec l'arrivée des NC-1 et NC-3. NC-4 est arrivé dans l'après-midi du 15 et a amarré à l'arrière du navire le dernier de la division NC à faire port avant le début du vol. Tard dans l'après-midi suivant, le 16 mai, les équipages des grands hydravions se sont rassemblés à l'arrière à bord d'Aroostook, où le commandant de bord, le Comdr. John H. Towers, a remercié le capitaine Tomb pour l'hospitalité de son navire. Tomb a parié avec bonhomie à Towers que son navire atteindrait Plymouth, en Angleterre, avant l'arrivée des hydravions.

Peu de temps après, les équipages ont piloté les trois grands hydravions et ont démarré leurs moteurs. NC-4, commandé par le lieutenant Comdr. Albert C. Read a largué la poupe d'Aroostook et a décollé un peu plus d'une heure plus tard, suivant le NC-3 de Towers et précédant le NC-1 du Lt. P. N. L. Bellinger.

Après avoir fait le plein d'Hisko, l'Aroostook a récupéré les amarres d'hydravions qu'il avait posées près de deux semaines auparavant et s'est tenu hors du port de Trepassey le matin du 17 mai, à destination de Plymouth. Elle arriva le 23, pour attendre l'arrivée des hydravions. En fin de compte, seul le NC-4 a terminé le vol - le NC-1 et le NC-3 ont tous deux été forcés de descendre en mer et leurs équipages ont été secourus par des navires de passage - arrivant en vue des guetteurs d'Aroostook à 14 h 20 le 31 mai. L'hydravion a touché le sol huit minutes plus tard, et son équipage a embarqué à bord d'Aroostook « pour les quartiers et la subsistance » à 15 h.

Après avoir démonté le NC-4, Aroostook a embarqué les moteurs, la coque et les ailes à des jours différents, achevant le processus le 17 juin. Le lendemain, le navire partit pour les Açores, atteignant Ponta Delgada le 23 juin. Elle a ensuite continué son voyage vers les États-Unis, atteignant New York le 2 juillet 1919. Après avoir fait le plein, emporté de l'eau et des provisions et subi des réparations pendant le voyage à Brooklyn, le navire s'est rendu à Newport, RI, le 15 juillet, et y est resté, en attente d'ordres, jusqu'au 23d.

Aroostook est sorti du port de Newport le 23 juillet et a fumé jusqu'à Hampton Roads, arrivant le jour suivant. Elle a transporté alors un projet d'hommes à Portsmouth, Virginie, le 31 juillet et a pris des approvisionnements avant de passer à Portsmouth pour charger des mines et plus d'approvisionnements, en complétant le chargement avant le 7 août. Après une période de récréation une liberté pour son équipage, Aroostook a navigué pour Colon, Zone de Canal de Panama, le 12 août. Elle a atteint sa destination le 18 août et a transité le Canal de Panama le jour suivant.

En prenant par la suite le carburant de Salina Cruz, Mexique, le 26, elle a atteint San Diego le 1er septembre. Le 10 septembre, elle s'est rendue au Mare Island Navy Yard, en arrivant le jour suivant pour décharger les mines apportées de Hampton Roads. Elle est revenue à San Diego le 22 septembre pour lancer des barges d'aviation et du 24 septembre à la deuxième semaine de décembre 1919, est restée à San Diego, en attendant des ordres et en subissant la révision de machines.

En partant de San Diego le 13 décembre, Aroostook a fumé à l'Île de Mare, en arrivant le jour suivant et a embarqué là un projet d'hommes pour le transport Diego. En route le 17, il est revenu à San Diego le 18.

L'Aroostook avait été l'un des deux navires du Détachement des Mines (l'autre étant le Baltimore) qui avait accompagné la flotte vers le Pacifique en 1919-1920 ; Immédiatement après son arrivée dans le Pacifique, cependant, l'Aroostook avait été affecté à un poste temporaire comme navire amiral du détachement aérien de la flotte du Pacifique.

Du 18 décembre 1919 au 16 février 1920, l'Aroostook a opéré à partir de San Diego et, au cours des mois suivants, s'est occupée d'unités d'aviation à San Diego, Santa Barbara et San Pedro jusqu'au 14 juin, date à laquelle elle s'est rendue à San Diego pour une révision des machines, et de là jusqu'au chantier naval de Mare Island. Au début de cette période de disponibilité, le navire a reçu la désignation de coque alphanumérique CM-3.

Affecté à la flotte du Pacifique en tant qu'offre d'avions, Aroostooksous le commandement du capitaine Henry C. Mustin, l'un des pionniers de l'aviation navale, a navigué pour Sausalito, en Californie, le 14 août 1920, puis à San Diego, arrivant le 19 . Le navire s'occupait des hydravions et participa à des exercices tactiques avec la flotte dans les eaux au large des côtes du sud de la Californie jusqu'à l'automne 1920, après quoi il se rendit à Balboa, dans la zone du canal, pour poursuivre ses missions dans le même esprit. Aroostook s'est ensuite rendu à Magdalena Bay, au Mexique, poursuivant ses opérations de soutien là-bas avec les escadrons d'avions de la flotte du 31 décembre 1920 au 8 mars 1921, après quoi il est retourné à sa base de San Diego.

Descendant sur l'île de Guadalupe, au Mexique, Aroostook s'occupa des avions jusqu'à son retour à San Diego le 30 mai. Elle a opéré localement dans les eaux de la côte de Californie du sud jusqu'au juin de 1922, une période d'opérations actives ponctuées par l'entretien et les réparations à San Diego. Il a opéré localement à la Naval Air Station (NAS), San Diego, pour le reste de 1922 et jusqu'en 1923. Après une période de réparations à Mare Island, l'Aroostook a navigué pour San Diego le 28 novembre 1923.

Aroostook a navigué pour Panama peu de temps après, en compagnie de Jason (AV-2) et a soutenu les opérations aériennes dans les manœuvres hivernales annuelles de la flotte. Après des opérations locales à partir de San Diego plus tard cette année-là, elle est retournée dans les eaux panaméennes, cette fois à Coco Solo, du côté atlantique du canal, pour assembler et exploiter des avions et participer aux exercices de flotte d'hiver. Également en 1924, le navire s'occupa du Scouting Squadron (VS) 2 à Sand Point, Washington, lors d'un exercice de base avancé, cet été-là, et subit des réparations et des modifications au Mare Island Navy Yard jusqu'en novembre.

Le 27 avril 1925, l'Aroostook arriva dans les eaux hawaïennes et opéra avec la flotte à partir de Pearl Harbor lors d'exercices tout au long de l'été, à Lahaina Roads et à Nawiliwili, Kauai. Choisi comme l'un des navires de garde d'avion pour le vol côte ouest à Hawaï des hydravions PN-9 de la Marine (PN-9 No. 1 commandé par le Comdr. John Rodgers et PN-9 No. 3, commandé par le Lt. A. Snody), Aroostook s'embarqua pour la station "vice" le matin du 29 août 1925.

Plus tôt ce même jour, Rodgers et Snody avaient décollé pour Hawaï depuis la baie de San Pablo, en Californie. Moins de cinq heures plus tard, cependant, une fuite d'huile a forcé le PN-9 n ° 3 de Snody à tomber. Tout n'allait pas bien non plus à bord de Rodgers, car il découvrit que la consommation d'essence à bord du PN-9 No. 1 était de six gallons par jour supérieure à celle indiquée lors des vols d'essai. Avant que l'avion n'ait parcouru 1 200 milles, Rodgers a décidé qu'il devrait atterrir aux côtés de l'un des gardes de l'avion et faire le plein. Il pensa qu'il avait assez d'essence pour atteindre Aroostook à la station "vice".

La navigation à l'estime de Rodgers a montré qu'il se trouvait à quelques milles au nord de sa trajectoire projetée, mais les relèvements au compas radio d'Aroostook (erronés, il s'est avéré) indiquaient qu'il volait au sud de ce navire. Présumant que le tender n'était pas à sa place, il a tourné le PN-9 No. 1 vers le nord pour la chercher. La présence de rafales de pluie dans la région a augmenté l'incertitude de Rodgers, l'essence de l'avion s'est épuisée et l'hydravion a effectué un atterrissage forcé à 16 h 15 le 1er septembre, 25 heures et 23 minutes après avoir décollé de la baie de San Pablo.

La disparition de l'hydravion a déclenché une recherche intensive, dirigée par le Comdr. W. R. Van Auken, commandant d'Aroostook. Langley (CV-1) a également participé, ses avions effectuant des recherches quotidiennes dans les eaux adjacentes, tandis que des sous-marins et des avions de patrouille volant en provenance des îles hawaïennes se sont joints à l'effort pour trouver le PN-9 n ° 1.

Balayant le ciel avec son projecteur la nuit et postant des guetteurs supplémentaires à toute heure, l'Aroostook a recherché les aviateurs manquants jusqu'au 7 septembre, date à laquelle il est brièvement entré à Pearl Harbor pour prendre du carburant et de l'eau. Il se démarque le même jour pour reprendre les recherches, et rejoint Langley et les destroyers Reno (DD-303) et Farragut (DD-300). Finalement, cependant, le sous-marin R-4 (SS-81) a rencontré Rodgers et son intrépide équipage naviguant sur le PN-9 No. 1 à dix milles de l'île de Kaui à 16 heures le 10 septembre, à quelque 450 milles de l'endroit où l'hydravion avait coulé quand son carburant a donné dehors et les a sauvés.

Aroostook revint bientôt sur la côte ouest, transportant des hommes et du matériel pour le VS-2. Suite aux opérations locales de NA San Diego, le navire a subi d'autres travaux de révision à l'île de Mare à partir du 24 novembre 1925. Il a navigué pour les eaux panaméennes en mars suivant pour les manœuvres de la flotte de combat. En revenant à San Diego le 24 avril 1926, elle a servi d'offre intérimaire pour Langley pendant l'Exercice de la Flotte n° 2 en juin. Opérant à San Diego pour le reste de l'année, elle a terminé l'année en s'occupant des hydravions du Torpedo Squadron (VT) 2. L'année suivante, 1927, Aroostook a opéré entre San Diego et Panama, effectuant des manœuvres avec la flotte et, à l'occasion , opérant à nouveau comme garde d'avion pour Langley. Le jour de la Marine 1927 (27 octobre), elle a visité San Francisco.

Après avoir mené des exercices tactiques avec la flotte en novembre et décembre 1927, l'Aroostook s'embarqua pour Hawaï le printemps suivant. Au cours de cette période, elle a de nouveau gardé l'avion pour Langley. De retour à San Pedro le 23 juin, et de là à San Diego le même jour, le navire est resté à San Diego jusqu'à la mi-septembre, date à laquelle il est entré dans le Mare Island Navy Yard pour une révision. À la fin de cette période de réparations et de modifications, elle a navigué pour Panama, arrivant dans ces eaux le 27 janvier 1929. Elle y a servi comme garde d'avion pour le porte-avions Saratoga (CV-3) et a participé à des problèmes de flotte avec la Battle Fleet. dans la baie de Panama. Elle retourne à San Diego le 22 mars 1929.

Après avoir accompagné la flotte à Guantanamo Bay en mars 1930, il s'est rendu à Hampton Roads, puis a visité Washington, D.C. avant de retourner à Hampton Roads avec un parti du Congrès embarqué. Pendant que dans ces eaux, elle a servi de garde d'avion pour Lexington (CV-2). De retour à Washington le 23 mai, il a navigué deux jours plus tard pour le Southern Drill Grounds, pour finalement revenir à San Diego le 13 juin 1930 en compagnie de la Battleship Division 3 et en tant que garde d'avion pour Langley. Plus tard cette année-là, elle s'occupa des avions impliqués dans le bombardement de navires cibles ex-Sloat (DD-316) et ex-Marcus (DD-321) et inspecta des cibles. Le 2 décembre 1930, Aroostook, avec un escadron utilitaire et deux escadrons de patrouille, se présente au poste avec le commandant de la force de base, fournissant à ce commandement sa première organisation d'aviation. Elle a terminé l'année en s'occupant des avions de l'escadron de patrouille (VP) 7B, participant à un problème de reconnaissance.

Désarmé au chantier naval de Puget Sound, le 10 mars 1931, l'Aroostook est resté inactif pendant les dix années suivantes. La Marine a envisagé de réactiver le navire pour le service en tant que cargo en prenant la mesure de le reclasser en AK-44 le 20 mai 1941, mais l'a trouvé inapte à cette tâche. Son nom a été retiré du Naval Vessel Register le 5 février 1943 et il a été transféré à la War Shipping Administration.

Emmené dans la zone de dépôt de la Commission maritime à Suisun Bay, en Californie, le navire, apparemment répertorié sous son ancien nom, Bunker Hill, a été acquis par la Seven Seas Trading and Shipping Co., de Beverly Hills, en Californie, en 1947 Les nouveaux propriétaires chris- ser comme Lux et converti la coque en un casino flottant pour être ancré en dehors de la limite de trois milles. Plusieurs grognements avec la justice et, finalement, la saisie du navire par les garde-côtes, ont cependant mis fin à cette phase colorée de sa carrière, et il a finalement été vendu à un démolisseur de navires en octobre 1947 pour être mis à la ferraille.


Voir la vidéo: TAPIS VOLANT, YOUGOSLAVIE ET DESCHANEL: 5 FAITS INSOLITES EN HISTOIRE-GÉOGRAPHIE #8 (Septembre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos